par Nicolas Morlet

Essai Alfa Romeo Giulietta 2.0 JTDM

Pour connaître le succès dans nos contrées, avoir une compacte au cœur de sa gamme ne suffit plus, encore faut-il qu’elle soit équipée d’une motorisation diesel moderne, performante et sobre. Ainsi donc, après l’essai de la Giulietta dans sa variante Multiair de 170 chevaux, voici l’essai de la pin-up italienne dans sa déclinaison diesel la plus puissante : le 2.0 JTDm de 170 chevaux.

Zapping Le Blogauto Essai de la Megane e tech

Pour connaître le succès dans nos contrées, avoir une compacte au cœur de sa gamme ne suffit plus, encore faut-il qu’elle soit équipée d’une motorisation diesel moderne, performante et sobre. Ainsi donc, après l’essai de la Giulietta dans sa variante Multiair de 170 chevaux, voici l’essai de la pin-up italienne dans sa déclinaison diesel la plus puissante : le 2.0 JTDm de 170 chevaux.

Ce moteur n’est pas un inconnu au sein du Groupe Fiat, ni même au sein de la marque au Biscione, puisqu’il ronronne déjà sous le capot de la 159 et de la Brera dans cette même version de 170 chevaux. On est donc en terrain connu. Et pour tout dire, ce moteur, on a bien du mal à lui trouver des défauts. Souple et onctueux dès les plus bas régimes grâce à son couple de 320Nm accessible dès les 1.500tr/min, ses 170 chevaux, atteints à 4.000tr/min seulement, suffisent amplement à relancer l’auto en toutes circonstances avec vigueur et volupté à plus hautes rotations.

Mais en plus, toute diesel qu’elle soit, cette Giulietta hérite du comportement sportif de son alter-égo à essence. Le châssis et l’ensemble font preuve d’une belle rigidité et l’on prend plaisir à enchaîner courbes et épingles grâce à la direction directe et précise comme on n’en avait pas vue depuis longtemps chez Alfa, ainsi qu’à la boîte à six rapports bien étagée et agréable à manier. Et bien entendu,  l’auto reçoit le système DNA désormais commmun à toutes les dernières productions, permettant de faire varier le comportement de l’auto en fonction de ses envies ou des conditions climatiques. Dans les petites routes, c’est bien sur le mode Dynamic qui montre l’auto le plus à son avantage, non seulement parce qu’on a droit à un surplus de 25Nm de couple, mais surtout parce que c’est alors que l’auto a le plus de répondant. Un mode à proscrire sur autoroute par contre, où il grève l’agrément et la consommation de par la réponse alors trop directe de la pédale d’accélérateur. Ou alors, si vraiment vous ne pouvez vous défaire du mode «D», pensez au régulateur de vitesse.

En plus, ce moteur sait se faire particulièrement discret et exempt de vibrations, et plus encore à l’arrêt bien sur puisqu’il est couplé à un système stop&start qu’on aurait aimé un peu plus réactif. Côté consommation, Alfa annonce 4,7l/100km de moyenne, mais lors des plus de 1.000 kilomètres effectués pendant notre semaine d’essai, composé d’autoroute pour moitié, l’ordinateur de bord affichait une moyenne de 6,5l/100km. Même si c’est près de 2ll/100km de plus que les chiffres officiels, le rapport puissance/consommation reste plutôt correct.

Côté confort, malgré ses jantes de 18 pouces, notre auto se montrait plutôt conciliante avec le séant et les lombaires de ses occupants. Un bon point, malheureusement grevé aux places avant par des sièges en cuir très fermes et au maintien qui pourrait être meilleur. C’est dommage car pour le reste, l’habitacle est plutôt agréable à l’œil et au toucher et se montre habitable tant à l’avant qu’à l’arrière.

Autant de qualités qui se payent au moment de signer le bon de commande car, à 29.250 euros minimum (Distinctive), la Giulietta 2.0 JTDM 170 n’est vraiment pas bradée mais reste tout de même un brin moins chère qu’une Golf GTD 5 portes, affichée à 30.240 euros.

Conclusion

Pétrie de qualités, l’Alfa Giulietta trouve ici un moteur qui permet d’en exploiter tout le potentiel sans se ruiner en carburant. C’est aussi comme ça qu’on l’aime, une Alfa Romeo moderne.

[zenphotopress album=1707 sort=random number=8]

A lire également :

Essai Alfa Romeo Giulietta 1.4 Multiair

Essai Alfa Romeo MiTo Quadrifoglio Verde

Pour résumer

Pour connaître le succès dans nos contrées, avoir une compacte au cœur de sa gamme ne suffit plus, encore faut-il qu’elle soit équipée d’une motorisation diesel moderne, performante et sobre. Ainsi donc, après l’essai de la Giulietta dans sa variante Multiair de 170 chevaux, voici l’essai de la pin-up italienne dans sa déclinaison diesel la plus puissante : le 2.0 JTDm de 170 chevaux.

Nicolas Morlet
Rédacteur
Nicolas Morlet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.