par Thibaut Emme

Autoroutes : une hausse finalement moins élevée que prévue

Alors qu'elle avait été annoncée entre 1 et 1,5%, la hausse moyenne des péages autoroutiers au 1er février 2020 ne devrait être "que" de 0,85%.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

C'est une information du Journal du Dimanche (JDD). Contrairement à ce qu'avait estimé le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, début novembre, la hausse ne sera pas entre 1 et 1,5%. Cela devrait coller plus à l'inflation et atteindre 0,85% (inflation à 0,7% en octobre selon l'INSEE).

Les tarifs des péages sont le fruit d'une équation complexe qui prend en compte l'inflation, les taxes de l'Etat, des compensations pour le "plan travaux" de 2016 ainsi que des compensations pour le gel des péages demandé en 2015 par Ségolène Royal, la ministre de l’époque.

Des variations disparates

D'après les chiffres du JDD, le réseau Cofiroute (Vinci) devrait voir une hausse de 0,71% en moyenne contre 1,07% pour Area (Eiffage). Ce seront donc 10 à 20 centimes de plus pour beaucoup de trajets dès le 1er février 2020.

Ces nouveaux tarifs doivent rapidement être validés par l'Etat, sans doute courant janvier 2020. Cette hausse est moitié moindre que celle de début 2019. Mais dans la période de grogne sociale qui s'annonce, est-ce qu'elle peut mettre tout de même le feu aux poudres ?

Où va l'argent des péages d'autoroutes ?

On accuse souvent les sociétés autoroutières de dégager de confortables bénéfices grâce aux péages, sur le dos des automobilistes et des transports routiers. Ce n'est pas faux avec des sociétés dites "historiques" qui dégagent plus de 3,2 milliards d'euros de bénéfice, et ce, sans compter les contrats que ces géants du BTP gagnent pour réaliser des travaux d'aménagement, mais aussi d'entretien.

Sur 10 € de péage, la plus grosse part revient à l'Etat avec 3,70 €. C'est la TVA, l'impôt sur les sociétés, la taxe aménagement du territoire et différents prélèvements. 1,60 € va aux frais de fonctionnement : salaires, matériel, énergie, etc. 3 € vont à l'entretien et à la création de nouvelles autoroutes ou équipements (aires, aménagement d'une nouvelle entrée/sortie, etc.). Enfin, 1,70 € sont des bénéfices. Ces chiffres, c'est l'ASFA qui les donne (Association des sociétés françaises d'autoroutes) dans un document sur "le péage".

Oui, vous lisez bien : les résultats représentent 17% du prix d'un péage. Et ce n'est qu'une (grosse) part des bénéfices des sociétés concessionnaires d'autoroute. En effet, elles monnaient également les aires qui parsèment les parcours. Les restaurants comme les stations service doivent une redevance, souvent lié au chiffre d'affaire. Quand vous payez 2 euros votre café sur une aire, une partie retourne directement à la Sanef, APRR, ASF, et consorts.

Illustration : Vinci

Pour résumer

Alors qu'elle avait été annoncée entre 1 et 1,5%, la hausse moyenne des péages autoroutiers au 1er février 2020 ne devrait être "que" de 0,85%.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.