Accueil Constructeurs chinois Byd emploie des Chinois aux Etats-Unis (au tarif chinois)

Byd emploie des Chinois aux Etats-Unis (au tarif chinois)

74
5
PARTAGER

Dans les années 80, les Japonais faisaient figure de sauveur de l’industrie automobile US. Ils allaient investir dans des zones sinistrées et créer des milliers d’emplois! 20 ans plus tard, c’est au tour des Chinois d’être courtisés par les élus américains. Mais Byd aura surtout créé des emplois pour les Chinois et il se retrouve sous le coup d’une enquête pour non-respects des lois.En 2008, Arnold Schwarzenegger, alors gouverneur de Californie, se mue en VRP de l’état. Il rêve d’attirer un constructeur automobile. Youngman, brièvement propriétaire de Detroit Electric, mord. Finalement, Byd signe. Bill Clinton est envoyé pour aider Wang Chuan Fu (PDG de Byd) à retrouver son stylo. En 2010, le maire de Los Angeles, Antonio R. Villaraigosa, se félicite de l’ouverture du QG US de Byd. Il y voit déjà « des centaines » de cadres. Byd est prié d’embaucher également des ouvriers venus des quartiers pauvres.

On peut accorder à Wang, le bénéfice de la naïveté. Après tout, le constructeur connait une croissance exponentielle et il est réellement persuadé qu’il va conquérir le monde.

La suite, on la connait. L’hybride F3 DM ne convainc pas les flottes. La conception du monospace électrique e6 traine en longueur et l’implantation d’un réseau de concessionnaires US est repoussée sine die. Les ventes du constructeur s’écroulent en Chine et il a d’autres chats à fouetter.

Par contre, Byd décroche des appels d’offres pour son bus électrique K9. Condition sine qua none : les assembler sur place. Il rachète le site de Rexhall, un constructeur de camping-car et y plante une chaine d’assemblage.

Le New York Times décrit un « QG » quasiment désert (logique : il n’a quasiment rien à vendre.) Et un site ex-Rexhall où s’activent des ex-employés du site et 5 travailleurs Chinois. Ces derniers sont provisoirement sur le sol US. Ils ont un visa temporaire, sont payés en yuans et dorment dans un dortoir à San Gabriel Valley (où il y a une forte communauté chinoise.)
Il faut se souvenir que Wang est un employeur chinois de la vieille école, donc volontiers cynique. Sa première usine de batteries de téléphones portables, il l’implante à Shenzhen (une « zone économique spéciale ».) Les ouvriers, des « migrants intérieurs », travaillent les uns sur les autres, assis sur des tabourets en plastique. T’es pas content ? Pas grave, il y a 10 migrants qui seraient content d’avoir ton boulot ! » Pour Byd Auto, il recrute ses cadres supérieurs à la sortie des écoles de commerce et les traite à peine mieux. Donc, pour son usine US, il emploi des Chinois, à un tarif (1€ de l’heure) et des conditions chinoises.
Sauf qu’aux Etats-Unis, on ne rigole pas avec ça. Nationalité chinoise ou pas, ils doivent toucher le salaire minimum US. Du coup, Byd écope d’une amende de 100 000$ (72 700€.) L’entreprise est également poursuivie par Sandra Itkoff, une ex-vice-présidente. Elle a été embauchée pour décrocher les subventions, puis virée car « non-Chinoise ».

Byd devrait faire venir d’autres employés Chinois. Mais il s’agira de formateurs. Certains veulent croire que sur le long terme, en décrochant d’autres appel d’offres, il recrutera des Américains et créera de la richesse. Pour l’instant, Byd USA possède 40 employés. L’objectif qu’il s’était fixé de 58 employés en 2015 est faisable. Bien sur, on sera loin des centaines d’emplois rêvés par les élus.
En filigrane, cela pose la question des largesses accordées aux investisseurs au plus fort de la crise. Aussi bien par les républicains (comme Schwarzenegger) que par les démocrates (Barack Obama et le clan Clinton.) Obama, né à Hawaï et qui a grandi en Indonésie, s’est volontiers tourné vers la Chine. Le bilan économique est contrasté, alors que certains l’accusent d’avoir bradé la question des droits de l’homme en Chine. S’y ajoute une méfiance à l’égard des Chinois. D’ailleurs, afin de déminer la question raciale, c’est une enquêtrice sino-américaine qui traite le dossier.

Source :
The New York Times

Crédit photos : Byd

A lire également :
L’avenir de Byd : des hybrides, de nouveaux moteurs… Et une supercar électrique
Byd va inaugurer une chaine d’assemblage près de Los Angeles

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Byd emploie des Chinois aux Etats-Unis (au tarif chinois)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
DAS
Invité
……..Donc, pour son usine US, il emploi des Chinois, à un tarif (1€ de l’heure) et des conditions chinoises. Je comprends mieux pourquoi les Volkswagen électriques ( Premium ) coutent si chères avec leurs batteries BYD. Sinon en France c’est une pratique courante , mais méconnue.( exemple ALSTOM ) http://www.usinenouvelle.com/article/colere-chez-les-salaries-indiens-d-un-sous-traitant-des-chantiers-de-l-atlantique.N3892 Trois cents salariés de nationalité indienne qui travaillent sur les paquebots construits par les Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire dénoncent leurs conditions d’emploi. Recrutés au printemps 2002 par la société italo-indienne Avco – l’un des nombreux sous-traitants opérant sur le site de la filiale d’Alstom- pour réaliser la ventilation du… Lire la suite >>
François
Invité

Schwarzy est un Républicain…De Californie, ce qui signifie démocrate dans les 49 autres Etats des USA. 😀
Une fois que j’ai dis ça, je ne dis pas qu’ils auraient été meilleurs de l’autre côté. 😉

Pour le reste, et cela concerne Arnold, c’est l’histoire de la médiocrité de la classe politique californienne. C’est joli le « bobo -écolo à la française » mais si cela créait des emplois d’autochtones, cela se saurait!

Les Chinois en ont profité, c’est de bonne guerre et ça servira de leçon…où pas!

nithael70
Invité

Les californiens n’ont pas attendu Borloo et NKM pour jouer les ecolos

Kikki
Invité

Cela n’ a à voir qu’avec les chinois, peu importe leurs lieux d’implantation.
Les chinois font la même chose sur tout le continent africain, il n’y a pas si longtemps j’ai vu un reportage sur des immeubles construit en Algérie par de grands groupes de BTP chinois, AUCUN travailleur algérien n’était employé au grand désespoir des locaux. C’est une méthode efficace pour « gérer » le personnel, et surtout être sûr que tout l’argent arrive en Chine.
Selon le point de vu, c’est dégueulasse, ou très intelligent….

DAS
Invité

Et si nos cégétistes français de PSA étaient repris par le Chinois BYD , pour une bonne formation ?

wpDiscuz