Accueil Nissan Super GT 2012-7 : Autopolis couronne Quintarelli et Yanagida pour la seconde...

Super GT 2012-7 : Autopolis couronne Quintarelli et Yanagida pour la seconde fois

74
1
PARTAGER

En remportant l’avant-dernière manche du championnat japonais de Super GT 2012 à Autopolis, Ronnie Quintarelli et Masataka Yanagida sur la Nissan GT-R du team Reito Mola ont réussi un exploit rarissime dans la discipline : obtenir le droit de conserver le no1 des champions de la série sur la voiture pour la seconde année consécutive. En GT300 l’Aston Martin Vantage GT3 no66 de Hoshino et Yoshimoto gagne pour la seconde fois de la saison.

Qualifications

Kyushu est le point de passage favori des typhons d’automne arrivant du Pacifique vers l’Asie. Ce week-end le circuit a eu droit à des trombes d’eau durant les essais disputés sur une piste détrempée comme pendant la course. Cela remettait en perspective le fait que les voitures n’emportaient plus, pour cette avant-dernière course, que la moitié du lest de pénalité. Les premiers éliminés de marque en Q3 étaient l’équipage de la Lexus SC Sard no39 sortie de la piste et qui voyait là ses espoirs de titre à peu près anéantis. La seconde auto en Michelin, pourtant habituellement les pneus à avoir sur le mouillé, la GT-R no1, n’allait pas plus loin que la dixième position sur la grille en Q2, non plus que la Lexus no36 de Loïc Duval-Kazuki Nakajima et les vainqueurs de la manche précédente, la GT-R Calsonic Impul no12. La pole en Q1 se jouait entre la GT-R Nismo no23 de Satoshi Motoyama et la Lexus SC WedsSport no19 de André Couto. Le pilote de Macau battait la GT-R de 1 millième de seconde pour obtenir le meilleur temps, un exploit qu’il n’avait pas réalisé depuis 11 ans ! En GT300 la pole revenait à Sekiguchi-Chiyo sur la Nissan GT-R GT3 no3 devant la désormais incontournable Aston Martin GT3 no66 de Hoshino-Yoshimoto.

Course GT500

La piste étant humide sous une pluie fine, le safety car faisait un tour supplémentaire avant de lâcher les voitures. Satoshi Motoyama prenait la tête sur la GT-R Nismo no23 devant André Couto sur la Lexus no19. Le pilote de la GT-R rouge semblait pouvoir s’échapper mais était coupé dans son élan par l’intervention du safety car au cinquième tour suite à la grosse sortie de la SLS GT3 du team Takeuchi, la seconde en trois courses pour la voiture no52… Après le redépart, l’état de la piste ne convenait plus trop aux Bridgestone et les voitures équipées par les autres manufacturiers remontaient rapidement vers la tête de l’épreuve : la SC no19 et la GT-R no24 du Kondo Racing en Yokohama, la GT-R no1 en Michelin et surtout la Honda HSV no32 du team Nakajima aux mains de Michigami en Dunlop qui faisait un festival et accrochait rapidement la troisième position. Loïc Duval et Kazuki Nakajima sur la Lexus TOM’S no36 avaient sombré en début d’épreuve suite au pari raté de l’écurie de démarrer en slicks sur une piste qui se s’assécha jamais.

La lutte pour la première place à la moitié de l’épreuve se réduisait à un duel entre la GT-R no24 de Wirdheim et la Lexus SC de André Couto, avant que Michigami ne les mette tous les deux d’accord. Le choix du Nakajima Racing de ne pas changer les pneus au moment du ravitaillement confortait par la suite la position de la Honda mais allait s’avérer fatal en fin d’épreuve… Alors que l’on s’approchait de l’arrivée, Yanagida sur la GT-R no1 avait remonté tout le monde et s’était installé en seconde position. Flairant la victoire et une première place qui lui offrirait en plus le championnat, le pilote de la GT-R se lançait alors dans un dernier assaut et passait la Honda aux pneus à l’agonie dans le dernier tour après une longue séquence portière contre portière d’anthologie dans les S du circuit. Il passait la ligne en vainqueur, ajoutant le panache à la régularité pour obtenir le second titre de champion consécutif du team Mola.

Malgré un tête à queue tardif Nakayama était second sur la Honda HSV no32 et la Lexus WedsSport no19 terminait troisième.

Course GT300

La course de GT300 fut l’occasion d’un long duel entre la GTR GT3 no3 et l’Aston Martin Vantage no66. L’Aston prenait le commandement au premier tiers de l’épreuve et se construisait une avance qui s’avérait bien utile lorsque la voiture était victime d’un incendie lors du ravitaillement qui lui faisait perdre de précieuses secondes mais lui permettait de revenir en seconde position derrière la GT-R… qui à quelques tours de l’arrivée perdait sa roue arrière gauche et redonnait le commandement puis la victoire à l’Aston Martin de Hoshino et Yoshimoto. La Porsche Endless Taisan no911 finissait deuxième, et la troisième position était pour la Porsche Hankook no33 des leaders du championnat Kageyama et Fujii qui héritaient de la dernière marche du podium après des ennuis mécaniques en fin d’épreuve de la Subaru BRZ no62.

Nissan, le team Mola et ses deux pilotes sont donc champions pour la seconde année consécutive. Si en 2011 on a avait pu invoquer un avantage important des pneumatiques Michelin pour expliquer en partie que ce team venu du GT300 soit champion dans sa premières saison de la catégorie reine, ce second titre ne doit rien à personne. L’équipe a parfaitement su redresser la barre après un début de saison moyen et la paire Quintarelli-Yanagida s’affirme comme une des toutes meilleures de la discipline. Les deux hommes ne sont sans doute pas les pilotes les plus spectaculaires et flamboyants du Super GT, encore que la charge de Yanagida à la fin de cette épreuve fut magistrale, mais ils sont complémentaires, fiables, capables de vitesse quand la situation l’exige et toujours là pour assurer le meilleur résultat possible. Leur victoire à Autopolis constitue leur quatrième podium consécutif.

En GT300 l’écart se resserre en tête entre la Porsche Hankook no33 et l’Aston Martin Vantage no66 qui, depuis qu’elle est arrivée dans la discipline semble difficile à stopper. Le titre se jouera entre ces deux autos sauf si la Porsche no911, mathématiquement toujours dans la course au titre, joue de circonstances très favorables.

La dernière course de la saison aura lieu à Motegi les 27 et 28 octobre prochains.

Classement
Super GT in Kyushu, les 29 et 30 septembre 2012
1. 1 REITO MOLA GT-R Masataka Yanagida/Ronnie Quintarelli
2. 32 EPSON HSV-010 Ryo Michigami/Yuhki Nakayama
3. 19 WedsSport ADVAN SC430 Seiji Ara/André Couto
4. 24 D’station ADVAN GT-R Hironobu Yasuda/Bjorn Wirdheim
5. 29 DENSO KOBELCO SC430 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura
6. 23 MOTUL AUTECH GT-R Satoshi Motoyama/Michael Krumm
7. 38 ZENT CERUMO SC430 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate
8. 100 RAYBRIG HSV-010 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto
9. weider HSV-010 Takashi Kogure/Carlo Van Dam
10. 12 CALSONIC IMPUL GT-R Tsugio Matsuda/Joao Paolo de Oliveira

Championnat GT500
1. 1 Masataka Yanagida/Ronnie Quintarelli 78 pts
2. 38 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate 54 pts
3. 39 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura 49 pts
4. 12 Tsugio Matsuda/Joao Paolo de Oliveira 44 pts
5. 100 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto 41 pts

Championnat GT300
1. 33 Masami Kageyama/Tomonobu Fujii 71 pts
2. 66 Hiroshi Yoshimoto/Kazuki Hoshino 67 pts
3. 911 Kyosuke Mineo/Naoki Yokomizo 62 pts
2. 3 Katsumasa Chiyo 48 pts
4. 11 Tetsuya Tanaka/Katsuyuki Hiranaka 47 pts

Crédit image : GTA, Toyota, Nissan, Honda

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Super GT 2012-7 : Autopolis couronne Quintarelli et Yanagida pour la seconde fois"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
superced08
Invité

vraiment dommage qu’aucune chaine tele de la tnt ne cherche à nous retransmettre le gt500-300 . A la place de la f1 , je penses que l’on serait gagnant! (surtout avec les commentaires d’origine!)

wpDiscuz