Accueil Eco techno Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: conclusion (4/4)

Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: conclusion (4/4)

194
19
PARTAGER

J’ai pris le volant de cette Mercedes C200 CDI BlueEfficiency en ayant pas mal d’a priori négatifs. 1700km plus tard, mon opinion a grandement changé.

Le principal point à retenir, c’est que cette Classe C d’entrée de gamme n’est pas un véhicule au rabais (cf. les Mercedes 190 1,8l avec boite 4 vitesses et vitres à manivelles.)

C’est un véhicule idéal pour parcourir de longues distances, à plusieurs, aussi bien sur route, que sur autoroute.

En point « très, très positifs », il y a le confort.

En points « très positifs », il y a la maniabilité (y compris en ville), la consommation, la qualité perçue, l’image de marque en béton et la facilité pour la revente.

En points « positifs », sans plus, il y a le moteur (forcément, 136ch, pour 1,5t, c’est un peu short), la ligne chic, mais trop conservatrice et la dotation en équipement de série.

En points négatifs, il y a cette boite manuelle digne d’une Américaine des années 80, la motricité lors d’accélérations franches, ainsi que le nombre d’options (et leurs prix.)

Globalement, elle a les qualités et les défauts d’une Mercedes. Les fans seront donc comblés.

Et les autres? Comme d’habitude, Mercedes fait payer cher l’étoile sur la calandre. La Classe C200 CDI BlueEfficiency Classic est à 30 900€ sans options. Or, pour 30 750€, vous avez une Renault Laguna dCi 150 Dynamique. Elle offre un meilleur équipement, 50ch supplémentaire et sera presque aussi facile à revendre.

Autre défaut pour le quidam: le label BlueEfficiency, trop discret. Dans Top Gear Australia, Charlie Cox a déclaré que si l’Accord Hybrid fut un flop, c’est parce qu’elle n’était pas assez explicitement écologique. Or, les acheteurs de voitures « propres » veulent que le monde entier sachent qu’ils ont voiture propre. Ils préfèrent donc les véhicules bien identifiés comme propres (comme les PIPO2.)
Mercedes se contente d’apposer un logo « BlueEfficiency » sur l’aile avant. Et l’actuelle publicité pour la Classe B BlueEfficiency (équipée, elle, d’un Stop&Start) n’évoque même pas les émissions de C02 à voix haute! Il faudrait un badge avec un arbre dessus à l’arrière ou bien, sur le tableau de bord, un indicateur du nombre d’ours polaires sauvés aux 100km!

175594175597175600175603175570175573175576175579175606

A lire également:
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: extérieur (1/4)
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: intérieur (2/4)
Essai Mercedes C200 CDI BlueEfficiency: sur la route (3/4)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz