Accueil Essais Essai Peugeot 308 1.6 THP 155 ch

Essai Peugeot 308 1.6 THP 155 ch

716
91
PARTAGER

Peugeot poursuit l’offensive nécessaire à son redressement en sortant des modèles plus en phase avec les marchés sur lesquels la concurrence s’avère toujours plus féroce. Cette fois-ci, la nouvelle 308 s’attaque ni plus ni moins frontalement à la référence des berlines compactes, la Volkswagen Golf. Du style en passant par la finition, jusqu’aux qualités dynamiques, la Lionne s’annonce comme redoutable pour inquiéter l’Allemande. Avec de telles ambitions affichées, nous étions impatients de voir le résultat, en en prenant le volant dans l’Est de la France, entre l’usine de Sochaux et l’Alsace.

 

Un style consensuel, pour de grandes ambitions

Peugeot se plie aux codes de ce segment traditionnel où la sobriété stylistique demeure une des conditions de base pour s’assurer un succès raisonnable. Ainsi, la nouvelle 308 adopte un dessin manquant certes d’audace, mais rassurant qui ne fera tiquer ni les habitués maison ni les clients d’autres officines qui lorgneraient du côté du Lion. Du coup, l’allure générale, il faut l’admettre, a des accents germaniques. L’identité si caractéristique des modèles de Sochaux ne s’exprime finalement que par les blocs optiques reprenant le thème des dernières productions et concepts. On note également une calandre à l’ouverture plus modeste et chromée, avec une connotation plus haut de gamme que l’ancien modèle.

A l’intérieur, la révolution s’est imposée, à tous les niveaux. A commencer par le style, globalement très épuré, et l’adoption d’un cockpit aux compteurs surélevés, façon 208. Comme pour cette dernière, chacun trouvera ça formidable ou complètement inadapté suivant sa position de conduite. En l’occurrence pour ce qui nous concerne, rien à redire. Les deux principaux compteurs affichent les informations habituelles, la vitesse à gauche et le compte-tours à droite dont l’aiguille monte dans le sens antihoraire, à l’instar des Aston Martin, excusez du peu…

Un habitacle sans complexe face à la référence

En termes de qualité perçue, le revêtement moussé de la partie haute de la planche de bord et des contre-portes s’impose. Pour le reste, les plastiques choisis ne dénotent pas, et surtout tiennent parfaitement la comparaison avec ce qu’il se fait de mieux dans la catégorie. L’assemblage de qualité frise la meilleure note. Il faudra y aller à la loupe pour noter quelques détails qui dérangeraient les plus exigeants, mais il faut d’abord noter le bond sensible par rapport à l’ancienne génération, et surtout une qualité peu ou prou équivalente à la Golf.

Pour s’assurer une bonne place parmi les meilleurs, Peugeot ne lésine pas non plus sur les équipements, en particulier la technologie embarquée. Au centre de la console trône un écran tactile d’où le conducteur gère la totalité des fonctions de confort et certaines de conduite, de la climatisation à la radio, et plus encore. La préhension des différentes commandes via cet outil donne l’impression d’un accès étrangement pas toujours direct, avec au moins une manipulation en plus à faire par exemple pour gérer la température, là où il suffisait de tourner une molette. Toutefois il s’agit là d’une habitude à prendre, qui ne pose pas de difficulté particulière. Tous les gadgets sont présents, pêle-mêle un régulateur à radar, une détection d’angle mort, caméra de recul, feux full LEDs etc.

Une cure d’amaigrissement au bénéfice de l’agilité

Le confort ne souffre pas vraiment la critique, la sellerie par ailleurs joliment dessinée sur notre modèle haut de gamme assurant une position idéale malgré un léger manque de maintien. Côté coffre, les 420 dm3 disponibles s’adjugent l’une des meilleures capacités du segment. L’habitabilité arrière s’avère évidemment meilleure que sa devancière et ne rebutera personne, même les grands gabarits qui voyageront dans un confort acceptable.

Mener une 308 d’ancienne génération s’assimilait à une partie de plaisir, compte tenu d’un compromis confort/dynamisme déjà de grand niveau. La nouvelle mouture enfonce le clou, en accomplissant au passage un tour de force, avec un régime lui ayant fait perdre dans la meilleure configuration quelques 140 kg. Pour atteindre ce but, le constructeur utilise des matériaux autrefois réservés à des véhicules de pointe, comme l’aluminium et certains alliages qui désormais ne sont plus rares sur les segments de marché généralistes. En outre, l’assiette a été abaissée de quelques centimètres, comme le centre de gravité.

Meilleure en Diesel ?

A la clé, une tenue de route qui n’a très franchement rien à envier à certaines compactes supposées sportive. Notre modèle essence de 155 ch voit l’agilité de la voiture même améliorée par rapport aux modèles Diesel, avec un poids moindre sur le train avant, grâce à un moteur plus léger. Là où certaines concurrentes endurcissent l’amortissement pour assurer un dynamisme de bon aloi, Peugeot continue de surprendre avec des suspensions endiguant assez facilement toute amorce de roulis, sans pour autant perdre en filtrage des inégalités de la route. La tenue de cap s’avère facile à tenir, même à fort rythme, malgré un sentiment de légèreté dans le volant que seuls les plus aguerris arriveront cependant à détecter. L’équilibre sain de ce châssis EMP2 (base sur laquelle repose déjà le Picasso et de futures productions PSA) autorise ainsi des vitesses de passage en courbe optimistes. Même en cas de légère survitesse, la voiture reste inscrite dans son virage sans sourciller, en faisant à peine entendre sa monte pneumatique en appui prononcé. Et c’est tant mieux… car compte tenu de la confiance et l’assurance qu’offrent cette nouvelle 308, nous nous sommes parfois retrouvés en situation de flagrante surconduite.

Au final, pour bien exploiter cet outil que constitue la nouvelle plateforme de PSA, malheureusement le THP 155 ch, le bloc essence le plus puissant disponible au lancement, n’apparaît pas comme le meilleur compagnon de route. Sur le papier, il affiche pourtant des chiffres assez flatteurs, notamment un couple important de 240 Nm disponible sur une plage d’utilisation assez large. Dans les faits, cela se traduit surtout par une faible réactivité à bas régime, presque jusqu’à 2000 tr/mn, avant de rentrer dans le gros du couple qui en revanche se laisse ensuite apprécier au-delà des 5000. Du coup, il en ressort une fausse impression de mollesse au regard des performances qui sont honorables. Il n’empêche que pour bien profiter des relances, il faudra jouer du levier de vitesses en de nombreuses occasions. La commande de boîte accroche un peu sur les premiers rapports, sans doute à cause de la fraicheur des exemplaires mis à notre disposition.

Vivement la 308 R…

Malheureusement, comme cela arrive beaucoup trop souvent dans notre Europe beaucoup trop « dieselisée », pour l’instant on ne peut que conseiller de privilégier le HDi 115. Toutefois il nous faudra essayer les versions essence plus modestes, parfois plus nerveuses à bas régime, pour compléter notre avis. Surtout, vu la qualité encore une fois exceptionnelle du châssis, le principal sentiment qui nous habite… est l’impatience. L’impatience de s’asseoir et cravacher la future version R forte de 270 ch préfigurée par le concept de Francfort. Si celle-ci sublime comme on l’attend la base déjà de très bonne tenue, on tiendra là à nouveau un sacré numéro !

Crédit photos : Peugeot

+Compromis confort/dynamisme référence
Finition au niveau
Equipements technologiques
Perte d’identité dans le design
THP 155 peut mieux faire
Trop de commandes centralisées sur l’écran

 

Caractéristiques (modèle essayé)
Moteur
Type et implantation4 cylindres
4 soupapes par cylindre
Turbo
Transversal avant
Cylindrée1560 cm3
Puissance155 ch à 6000 tr/mn
Couple240 Nm à 1400 tr/mn
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitessesManuelle à 6 rapports
Jantes et pneus205/55 R16
Performances
Vitesse maximale215 km/h
0 à 100 km/h8s
Consommation
Cycle urbain7,7 l/100km
Cycle extra-urbain 4,5 l/100 km
Cycle mixte5,6 l/100 km
CO2129 g/km
Dimensions
Longueur4253 mm
Largeur1804 mm
Hauteur1457 mm
Empattement2620 mm
Volume de coffre420/1228 l
Réservoir60 l
Masse à vide1165 kg

Poster un Commentaire

91 Commentaires sur "Essai Peugeot 308 1.6 THP 155 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Greg
Invité

« la Lionne s’annonce comme redoutable pour inquiéter l’Allemande » Niveau fiabilité aussi ????
Car comme dirait l’autre « y en qui ont essayé, ils ont eu des problèmes, hein ! « 

SGL
Membre

effectivement l’ADAC l’a essayé !
à rajouter en plus les FAP démonté des grosses Allemands parce que NON fiables et couteux par des garagistes peu scrupuleux. Résultat des machines qui polluent 100 fois plus que les petits mazouts frenchys ! bonjour la moralité ! une petite pensée pour les plus de 42 000 personnes tuées par an (dont la moitié des enfants de moins de 5 ans !)

SAM
Invité

Oui mais en même temps quand Autobild ou Auto Motor Und Sport font des comparatifs chez les compacts :
la nouvelle Golf est toujours comparée à la BMW 1, la Classe A et l’Audi A3
la 308 a été comparé à la Kia, la Ford et la Hyundaï.
Ils ont pas très objectifs là-bas et les commentaires des teutons me font penser que ce sont les « nouveaux fachos » de l’auto (pardonnée du mot). A part Skoda, les allemands achètent allemand malgré les qualités de cette auto. Dons parler des allemands, ce n’est pas un critère de vente.

SGL
Membre

C’est Normal il manque les futures :
-2.0 BlueHDi 150 ch
-2.0 HDi de 180 ch pour l’automne 2014
-2.0 THP de 200 ch
-2.0 THP de 270 ch
Et là Les Golf et A3 ont trouvé à qui parler ! Belle bagarre en perceptive.

Thomas
Invité

😀

mario
Invité

Qu’elle est fade …

SGL
Membre

Et la golf est extravagante ?

L’ancienne 308 avait un design qui se voulait être avant-gardisme, c’est pour ça qu’elle s’est démodé plus vite que prévu. La 308 mk2 est beaucoup plus consensuelle et classique (plus Germanique) elle est moins révolutionnaire sur l’esthétique mais elle va se démoder moins rapidement. Certes tout ça est subjectif mais je crois avoir été proche du consensus général. Somme toute une voiture hyper-efficace dans une robe discrète.

mario
Invité

non, la golf est fade aussi…

Jean
Invité

Les gens qui voudront une voiture plus originale se tourneront vers Citroën. C’est fini les modèles interchangeables au sein de PSA.

******
Invité

les allemandes sont fiables, surtout la boite DSG………

Sam Suphi
Invité

Lol ! MDR !!!

Panama
Invité

Et pas de BVA bien sûr. Bof

Et je suis désolé, cet écran multifonction devient une hérésie quand les commandes les plus basiques doivent passer par lui.

Alors pour faire fonctionner le dégivrage du parebrise, on touche l’écran, sélection chauffage-clim puis dégivrage. Tout ça en ne quittant pas la route des yeux ? Voiture normale : appuyer sur UN bouton.

Cet écran est un fantasme de designer qui n’a pas d’avenir

JiFa
Membre
C’est plutôt votre commentaire qui n’a pas d’avenir. le multifonction permet d’éliminer une somme hallucinante de boutons et donc de pièces, de coût, de développement, de temps d’assemblage etc…. Il faut juste s’assurer que l’interface soit bien faite et le tour est joué. Vous avez un smartphone tactile? c’est pourtant pas plus compliqué. pour ce qui est du désembuage perso, je m’assure avant de commencer à rouler que toutes les conditions soient réunies pour rouler en toute sécurité. N’ayant pas testé cette écran et son interface, je n epeux pas argulenter sur e fait que ce soit accessible mais je… Lire la suite >>
Jean.Mi85
Invité

Le désembuage est accessible directement par des boutons, sans passer par l’écran tactile. Merci de vous renseigner avant d’écrire des erreurs…

yann
Invité
Je suis d’accord: Un tel écran tactile avec des fonctions destinées à être manipulées en roulant n’a rien à faire dans une voiture. Sans rien retirer au reste, plutôt réussi a priori. A la limite, je préfère le joystick/molette cliquable placé au milieu derrière le levier de vitesse qui a précédé le tactile pour les navigations embarquées depuis déjà quelques années: Aucune contorsion au moins… et une commande dont le feedback passe par la main et n’oblige pas à avoir de longues secondes l’oeuil sur l’écran pour placer son doigt précisément sur les bonnes icones. Il serait bien que Peugeot… Lire la suite >>
wpDiscuz