Leblogauto.com

Essai : Peugeot 5008, le SUVspace [Vidéo]

Le Peugeot 5008 est mort, vive le nouveau Peugeot 5008 ! Après une longue mais plutôt discrète carrière, le monospace compact frappé du lion devient SUV. Mais pas n’importe quel SUV, puisqu’il accueille jusqu’à 7 passagers et leurs bagages. Notre essai de ce “SUVspace” sur les routes du Portugal.

[Mise à jour – 11/01/2018] Intégration de la vidéo de l’essai – Sujet publié initialement sur Le Blog Auto le 16 février 2017.

Style extérieur

Ce deuxième cru de Peugeot 5008 n’est plus tout à fait un monospace, ni un SUV traditionnel. Voyons plutôt une sorte de routière hybride, qui réunirait le meilleur des deux catégories. Moins équilibrée que celle du 3008, la ligne offre malgré tout un certain caractère. Capot plongeant, optiques agressives, flancs sculptés… L’ensemble ne manque pas de cachet. Pour d’évidentes raisons d’optimisation de l’espace intérieur, la poupe s’avère assez massive mais reste assez élégante. Les bas de caisse type aluminium et les protections de carrosserie en plastique brut parachèvent le petit côté baroudeur qui plait tant à la clientèle. Reste que l’épaisseur des montants pénalise comme souvent la visibilité vers l’arrière et implique d’investir dans une caméra de recul (de série à partir de la finition Allure).

Si le Peugeot 5008 de deuxième génération évolue stylistiquement, il prend également de l’embonpoint. Pas moins de 11 cm supplémentaires en longueur (4,64 m) par rapport à l’ancien opus ! Un beau bébé qui entre en concurrence frontale avec les Nissan X-Trail et Skoda Kodiaq.

Style intérieur et équipement

Le gros point fort de cette deuxième génération de Peugeot 5008, c’est son habitacle. A commencer par le dessin de sa planche de bord. Ce fameux i-cockpit orienté vers le conducteur est une réussite. Si l’inspiration est clairement à rechercher du côté des allemandes, le résultat est à la hauteur. La finition est d’ailleurs très soignée, à tel point que la distinction devient de plus en plus difficile avec les productions germaniques.

L’autre argument choc, c’est l’habitabilité. Vraiment généreuse sur les deux premières rangées de sièges ! On bénéficie d’un plancher plat, de sièges individuels inclinables et coulissants… En revanche, pas de miracle à attendre de la troisième rangée. De série sur le marché français, les strapontins (que l’on dissimule sous le plancher) ne sont en effet destinés qu’à des enfants.

Enfin, le volume de coffre généreux complète ce tableau très flatteur. Son seuil de chargement bas, ses contours réguliers et sa grande capacité (780 litres en configuration 5 places) devraient faire des jaloux.

Cinq finitions sont proposées sur le Peugeot 5008. Dès l’entrée de gamme Access, on trouve le régulateur/limiteur de vitesse, le volant cuir, la climatisation manuelle, la radio MP3/Bluetooth avec connectique USB… Notre version Allure offre une dotation beaucoup plus riche, puisqu’elle dispose des jantes alliage de 18 pouces, de l’aide au stationnement AV/AR avec caméra de recul, du système de navigation, du pack Safety Plus (freinage d’urgence…) et bien d’autres équipements.

Sur la route

La plate-forme modulaire (EMP2) du Peugeot 5008 est partagée entre autres avec le 3008. A l’instar de son petit frère, le nouveau 5008 est plus léger que l’ancien modèle (70 kg de gagnés sur notre version), ce qui a pour conséquence d’améliorer la vivacité de l’engin. La direction directe, l’excellent compromis confort/efficacité des amortisseurs et la vigueur du freinage participent grandement au plaisir de conduire. Le Peugeot 5008 se conduit à peu de chose près comme une berline compacte dont le centre de gravité serait plus élevé. La seule réserve concerne l’adhérence latérale des pneumatiques à faible résistance au roulement, dont le grip reste encore à améliorer dans les grandes courbes attaquées à vive allure.

Il convient de préciser qu’une autre monte pneumatique est disponible à condition d’opter pour l’option Grip Control (410 euros sur notre version) qui améliore les capacités d’adhérence sur sol humide, verglacé ou gras.

Motorisation

Pas moins de six versions sont disponibles au lancement : deux en motorisations essence de 130 ou 165 chevaux et quatre en Diesel, de 100, 120, 150 et 180 ch. Nous avons jeté notre dévolu sur la version 2.0 BlueHDi de 150 ch qui convient bien à une utilisation « familles nombreuses ».

Quelque peu sonore à froid et sur les intermédiaires, ce bloc vigoureux permet de bien exploiter les qualités du châssis. Si l’on excepte une arrivée un peu tardive du couple maximal (370 Nm à 2.000 tr/min), ce 2 litres reprend fort et permet des dépassements énergiques, même sur des routes à fort relief. On apprécie aussi le guidage ferme et précis de la commande de boite, qui ferait presque oublier l’absence de commande automatique sur cette déclinaison de 150 ch.

Face au chronomètre, Peugeot annonce un excellent temps de 9,6 secondes pour expédier le 0 à 100 km/h. La consommation fixée à 6 litres aux 100 km sur notre ordinateur de bord est également une belle surprise sur notre parcours accidenté.

Tarif et conclusion

Quelle réussite que ce nouveau Peugeot 5008. Si la firme sochalienne a longtemps tâtonné avant d’investir le segment des SUV, force est de constater que le modèle a toutes les chances de devenir un best-seller. Sa ligne dynamique, son habitabilité généreuse et ses prestations routières convaincantes devraient rendre la vie dure aux Nissan X-Trail et Skoda Kodiaq pourtant pétris de qualités.

La gamme Peugeot 5008 débute à 26 400 euros en version 1.2 essence 130 ch Allure, et il faut compter 36 950 euros pour notre 2.0 Diesel 150 ch en finition Allure. C’est moins cher qu’un Skoda Kodiaq de motorisation et finition équivalente (38 450 euros en 2.0 TDI 150 Style), mais ce dernier est, il est vrai, équipé d’une boîte à double embrayage de série.

Crédit photos : JM/le blog auto

+ Style réussi
Habitabilité généreuse
Prestations routières
Confort
Rétrovision vers l’arrière
Pneumatiques à faible résistance au roulement
Moteur encore sonore à froid

 

Peugeot 5008 2.0 BlueHDi 150
Moteur
Type et implantation 4 cylindres en ligne Diesel turbo
Cylindrée (cm3) 1997
Puissance (kW/ch) 110/150 à 4000
Couple (Nm) 370 à 2000
Transmission
Roues motrices Avant
Boîte de vitesses Mécanique à 6 rapports
Châssis
Suspension avant MacPherson
Suspension arrière Traverse déformable
Freins Disques ventilés AV / Disques AR
Jantes et pneus 225/55R18V
Performances
Vitesse maximale (km/h) 205
0 à 100 km/h (s) 9,6
Consommation
Cycle urbain (l/100 km) 5,3
Cycle extra-urbain (l/100 km) 4,2
Cycle mixte (l/100 km) 4,6
CO2 (g/km) 118
Dimensions
Longueur (mm) 4641
Largeur (mm) 1844
Hauteur (mm) 1646
Empattement (mm) 2840
Volume de coffre (l) 780->1940
Réservoir (l) 56
Masse à vide (kg) 1490