par Thibaut Emme

Hausse des prix des voitures attendue selon le PDG de Renault

Ce mardi à 13h sur Europe 1, Jean-Dominique Senard, PDG du groupe Renault reconnait que le prix des voitures va connaître une hausse dans un futur proche.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Le groupe Renault ne sera sans doute pas le seul pour qui il y aura donc une inflation des prix. En effet, avec la reprise économique en Asie et aux USA, les matières premières connaissent une flambée de leurs prix depuis plusieurs mois. De quoi amener à une hausse des prix des voitures automobiles Renault ? "Il faut s'y attendre" répond J-D Senard lors de l'émission "La France bouge".

Outre les matières premières, il y a également la pénurie de puces électroniques que doivent gérer les constructeurs ainsi que d'autres industries. Ces fortes dépendances continuent de menacer la production chez Renault, comme d'autres. "On a une forte chance de voir un deuxième semestre plus normal (...) C'est un peu tôt pour le dire, mais tel qu'on perçoit les nouvelle capacités qui sont en train de se mettre en place dans le monde, le rattrapage devrait normalement se faire (...)".

Renault est en train de rebondir

Un optimisme de rigueur sur les puces, mais aussi la situation de Renault. "Renault va mieux et est en train de rebondir" indique le PDG (patron de Renault mais aussi de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi NDLA). Malgré tout, la hausse des prix des matières premières va forcément à un moment ou un autre arriver en bout de chaîne, sur le prix des automobiles. Les constructeurs devront alors rivaliser d'ingéniosité pour "faire avaler la pilule" aux clients et leur faire comprendre les hausses.

Le patron du groupe Renault avoue toutefois ne pas être en mesure de chiffrer la hausse. Après avoir vécu une année 2020 marquée par la pandémie de Covid-19, les arrêts d'usines, les ventes en fort recul, le marché automobile va-t-il vers une nouvelle crise avec ces hausses de prix ? Une trop forte hausse pourrait entraîner un ralentissement des ventes, ou un report vers des gammes inférieures, moins chères. Or, les constructeurs font souvent de plus fortes marges sur les segments supérieurs. Vont-ils devoir rogner les marges, quitte à avoir un bilan financier moins bon ?

Repousser Euro 7 ?

Une autre cause va renchérir le prix des voitures thermiques : la mise en œuvre de la norme Euro7. Attendue pour 2025, cette norme plus restrictive que Euro 6D en termes d'émission de NOx (oxydes d'azote) ou de CO (monoxyde de carbone). Des émissions testées en conduite réelle, de -10° à +40 et jusqu'à 2000 m d'altitude. Et l'homologation devrait garantir un tel fonctionnement durant 15 ans ou 240 000 km selon certaines indiscrétions.

Evidemment les discussions sont en cours avec les constructeurs, mais les grandes lignes sont là. Ces normes bien plus strictes vont imposer de fait des systèmes de dépollution supplémentaires et donc un renchérissement du prix des voitures.

Hausse (durable ?) des matières premières, nouvelle norme Euro, le combo gagnant pour marquer le marché automobile ?

L'émission "La France Bouge" était en direct ce mardi 11 mai 2021 de l'usine Renault de Cléon pour parler de la voiture de demain.

Illustration : Groupe Renault (le PDG, J-D Senard à g., le DG, Luca de Meo à d.)

Pour résumer

Ce mardi à 13h sur Europe 1, Jean-Dominique Senard, PDG du groupe Renault reconnait que le prix des voitures va connaître une hausse dans un futur proche.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.