Accueil Design Zagato Mostro, coeur de trident

Zagato Mostro, coeur de trident

181
11
PARTAGER

Régulièrement, la maison Zagato replonge dans son passé pour le réinterpréter. C’est à nouveau le cas avec le concept Mostro. Un monstre dont le cœur bat au rythme d’un V8 Maserati.

Avec cette Mostro, Zagato se penche sur le cas de la Maserati 450S de 1957, numéro de châssis #4501. Un exemplaire transformé en coupé plutôt brutal, aux lignes signées Frank Costin, et construit par les ateliers de carrosserie Zagato.

Stirling Moss pilotera cette voiture aux 24H du Mans en 1957 aux côtés de Harry Schell, mais abandonnera à la 5ème heure sur une panne de transmission. Cette unique Mostro sera par la suite convertie pour un usage routier par Fantuzzi pour son nouveau propriétaire américain.

1957_Zagato-Mostro

Aujourd »hui, la base Maserati se contente du moteur, sans doute le V8 4,7l de la GranTurismo, enveloppé d’une carrosserie en fibre de carbone reprenant en partie les galbes généreux du « monstre » original. Les lignes jouent en revanche plus la carte de l’élégance, sans oublier les racines de compétition du modèle d’origine. Elles prennent ici la forme d’appendices aérodynamiques plutôt généreux, d’un habitacle spartiate, de vitres fixes avec se simples petites lucarnes.

Zagato propose de produire 5 exemplaires du la Mostro modèle 2015. Des exemplaires qui ne seront ni homologués pour la route, ni pour la compétition. Deux directions pour eux : le musée (dommage), ou la piste hors compétition. Quant à la route, le styliste japonais Norihiko Harada oeuvrant chez Zagato a aussi imaginé une version « route »…

Source : Zagato

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Zagato Mostro, coeur de trident"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
BrainZERO
Invité

Tout va bien jusqu’à l’aileron… Quelle énorme faute de goût.

Thibaut Emme
Admin

Le souci est que cette Monstro est destinée à la piste (hors compet’) et qu’il faut donc qu’elle tienne le pavé.
Autant en 1957 on n’avait pas d’aileron pour plaquer les voitures (qui étaient des savonnettes) autant maintenant on ne fait plus guère de voiture de circuit sans aileron.

Dans une version de route, il disparaîtrait, sans doute au profit d’une version plus discrète (et moins efficace) escamotable.

juuhuu
Invité

C’est pas forcément déconnant de virer cet infâme aileron, d’une ça évite avec une aéro de taré de finir par voir des caisses qui s’envolent au Nurb…
De deux, on peut se dire qu’avec l’aéro d’aujourd’hui on pourrait passer par un truc plus élégant par effet de sol ou autres soubassements…

SAM
Invité

Elle est phénoménale… Un journal allemand fait un comparatif entre Ferrari, Lambo et ISO… Un régal ces belles italiennes!

Uberalles
Invité

Elle pourra tourner avec l’e-benzin que les ingénieurs d’Audi viennent de mettre au point ?

juuhuu
Invité

Est ce vraiment là le plus important pour ce type de véhicule….

juuhuu
Invité

Rhaaa pourquoi ce genre de véhicule avec une gueule d’enfer ne se trouve pas plus sur nos routes plutôt que toutes les boites à chaussures et autres suppos profiles….

leelabradaauto
Invité
les mles de course de ces années historiques ont pris un cout extraordinaire. Ce n’est pas seulement le hazard ou la spéculation. C’etait le temps où les bagnoles de course avaient une gueule d’enfer ! Alors ce concept ? je lui donne la bonne note évidemment l’aileron : oui on aurait pu faire plus discret les autos qui roulent à plus de 220 à l’heure, c’est à l’avant qu’il faut de l’appui Elles ne doivent pas faire l’avion. Quand on a un autobloquant qui pousse encore, empêche de tourner, et qu’il ne faut pas déplancher pour ne pas s’envoler de… Lire la suite >>
wpDiscuz