Accueil Essais Essai : Michelin démontre le pourquoi du comment du pneu hiver

Essai : Michelin démontre le pourquoi du comment du pneu hiver

181
36
PARTAGER

Alors que Bison Fûté annonce du rouge sur les routes des vacances au ski, la chaussée risque de devenir blanche au fur et à mesure que l’on approche de nos stations favorites. Bien que le pneu hiver équipe de plus en plus de voitures, il ne demeure pas une priorité pour les automobilistes français dès que le temps se gâte et pourtant la technologie a fait d’énormes progrès sur la question. Nous avons eu récemment la possibilité de découvrir les dernières offres pour grosses voitures dans le nord de l’Europe. Cette fois, nous nous sommes rendus à l’invitation de Michelin sur le circuit glace de Val d’Isère pour éprouver les capacités des derniers pneus hiver du manufacturier avec des voitures plus populaires.Le pneu hiver (plus communément appelé pneu neige) adopte des caractéristiques très différentes de celles de son homologue « été » afin de s’adapter au mieux aux conditions spécifiques rencontrées en hiver : fabriqués avec une gomme plus souple qui conserve sa malléabilité en dessous de 7°C et sculptés de manière à offrir un maximum d’adhérence, les pneumatiques hiver permettent de garder un contrôle maximum du véhicule sur tous les types de revêtements typique de la saison froide, de la neige tassée au verglas.

Avec un taux d’entaillement de la gomme plus important, le pneu hiver affiche un plus grand nombre d’angles d’attaque afin de recréer le principe d’engrenage : encastrés dans la neige, les nombreux patins ont un effet crémaillère et permettent ainsi au véhicule de mieux se déplacer. La différence avec les pneus été est considérable. Pour s’en rendre compte nous avons opposé deux Peugeot 308 HDI et deux BMW Série 1 diesel, l’une de chaque équipée de pneus Michelin Primacy 3 et l’autre de Michelin Alpin 4. Quel que soit le type de transmission, le résultat est sans appel : les deux autos équipées pour les conditions hivernales grimpent la pente sans sourciller alors que les deux autres ne dépassent jamais les 3/4 de la rampe, lorsqu’elle ne restent pas bloquées en bas.

La différence ne se fait pas qu’en motricité. La capacité d’arrêt est également largement bénéficiaire. Le pneu hiver est composé de multiples lamelles (cinq fois plus que sur un pneu été) proches les unes des autres qui interagissent avec la neige et augment la surface au sol. Leur mission est donc d’offrir à la voiture un contact permanent avec la chaussée, surtout en virage ou en situation de freinage d’urgence. Là encore, la démonstration est nette  : lancée à 40 km/h, notre Renault Megane DCi chaussée de pneus Alpin 4 en 195 65 R15 réclame moitié moins de distance pour s’arrêter totalement qu’une Megane avec une monte « été ».

Tant qu’à disposer d’un circuit de glace, il aurait été dommage de ne pas en profiter pour pousser le concept du pneu hiver dans ses retranchements. A côté des exercices de base destinés à démontrer les avantages de ses gommes de grande diffusion, Michelin nous a également proposé de retenter le nouveau Pilot Alpin 4 à destination des plus grosses cylindrées que nous avions testé en Lettonie. Les propriétés techniques du Pilot Alpin 4 restent similaires à son homologue pour voiture plus modeste, mais s’adaptent ici à des valeurs de couple, de puissance et une largeur autrement plus élevées. Aux quatre roues des Porsche 991 Carrera 4 et 4S, les Pilot Alpin 4 directionnels (une sculpture correspondant à un compris de performance spécifique à la marque allemande) associés à la transmission intégrale offrent un grip étonnant au coupé et retardent efficacement l’intervention des aides électroniques au regard des circonstances que l’on aurait estimé plus périlleuses au volant d’une telle auto.

A l’issue de ces exercices, la première idée qui vient à l’esprit est de se demander encore pourquoi le gouvernement n’incite pas  plus fortement les automobilistes français à s’équiper de pneus hiver lors des chutes de neige, comme en Allemagne, tant la sécurité s’en trouve renforcée. Attention toutefois, dans tous les cas, le pneu hiver ne remplacera jamais le facteur humain et l’anticipation est de mise sous des conditions hivernales, même avec un véhicule équipé. Il convient également d’équiper son véhicule de quatre pneus hiver : même si c’est tentant, ne chausser que le train moteur aura des conséquences sur le comportement de la voiture qui, par exemple, se traduiront par une forte propension au sur-virage avec une traction !

La galerie complète de ce test (Crédit photo : Soufyane Benhammouda/Leblogauto) :
[zenphotopress album=14510 sort=random number=4]

A lire également :
Chaussettes d’hiver pour grosses voitures

Poster un Commentaire

36 Commentaires sur "Essai : Michelin démontre le pourquoi du comment du pneu hiver"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
rapator
Invité

OK super… Un pneu hiver sur la neige ça fonctionne mieux qu’un pneu été… Merci blogoto.
Quid de la route « normal », celle qu’on 90% de la « France automobile d’en bas » sur des routes humide à la limite du gel?

Jurassix
Invité
En dessous de 7 degrés, un pneu hivers est plus performant qu’un pneu été, que ce soit sur le sec ou le mouillé. Sur le verglas, les pneus hiver n’apportent rien de plus, ou très peu, il n’y a que les clous qui fonctionnent. Et l’obligation de l’équipement devrait prévaloir, ca se fait dejà ailleurs. Ou bien, faire comme en allemagne : s’il neige, que vous avez sortit votre voiture et que vous n’êtes pas équipés, en cas d’accident, vous n’êtes pas couvert pour les dégats infligés à votre auto, que vous soyez en tout risque ou pas. Ce serait… Lire la suite >>
Verslefutur
Invité

Jean-Marc A, lis vite cet article !!
C’est l’idée d’une nouvelle taxe : Obliger la France entière à s’équiper de pneus hiver
Grosse rentrée d’argent en perspective !

Cela nous serait très utile sur Nantes, ta ville, avec les énormes précipitations de neige que nous avons eu depuis quelques années 😉

Verslefutur
Invité

Plus sérieusement, les gens qui habitent dans des régions à neige sont déjà au courant et s’équipent en conséquence

beniot9888
Invité

Les pneus hiver (et non pas neige) sont plus efficaces dès que la température tombe sous les 9 ou 7 degrés. Ce qui se produit dans une majorité des villes françaises.

Did
Invité
Un pneu neige est plus efficace qu’un pneu ete des qu’il fait moins de 7 degres, c’est marquer dans l’article! (Ce n’est pas valable si on a des pneu ete sportif a gomme supertendre genre dunlop sportmaxx ou michelin pilotsport). Faut arreter avec l’excusedu j’habite pas en montagne, on le voit tout les ans, le verglas et la neige il y en a partout sauf sur le littoral mediterraneen et aquitain! Ok les pneus neige c’est cher, dans ce cas achetez des chaussette a neige qui seront rentabiliser sur plusieurs annee (si utlisation correct) et sont facile a monter. La… Lire la suite >>
Invité
Heu, les chaussettes sont de grosses daubes. D’une, dés qu’il n’y a plus de neige, que tu roules sur une portion en bitume dégagé, tu dois les virer car elles se déchiquettent. De deux, il faut les entreposer quelque part où elle pourront sécher car elles pourrissent sinon De trois, leur durée de vie est absolument à chier. Espérer que ça se rentabilise en quelques années….faudrait déja que ça dure quelques années Des chaines ne sont pas si compliquées à monter. C’est comme les tentes, il faut avoir le coup de main (ça suppose de s’être entrainer à mes monter… Lire la suite >>
leelabradaauto
Invité
Alors oui, merci pour le bon article, si tant est il est nécessaire encore aujourd’hui de rappeler que sur la neige: il y a 2 facteurs pour vous sauver la vie: le conducteur en un et les pneus en 2. L’auto , c’est après ! j’ai vu les 1ères autos qui faisaient le Mte carlo sans clous dans le col du granier. Je dois dire qu’on s’est bien fendue la bille à les voir. Ensuite il y a eu d’énormes progrès . oui les thermogommes les contacts les lamellisés , appelons les comme on veut sont efficaces surtout avec les… Lire la suite >>
wpDiscuz