Accueil Cabriolet Contact: Lotus Elise Club Racer

Contact: Lotus Elise Club Racer

171
9
PARTAGER

Lors de notre essai de l’Evora IPS, Lotus nous avait réservé une petite surprise… La possibilité de rouler sur le circuit maison fraîchement inauguré, à bord de la toute dernière version de la Lotus Elise: La Club RacerPeu après avoir rendu les clés de sa grandeur soeur, nous avons eu la chance de prendre le volant de la Club Racer. Pour rappel, cette version est allégée de 24Kg, pour un poids total de 845Kg. Cette économie a été rendue possible notamment par le changement de batterie par une nouvelle ultra légère, ainsi que la suppression de certains accessoires. Les sièges baquets ont eux aussi été revus pour gagner en finesse.

Concernant le châssis, les suspensions sont confiées à Eilbach. Enfin, le moteur reste le quatre cylindres Toyota qui délivre 136ch et 160Nm de couple pour 149g de  CO2 rejeté. On notera aussi l’apparition d’un mode sport

Au moment de « descendre » (NDLR: on ne monte pas dans une Elise, mais on y descend)derrière le volant, le ciel décide de faire des siennes. Et c’est sous un temps typiquement anglais que je m’élance sur la piste.

Une fois bien ancré dans les sièges baquets au confort tout relatif (NDLR: mais bien plus que ce que l’on pourrait penser en les voyant), je démarre et part tranquillement sous des trombes d’eau. La première chose qui frappe concerne la direction. On se croirait dans un kart. Ultra précise, directe, on sent que l’on fait corps avec la machine. Il suffit de tourner le volant d’un simple quart de tour, pour prendre les virages les plus serrés. Un régal!

Le châssis équilibré et très sain, permet d’atteindre des vitesses importantes même sur une piste détrempée. Mention spéciale aux pneus Yokohama Advan Neova à l’accroche fantastique. Malgré les accélérations franches en pleine courbe, le train arrière reste docile, et suis la trajectoire sans jamais faire d’incartade. L’ESP reste présent pour veiller au grain, mais ne vient pas perturber pour autant les réactions de la voiture.

Le confort bien que spartiate, reste acceptable pour une voiture de ce type dont la vocation première est la piste ou les petites routes désertes de montagne.

La seule vraie déception vient du moteur, qui pour moi, manque de couple. Certes les accélérations restent franches, mais la sensation de poussée est un peu absente. Cette impression vient peut être aussi du passage de l’Evora et ses 280ch à l’Elise. Nous aurons l’occasion de tester plus longuement la Club Racer afin d’affiner notre jugement.

Toujours est-il, qu’à 36000€, la Lotus Elise Club Racer est un beau jouet pour grand enfant, qui ravira les pilotes débutants comme les confirmés. Néanmoins ces derniers se tourneront peut être plus vers une SC et son compresseur délivrant quelques 220ch.

Elise_Club_Racer_2011 (1).JPGElise_Club_Racer_2011 (6).JPGElise_Club_Racer_2011 (7).JPGElise_Club_Racer_2011 (8).JPGElise_Club_Racer_2011 (2).JPGElise_Club_Racer_2011 (4).JPGElise_Club_Racer_2011.jpgElise_Club_Racer_2011 (10).JPGElise_Club_Racer_2011 (9).JPG

A lire également : Essai Lotus Evora S, Un nouveau responsable Marketing chez Lotus

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Contact: Lotus Elise Club Racer"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
cycledelic
Membre

L’Elise est une véritable fusée dans les chicanes ou autres virages serrés. C’est toujours impressionnant le différentiel de vitesse comparé aux autres voitures. Alors oui, on lui pardonne largement son petit déficit de puissance en ligne droite!

r.burns
Membre

Pour rectifier la dernière phrase la 220ch n’est plus importée depuis des mois, seule reste au catalogue l’entrée de gamme de 136ch

tetdebit
Invité

et les 192? plus non plus?

r.burns
Membre

oui c’est vrai, en stock

TheStig
Invité
Pour en utiliser une le week-end quand je reviens dans un monde civilisé (en région parisienne ça me refroidit quand je vois le « soin » dont les autres font preuve avec les voitures les environnant, que ce soit à pied (coups de portières, coups de chariots) comme en voiture (queue de poisson, « oubli » de regarder devant soit tellement le portable est plus intéressant)), c’est toujours le même pied à chaque fois, et ce depuis l’achat en mars… Une direction de rêve, un châssis parfait… Un grand sourire qui vient au visage dès qu’on trouve la moindre courbe ! Et la sonorité… Lire la suite >>
DinoSP
Invité

+1

Je suis à peu près dans le même cas. Je ne l’utilise plus la semaine après qu’un vélo m’ait emporté le rétroviseur droit. Pourtant cette voiture était un parfait exutoire qui me permettait d’avoir la motivation de me lever le matin.
En tout cas je l’ai souvent dit mais je pense qu’un vrai passionné de conduite et d’automobile se doit de posséder une Elise qui est pour moi la meilleure sportive de ces 10 dernières années. (rapport qualité/prix s’entend).

wpDiscuz