Accueil Actualités Entreprise Chrysler/Fiat : l’union retardée

Chrysler/Fiat : l’union retardée

35
13
PARTAGER

Alors qu’une cour fédérale de New-York avait dans un premier temps validé le rapprochement entre Fiat et Chrysler, un ultime épisode en date pourrait contrecarrer et retarder le mariage entre le constructeur américain et son homologue italien. La cour suprême a en effet décidé de retarder, et ce pour une durée indéterminée, la reprise des actifs par ce consortium sous le contrôle majoritaire de Fiat. De quoi alors plonger Chrysler dans le doute tout comme Fiat.

Cette annonce faite le jour même où devait être définitivement entériné le rapprochement avec Fiat a été rendue publique par la cour suprême. Cette dernière, saisie par des fonds de l’Indiana, met donc le projet entre parenthèses.

Ces fonds de pension, investis à hauteur de 42 millions de dollars en obligations dans le constructeur, ont argumenté sur le fait qu’ils étaient insuffisamment bien traités quant au montant de leur dette.

En plus clair, l’opération favoriserait les grands créanciers contre les plus petits laissant potentiellement ces derniers sans pouvoir disposer de leur argent.

Selon diverses sources, l’épilogue de ce nouveau fait pourrait prendre des semaines ou des mois. Et si aucun accord ne parvenait à être trouvé, ce dans le pire des cas, une liquidation pure et simple de Chrysler pourrait alors être prononcée entraînant alors la suppression de plus de 38 000 emplois.

Chez Fiat toutefois on se montre résolument optimiste avec l’espoir de boucler définitivement le dossier avant le 15 juin. Chrysler que l’on pensait mieux loti que son homologue GM grâce à cet accord providentiel avec Fiat patientera donc encore avant de voir le bout du tunnel.

A lire également. La cession de Chrysler approuvée et Rapport Auto Task Force : Chrysler pas viable sans Fiat.

Source : diverses.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz