Accueil Essais Essai Nissan Qashqai dci 130 : une question de grammes

Essai Nissan Qashqai dci 130 : une question de grammes

402
8
PARTAGER

Personne n’avait vu venir le succès du Nissan Qashqai à la fin de la dernière décennie, cet étrange véhicule qui inventait le terme de crossover et qui a transformé le segment C chez Nissan après l’extinction de l’Almera. Après un restylage l’année dernière, le Qashqai s’équipe maintenant d’un nouveau bloc dCi et de quelques nouvelles options intéressantes.

Zone neutre

Nous avions déjà testé le nouveau Qashqai en long, en large et parfois même en travers sur les petites routes suisses autour de Verbier. Aujourd’hui, nous nous intéressons seulement à un nouveau moteur placé dans la gamme diesel pour remplacer le 2,0 litres dCi 150 chevaux.

Le Qashqai est sans doute l’un des succès les plus inattendus de ces dernières années. Depuis son introduction sur le marché, ce « crossover » (ne leur parlez surtout pas de SUV chez Nissan !) s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le monde. Aujourd’hui, il soigne sa gamme de motorisations pour mieux faire face aux normes anti-pollution et à la sacro-sainte règle du bonus / malus.

Nissan envoie ainsi le 2,0 litres dCi de 150 chevaux à la trappe (sauf en version 4×4 boite auto où il reste au catalogue), au profit du dCi 130 1,6 litres à la conception plus moderne. L’intérêt est évidemment un grammage en CO2 nettement plus avantageux qui permet au Qashqai de se retrouver avec un malus neutre à l’achat et de gagner assez nettement en consommation. A noter que ce dCi 130 s’accouple à un système Stop & Start qui permet d’obtenir un taux de CO2 de 119 grammes / kilomètre et une consommation mixte de 4,5 litres aux 100 kilomètres.

Coté agrément de conduite, la perte de 20 chevaux par rapport au « vieux » 2,0 litres ne se ressent que très peu et pour cause : bien que plus petit, le dCi 130 possède le même chiffre de couple avec 320 Nm, disponibles plus tôt dans les tours. Pour le reste, on retrouve un comportement routier de bonne facture sur la version 4×2 que nous avons essayé sur les routes tortueuses du sud de l’Espagne. L’étagement de la boite six vitesses est convenable et le fonctionnement du Start & Stop aussi. Notez un message très green entre les compteurs lorsque ce dernier est activé et que le moteur est éteint, qui vous indique combien de CO2 vous économisez à chaque fois que vous êtes arrêté. Presque de quoi se prendre pour un sauveur de la planète.

Des yeux partout

Nissan inaugure également sur son Qashqai l’Active View Monitor, un équipement qui permet de tout voir autour de soi, un peu à la façon de ce qui est proposé sur un Range Rover Evoque ou sur d’autres SUV plus chers. Des caméras sont placées tout autour de l’auto et il est possible de tout contrôler via l’écran de navigation intérieur. Idéal pour ceux qui ont la phobie du petit accrochage urbain et pour qui les radars de recul et autres systèmes de détection périphérique ne suffisent pas. Une option à 400 euros et qui permettrait presque de pouvoir conduire entre des obstacles sans regarder dehors, simplement grâce à l’écran de la planche de bord.

En résumé, ce nouveau Qashqai dCi 130 se place au dessus du dCi 1,5 litres 110 chevaux et remplace le 2,0 litres dCi 150 chevaux, tout en étant un peu moins cher que ce dernier. Comptez un prix de départ à 25 600 euros, à noter que le Start & Stop ne sera disponible qu’en début d’année prochaine. Son efficience améliorée lui permettra sans doute de rester au top des ventes, même si son petit frère Juke lui pique quelques clients…

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Essai Nissan Qashqai dci 130 : une question de grammes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Panama
Invité
« Pour le reste, on retrouve un comportement routier de bonne facture sur la version 4×2 » : oui enfin avec comme pour tous ces petits suv de gros problèmes de motricité dûs à un poids élevé et un centre de gravité placé plus haut. Ces voitures ne se comportent absolument pas comme des berlines classiques, contrairement à ce qu’on veut bien nous faire croire. J’ai roulé 3 années en HRV je me suis fait une ou deux frayeurs en freinant en situation d’urgence. Pour ma part, si un jour je choisi un petit suv ça sera en roues motrices et en… Lire la suite >>
Mamadou Dupont
Invité

Malheureusement; chez VAG, cette qualité de construction est surtout subjective !!!

Les derniers rapports « fiabilité » de l’ADAC où les notes étaient données voiture par voiture (ceux de 2008) mettaient les voitures VAG derrières les Renault à l’exception des Audi qui se hissaient au même niveau (pour un prix très très diffèrent).

Depuis l’ADAC a arrêté se type de classement et tout le monde est « vert ». VAG a surement exercé une « légère » pression…

Panama
Invité

Subective ? J’ai depuis 15 jours une golf carat, je peux te dire que la finition n’est pas subjective elle !
La meilleure qualité de construction – ce n’est pas la même chose -se trouve chez Honda, c’est bien connu .

Rakam
Invité

« L’intérêt est évidemment un grammage en CO2 nettement plus avantageux  »
Il dit qu’il voit pas le rapport…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grammage

Autoglym
Invité

Moi je le trouve fort sympathique ce SUV !

Tch
Invité

le « vieux » M9R 2L n’a jamais que 6 ans, ce qui n’est pas vieux du tout pour un bloc. Il est à chaines, comme son petit frère. par contre il délivre 340NM en 150cv et jusqu’à 400NM pour la version 180cv….. plus de couple donc que le petit 1,6L. Il a comme gros avantage d’être un des rares gazout qui pousse vraiment à plus de 5000 RPM (jusqu’à 5200 pour être précis). Donc pas démodé pour 2 sous, mais peut être trop gros pour ces voitures de segment « M1 ».

yn
Invité

Pour ceux qui veulent en profiter… qu’ils fassent vite: Il est pas vieux mais mon petit doigt me dit que ce M9R va bientôt s’appeler MMT (Malus M’a Tuer…) :o(

yn
Invité
J’ai essayé ce DCI 130 1.6l sur un scenic… eh bien je dois dire que niveau agrément je suis un poil déçu: Je pense que les embrayages ne vont pas faire long feu, il n’y a absolument rien sous 1500tr/mn d’ou obligation de cirer à ce régime, certes pas si élévé mais quand même pas loin du double du ralenti, pour démarrer sans rester scotché! Ensuite, on percoit un temps de réponse que l’on n’a pas sur une cylindrée plus importante, qui a besoin d’être moins gavée par le turbo et l’injection directe. Sur route à allure régulière cela n’a… Lire la suite >>
wpDiscuz