Accueil Essais Essai : Seat Ibiza Cupra SC – Sportwagen ?

Essai : Seat Ibiza Cupra SC – Sportwagen ?

152
9
PARTAGER

Retouchée en 2012 la Seat Ibiza (quatrième du nom) avait vu un concept Cupra présenté au Salon de Pékin 2012. Evolution plus que révolution cette Cupra se germanise et le revendique clairement : « Nous sommes Espagnols et Allemands ». Cette double nationalité assumée fait-elle perdre son caractère à la voiture ou le renforce-t-elle au contraire ?


http://www.dailymotion.com/swf/video/xyt4rd

Sobriété de mise à l’extérieur
Esthétiquement, cette Ibiza Cupra joue sur la sobriété de sa ligne et ne diffère de la version normale que par de petites touches. On est loin de l’exubérante Ibiza Bocanegra. La calandre, ornée du logo Cupra, est soulignée par quatre petites ouvertures. Elle arbore un dessin de grille spécifique sensé suggérer la sportivité. La partie centrale, portant la plaque d’immatriculation, est noire pour ouvrir visuellement plus grand la bouche de cette Ibiza. Les feux à LED aux lignes tendues, signature visuelle des Seat, sont bien évidemment de la partie ainsi que les plis de carrosserie qui dynamisent le style global de la voiture.

Néanmoins, il faut attendre de voir l’arrière de cette Ibiza Cupra pour voir un peu de sportivité. Le bouclier arrière, comme un pendant à celui de l’avant, arbore un trapèze béant contenant un diffuseur ainsi qu’une sortie centrale (trapézoïdale elle aussi). Le tout est encadré par des aérations, fausses tout comme l’est cette sortie centrale qui cache (mal) 2 petites sorties rondes. On a déjà vu plus discrètement intégré.

A l’intérieur : du bon et du moins bon
Ce qui frappe en premier lieu à l’intérieur, c’est là encore la sobriété générale de la ligne, la couleur dominante noire n’aidant en rien à égayer le tout. La partie haute de la planche de bord est faite des fameux plastiques moussés quand la partie basse arbore des plastiques durs. Cet assemblage donne une drôle d’impression.

Côté ergonomie, on retrouve la patte allemande. Les commandes du régulateur de vitesse par exemple ou certains comodos trahissent la proximité avec les productions VW. Toute fois, on regrettera encore l’intégration (ou plutôt la non intégration) de l’écran multi-média (GPS, télémétrie, etc.).

Les sièges, en version bi-ton cuir du plus bel effet, sont enveloppants et maintiennent bien dans les courbes sans devenir inconfortables pour autant. Le volant trois branches permet une bonne préhension et surtout, les palettes pour monter et descendre les vitesses suivent le mouvement, permettant de changer de rapport quand on le souhaite.

Une mécanique (trop) linéaire
Avec ses 180 chevaux, ses 250 Nm de couple entre 2000 et 4500 tr/min et sa boite DSG, la Cupra est sportive. C’est indéniable. Cependant pas de « coup de pied », pas de caractère rageur, cette Cupra est finalement très linéaire au ressenti et cela assombrit un peu le tableau.

Pourtant sur le plan dynamique, les chiffres sont bons. 0 à 100 km/h en 6,9 secondes, 228 km/h de vitesse maximale, l’Ibiza accélère fort, bien aidée en cela par la boîte DSG à 7 rapports et son duo compresseur/turbo qui permettent au TSI de respirer correctement. Au niveau de la consommation l’Ibiza se révèle même très sobre en conduite normale puisqu’elle se contente de 5,9 litres aux 100km (données constructeur), un peu plus de 6 litres/100km relevés.

Sportive, sans excès
Si le moteur permet des accélérations dignes de ce nom, le comportement trahit quelques faiblesses pour une sportive pure et dure. On est plutôt en présence d’une GT. Le train avant, malgré un différentiel électronique XDS, tend à tirer la voiture vers l’extérieur du virage forçant à ralentir un peu les entrées en courbe. Sur revêtement bosselé, la voiture a également tendance à sautiller, rendant délicates certaines approches.

Mais une fois menée à son rythme, l’Ibiza Cupra se montre docile et agile, sautant d’une courbe à l’autre sans se faire prier et le tout sans trop de roulis. Les 1184 kg à vide de la voiture lui permettent cette belle agilité. Les freins quant à eux surprennent quelque peu. S’ils se montrent efficace, les premiers appuis pourront décontenancer par leur manque d’un « je ne sais quoi ». L’option « freins Racing » sera quasi-obligatoire pour ceux qui veulent aller titiller le chrono.

Polyvalente
La Seat Ibiza Cupra est à son aise tant sur petites routes (pourvu qu’elle ne soit pas brusquée) que sur autoroutes (grâce à un confort plus que satisfaisant), mais également en ville où son gabarit rikiki, son diamètre de braquage de 10,48 m et sa boîte automatique DSG rendent la balade agréable.

La Seat Ibiza Cupra est une bonne voiture dont beaucoup de détails trahissent l’appartenance au groupe allemand Volkswagen. Sportive polyvalente sans être extrémiste, elle tient plus, par le ressenti qu’elle offre, de la GT ce qui ne lui permet pas de relever la comparaison avec les plus aguerries de cette catégorie (Clio RS, Corsa OPC, etc.). Toute fois cette polyvalence lui ouvre une clientèle plus large que pour ces dernières, d’autant que son rapport qualité prix est très compétitif.

+Polyvalence
Prix serré (à partir de 21 950 €)
Comportement sain malgré une tendance au sous-virage
Linéarité du caractère
Sportivité en retrait par rapport à la concurrence
Esthétique pas assez différenciée

 

Caractéristiques techniques de l’IBIZA Cupra SC
Moteur 1.4 132kW TSI
Type et implantation 4 cylindres en ligne
4 soupapes par cylindre
Injection directe – Turbo Compresseur
Transversale avant
Cylindrée1 390 cm 3
Puissance 132 kW / 180 ch @ 6200 tr/min
Couple 250 Nm de 2000 à 4500 tr/min
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitesseDouble Embrayage DSG à 7 rapports
Châssis
Suspensions AVIndépendante type McPherson, barre stabilisatrice Ø 18 mm
Suspensions AREssieu arrière semi-rigide – ressorts hélicoïdaux
DirectionDirection Electro-hydraulique
Freins Disques ventilés avant / disques arrières
Dimensions288×25 mm avant / 230×9 mm arrières
Jantes et pneusAlliage léger 17 » BARCINO
Performances
Vitesse maximale228 km/h
0 à 100 km/h 6″9
1000m DA
28″1
Consommation
Cycle urbain 7,5 l/100 km
Cycle extra-urbain 5,1 l/100 km
Cycle mixte 5,9 l/100 km
CO2 139 g/km
Dimensions
Longueur4055 mm
Largeur 1693 mm
Hauteur 1420 mm
Empattement 2469 mm
Voies AV / AR (mm)
1449 / 1441
Volume de coffre236 l
Réservoir45 l
Masse à vide1108 kg

Galerie de la Seat Ibiza Cupra SC :[zenphotopress album=14551 sort=random number=10]

Crédit photo : T. Emme / Le Blog Auto

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Essai : Seat Ibiza Cupra SC – Sportwagen ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Roberto
Invité

Suis-je non voyant ou le prix n’y figure pas ?

bx19 trd
Invité

Encore une sportive de caractère qui rentre dans le rang. La faute au consommateur qui ne demande que du look. Triste époque.

Pierre
Invité

Surtout la faute aux normes Euro !

Tom
Invité

Y a vraiment du nouveau??? Ou c’est toujours la polo gti le truc le plus anti-sportif qui soit. Ah ouyi c’est bien ça, c’est la polo pas sportive… En plus ce moteur connait des problèmes de fiabilité qui ne sont toujours pas résolu…

Gigogne
Invité

ÇA me fait toujours marer les gens qui réclame de la sportivité à foison. Mais pourquoi faire ? C’est une citadine, ce que réclame 90% des acheteurs c’est de pouvoir avoir de l’agrément et de la reprise. Pas de pouvoir boucler le meilleur temps sur le Nurburgring…

litlfred
Invité

L’ancienne Cupra etait plus originale, avec son moteur de camion énervé, c’etait vraiment une machine à part. Là en effet, c’est un clone de polo gti, meme si je la prefere à celle-ci.

Nicos
Invité

Faudra m’expliquer comment vous avez fait 6L, je tourne à 8,5L avec la mienne sans rouler comme un Fangio

wpDiscuz