Accueil Berlines Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: extérieur (1/4)

Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: extérieur (1/4)

267
13
PARTAGER

« Oh lord, won’t you buy me a Mercedes-Benz ? My friends all drive Porsches/ I must make amends. Worked hard all my lifetime/no help from my friends/ So lord, won’t you buy me a Mercedes-Benz ? »

La chanson est de Janis Joplin (qui, ironie de l’histoire, roulait en Porsche.)

Récemment, un lecteur se plaignait que l’on ne parlait pas assez de voitures « propres ». Monsieur, on sait écouter les suggestions de nos lecteurs et voici un essai complet de la Mercedes C200 CDI BlueEfficiency.

Commençons par l’extérieur. Comme souvent, à ce niveau de gamme, le style est très classique, voir passe-partout. C’est joli, certes, mais dans 30 ans, les livres sur le design ne l’évoqueront pas parmi les voitures marquantes des années 2000. Dans la rue, les regards ne s’arrêtent pas devant, quel que soit le quartier.

Les Mercedes déclenchent toujours des débats passionnés. Car il y a un fossé entre les fans et les autres.
Pour les fans, une Mercedes est un symbole de réussite, de statut social et ils ne jurent que par la marque à l’étoile. Dimanche, j’ai ainsi été bloqué car un paroissien voulait garer sa Classe E dans la micro-place juste devant l’église. Et je peux annoncer sans trop m’avancer que si les portes de l’édifice étaient assez larges, il se serait garé au pied de l’autel…
Pour d’autres, comme moi, c’est davantage un objet pour frimeurs, voire pour nouveaux riches. Quant à associer « Mercedes » et « diesel », ça me fait immanquablement penser à ceci:

Au moins, avec une Mercedes, vous savez d’emblée que vous avez affaire à une bonne voiture. On n’a jamais vu de Mercedes totalement loupée sur le plan des motorisations ou de la finition. D’où la bonne réputation de Mercedes. Alors que par exemple, la Subaru Legacy essayée précédément souffrait d’un déficit d’image: on lui démande de nous prouver que c’est une bonne voiture.

La calandre de notre modèle d’essai trahit que c’est une version « Classic » de base. Car la meilleure finition, Avantgarde, reçoit cette ostentatoire calandre avec étoile centrale:

Cette version « Classic » est néanmoins élégante: calandre chromée, rétroviseurs intégrant les clignotants, bouclier ton caisse, phares aux xenon, etc. Sans oublier le logo « BlueEfficiency » sur les ailes avant.

De quoi largement ravir les fans.

Avec 4,581m cette Classe C possède un aspect de « grosse Mercedes ». On est loin du cliché de la « Mercedes du pauvre » véhiculés par la 190 et la première Classe C. Mais le meilleur est à l’intérieur…

175189175193175196175199175202175205175208175211175214175217

(à suivre.)

A lire également:
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: intérieur (2/4)
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: sur la route (3/4)
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: conclusion (4/4)
Nouveau 4 cylindres diesel chez Mercedes
500.000 Mercedes Classe C

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz