par Thibaut Emme

24H du Mans 2022 +21h : Toyota, Porsche et les autres

Décidément, les 24 heures du Mans sont fidèles à leur réputation. Oh, pour le moment pas pour la tête (bien que) de la course. Mais dans différentes catégories, les accidents se sont multipliés.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Avant la Corvette 64 sur accident, la 63 avait jeté l'éponge. Pas de Corvette à l'arrivée, cela fait mal. A un peu moins de 5h30 de l'arrivée, Robin Frinjs plante la LMP2 WRT #31 dans le rail à Indianapolis. Il sort trop large et part dans le rail opposé. La Direction de course en profite pour sortir les voitures de sécurité et balayer la piste partout où nécessaire. Après 19h de course, la piste est en effet assez sale avec des débris de pneumatiques, de carrosserie, des graviers, etc.

Podcast Men's Up Life
 

Glickenhaus, solide troisième

Pour rappel, au Mans, il y a trois voitures de sécurité qui entrent en piste pour éviter de regrouper tout le monde en un seul point du circuit de plus de 13 km. A un peu moins de 5h du drapeau à damier, la course reprend ses droits. On n'aura pas de record de distance, c'est certain.

Corvette parti, Porsche à la fête

En piste, c'est vers le GTE qu'il faut regarder avec la Ferrari #51 d'AF Corse qui bataille avec la Porsche #91. La Ferrari est d'ailleurs assez incisive avec Pier Guidi au volant face à Fred "Mako" Makoviecki. Plusieurs fois le pilote Italien a fermé la porte à une LMP2 qui le doublait pour ne pas perdre de temps. Il coupe même la chicane Dunlop. Ca va râler chez Porsche.

Les deux ne se quittent pas et font même un passage au stand en même temps. Ferrari a mis moins de temps car n'a pas changé de pilote, pour reprendre un peu d'air sur la Porsche ? Cela ne sera pas suffisant et Bruni dans la Porsche a pris le lead de la catégorie suite à une crevaison de la 51. Mais, la bataille reste serrée et devrait le rester jusqu'à la fin.

Jota et Prema Orlen pour la victoire en LMP2

A 4h30, la United Autosport #22 se gare sur le côté. Bon, ils ne jouent pas la victoire en catégorie, mais c'est toujours rageant. Le pilote remonte dans le prototype et repart. Devant on a Jota, Prema Orlen et Jota PR.Franck Mailleux et la Glickenhaus 709 repassent par les stands. Pour le pilote malouins, si la 3e place se concrétise, un cran de mieux qu'en 2021 et cela lui rappellera sa 2de place en LMP2 en 2011.

Les accidents se succèdent. On sent la fatigue des pilotes. Le pilote amateur Iron Lynx Sciavoni a été un peu balancé par une LMP2 dans les S Ford. L'avant est touché mais le pilote va bien. Cela crée une nouvelle "slow zone" (80 km/h pour rappel).

Classement provisoire Hypercar/général

  1. #8 Toyota Gazoo Racing GR010
  2. #7 Toyota Gazoo Racing GR010
  3. #709 Glickenhaus Racing 007

Classement provisoire LMP2

  1. #38 JOTA
  2. #9 Prema Orlen Team
  3. #28 JOTA PR

Classement provisoire GTE-Pro

  1. #91 Porsche GT Team
  2. #51 AF Corse
  3. #52 AF Corse

Classement provisoire GTE-Am

  1. #33 TF Sport
  2. #79 WeatherTech Racing
  3. #77 Dempsey - Proton Racing

    Pour résumer

    Décidément, les 24 heures du Mans sont fidèles à leur réputation. Oh, pour le moment pas pour la tête (bien que) de la course. Mais dans différentes catégories, les accidents se sont multipliés. Toyota reste en tête avec la numéro 8 qui a une option sur la victoire finale.

    Thibaut Emme
    Rédacteur
    Thibaut Emme

    La quotidienne

    Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.