Accueil Actualités Entreprise Pingyao : un festival dans une usine (théoriquement) pas désaffectée

Pingyao : un festival dans une usine (théoriquement) pas désaffectée

209
0
PARTAGER

Fin octobre, la ville minière de Pingyao, en Chine, accueillait son tout premier festival de cinéma.

Du 28 octobre au 4 novembre avait lieu « Pingyao année zéro ». C’est la toute première édition d’un festival de cinéma appelé à devenir annuel. Au programme, quelques films locaux, des films « en cours de montage » (traduction : pas encore homologué par la censure) et quelques vieux films (dont un cycle Jean-Pierre Melville.) Le constructeur GAC est le sponsor principal et le SUV GS8, voiture officielle.

En fait, ce festival est un prolongement du Pingyao International Photography [Festival] (PIP.) Il a lieu depuis 2001 dans une ancienne usine textile. Depuis 2016, il dispose d’un second bâtiment, une usine désaffectée de diesel industriels. C’est cette dernière qui sert de « palais des festivals » pour les films.

Jinzhong Truck est un carrossier industriel local. Il assemble des camion-grues, sous licence Xinyu. Les véhicules sont destinés à l’industrie minière. La région du Sanxi étant riche en mines de charbons.

Puis il se diversifie avec des moteurs diesel destinés à l’industrie, sous licence Cummins. Ils sont fabriqués sous l’enseigne Jinzhong Remote Diesel.

En Chine, l’offre en charbons est largement excédentaire. Pékin décide de fermer les petites mines (et accessoirement, c’est bon pour l’image.) Est-ce cela qui a causé la perte de Jinzhong ? Ou bien est-ce du à un trou d’air chez Sanxi, où il semble ne pas s’être passé grand chose depuis 2011 ? En tout cas, l’entreprise a disparu corps et bien.

En Chine, les entreprises font rarement faillite. Le pays étant très bureaucratique, les autorisations de production sont des sésames qui se revendent à prix d’or. Et pour les entreprises publiques, c’est une question d’honneur. Des faillites dans sa circonscription, cela noircit le bilan d’un délégué local du Parti, allant jusqu’à bloquer son ascension…
Et donc, bien que Jinzhong ne produise plus de camions et que son usine de moteurs ait été transformée en salle d’exposition, l’entreprise existe toujours !

Plus préoccupant : des petits malins vendent toujours les produits de Jinzhong. Un grossiste prétend ainsi disposer de 500 moteurs comme celui ci-après. Les plus chers valent 15 000€. Attention donc aux arnaques, notamment sur les équipements Chinois destinés au continent africain…

Crédits photos : Xinyu (photos 1 et 3), PYIFF (photo 2) et FKS Goods (photo 4.)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz