Accueil Actualités Entreprise PSA Finance : la Commission européenne approuve temporairement la garantie de l’Etat

PSA Finance : la Commission européenne approuve temporairement la garantie de l’Etat

112
16
PARTAGER

C’est un – petit – ouf de soulagement du côté français, alors que la Commission européenne vient d’approuver – certes temporairement – le versement d’une garantie de l’Etat français en vue de permettre le sauvetage financier de la Banque PSA Finance.En décembre dernier, alors que la France et PSA Peugeot Citroën avaient trouvé un accord pour que l’Etat apporte une garantie à l’établissement  financier lié au constructeur, Bruxelles avait ouvert une enquête.  La Commission européenne redoutant que l’opération ne constitue ni plus ni moins qu’une aide de l’Etat –  plus ou moins bien  déguisée – « à la restructuration d’une entité» et non pas uniquement à la branche financement de PSA.

Tout n’est pas gagné pour autant. Le montant de cette garantie se chiffre à 1,2 milliard d’euros pour une durée de six mois, alors que l’Etat avait accordé une garantie de 7 milliards d’euros sur trois ans à la banque du constructeur. Autre bémol et non des moindres : l’autorisation est subordonnée à la présentation d’un plan de restructuration pour le groupe PSA dans son ensemble, et ce également dans le délai imparti de 6 mois.

La Commission justifie quant à elle sa décision par le fait que « cette garantie est nécessaire pour assurer l’accès de la Banque PSA Finance au marché et éviter tout effet de contagion au système bancaire français, qui affecterait le coût de financement des banques« . Rappelons à cet égard que la Banque PSA Finance (BPF), qui propose des financements aux acheteurs de véhicules Peugeot et Citroën, n’arrivait plus à se refinancer en raison des difficultés du groupe automobile.

Fin décembre, le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, avait averti que les garanties accordées par la France à la Banque PSA Finance constituaient une aide d’Etat et devaient de ce fait être notifiées pour accord à la Commission. Sur fond d’une plainte déposée par un concurrent, le commissaire à la concurrence avait demandé une clarification aux autorités françaises. Le gouvernement français avait alors assuré qu’il ne s’agissait que d’une garantie, laquelle « n’a pas vocation à être tirée ».

Sources : La Tribune, Les Echos

A lire également : Les aides à PSA pas du goût des Allemands

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "PSA Finance : la Commission européenne approuve temporairement la garantie de l’Etat"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
seb
Invité

« l’autorisation est subordonnée à la présentation d’un plan de restructuration pour le groupe PSA dans son ensemble »

« Désolé mais on va devoir virer des gens, c’est Bruxelles qui nous oblige ».

guy liguily
Invité

ah bon ! parceque c’est Bruxelles qui a dirigé Psa ..

seb
Invité

@guy liguily

Relit l’article.
Il est dit que Bruxelles approuve le prêt de l’État sur présentation d’un plan de restructuration. Si PSA veut toujours l’argent, Il faut qu’ils présentent un plan de restructuration et donc des licenciements.
Ce n’est ni la faute des patrons de PSA, ni de l’État mais de Bruxelles. Elle est pas belle la vie?

leelabradaauto
Invité

je dirais même plus. Informés , on voit bien que ça vient de plus haut. Analysons les accords , les entrées étrangères dans les capitaux pour songer qu’on a donné pouvoir à des liquidateurs. En attendant, on ponctionne dans le système contribuable

Peugeot est plus fort que Fiat
Invité
Peugeot est plus fort que Fiat

7 milliards d’euros + 5 milliards d’euros de pertes en 2012 = 12 milliards d’euros à trouver . Oui Peugeot est plus fort que Fiat. Ils sont les meilleurs

caca
Invité

je ne comprends plus rien moi, en gors c’est la merde?

pedro
Invité

Bon esprit de synthese.

John
Invité
En gros le concurrent qui souhaite rester anonyme, a fait en sorte que PSA finance ne puisse pas se refinancer en l’état. Du coup ce gentil concurrent obtient que l’aide soit conditionné au fait que PSA (dans son ensemble) tape dans les effectifs, autrement dit le concurrent obtient légalement que PSA doive réduire sa taille ce qui lui permet lui de grossir et d’élaguer la concurrence. Je vous laisse spéculer sur qui est ce concurrent qui a un besoin de croissance infini quitte à utiliser la loi pour eliminer les autres acteurs. Mon avis est qu’il s’agit du premier pouvoir… Lire la suite >>
greg
Invité

Ouais, sauf que des recherches ont montré que ce concurrent n´était pas allemand….Ce d´autant que la banque VW avait bénéficié d´un soutient de l´Etat allemand durant la crise. Je les vois mal se tirer une balle dans le pieds 🙂
Maintenant il ne reste que deux autres possibilités…
Serait-ce un concurrent francais où l´Etat est actionnaire?Peu probable.
Qui reste-t-il?Un concurrent italien qui a aussi un gros besoin de croissance, dont le dirigeant est encoreplus mégalo et arrogant, et lui-même en grande difficulté, se plaignant de ne pas obtenir d´aide publique.

John
Invité

Pas faux, j’ai oublié que Fiat n’avait pas obtenu d’aide quand il en avait demandé

sonic
Invité

Ce qui est clair et sans le moindre doute c’est que PSA va evoluer dans ses effectifs, sa politique etc…mais PSA ne disparaitra pas: c’est impossible car cela reprenseterait une faillite phenomenale pour l’economie française. L’Etat sera toujours derriere et TANT MIEUX. ( cf le cas aux USA egalement)
Maintenant faut arreter les conneries, faire de bonnes caisses et pousser les exportations pour taper les allemands et leurs ouvriers a 500€: Deutsch quality!

wpDiscuz