Accueil Actualités Entreprise Bilan 2012 : Nissan

Bilan 2012 : Nissan

45
2
PARTAGER

Si Nissan aura comme Toyota souffert du séisme au Japon en 2011, les conséquences auront été moindres. Et comme le premier constructeur automobile mondial, Nissan affiche finalement un bilan 2012 en progression, hausse des ventes atteignant 5,8 % à 4,94 millions d’unités. Ceci exposé, les fortunes auront été diverses sur différents marchés.

 

En terme de ventes, Nissan aura donc bouclé l’exercice 2012 avec un volume précis de 4 940 133 unités à l’échelon international.Sur son marché domestique, Nissan a flirté avec la barre des 660 000 exemplaires en hausse de 11,6 %. Le constructeur japonais a aussi bénéficié d’une coquette hausse sur le marché américain (+ 9,5 %) à 1 141 655 unités.

En revanche, la performance européenne aura été en recul vis à vis de 2011 (mais une baisse moins prononcée que le marché en général) avec un repli de l’ordre de 2,4 % à 678 697 exemplaires. Bilan mitigé aussi sur l’important marché chinois. En raison des troubles géopolitiques, les ventes auront diminué de 5,3 % à 1 181 530 exemplaires. Précisons que Nissan salue les ventes enregistrées en Thaïlande, au Brésil, en Inde et en Australie. Nissan revendique finalement 87 % de ses ventes à l’étranger.

En ce qui concerne le volume de production 2012, il aura atteint 4 889 379 unités en hausse de 5,5 % dont 1 148 265 unités au Japon (+ 3,2 %) et le reste à l’étranger en progression de 6,3 % (USA : 644 695 unités à +14,6 %), Mexique : 683 661 unités à +12,6 %, Royaume Uni : 510 572 unités à + 5,3 %). Notons enfin que le volume total de la production à l’étranger aura été impacté négativement à cause de la baisse en Chine, un recul se chiffrant  à 6,2 % à 1 161 168 unités).

A lire également. Bilan 2012 : Toyota à nouveau au sommet.

Source : Nissan.

Crédit illustration : Nissan.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Bilan 2012 : Nissan"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pat
Invité

Il doit y avoir un paquet de constructeurs qui regretent d’avoir refusé d’acheter Nissan à l’époque ou il ne valait plus rien.

cedric
Invité

on ne refait pas l’histoire…

Mais qui sait, les choses auraient peut etre ete differentes si un autre l’avait racheter

wpDiscuz