Accueil Constructeurs Faut-il acheter une voiture électrique ? Ce que vous devez absolument savoir...

Faut-il acheter une voiture électrique ? Ce que vous devez absolument savoir avant !

0
0
PARTAGER
quel vehicule electrique choisir

Vous êtes tenté de passer au véhicule électrique ? Mais, vous êtes un peu perdu dans toutes les offres, et surtout, vous ne voulez pas vous tromper. Comment choisir ? Et, faut-il passer au VE ?

L’achat d’un véhicule 100% électrique peut résulter d’un choix d’impulsion, de conviction ou totalement raisonné. L’achat impulsif, c’est par exemple celui que vous allez faire en voyant la Honda e et sa bouille craquante. A partir de votre coup de foudre, vous allez rapidement voir si elle couvre vos besoins du quotidien et rien de plus ou presque. Cet achat coup-de-cœur, on peut l’avoir pour un modèle électrique (ah la craquante Honda E) comme thermique. Cela ne se commande pas et c’est rarement rationnel.

Après, il y a les achats par conviction ou ceux raisonnés. La conviction, c’est celle qui vous rend certain qu’acheter un véhicule électrique est bon pour votre bilan CO2 par exemple, ou que l’absence de pollution à l’échappement est bon pour vos concitoyens. L’achat raisonné va être celui que l’on fait en faisant les comptes de ce que vous coûte votre véhicule et en comparant avec ce que vous coûtera tel ou tel véhicule électrique.

Enfin, on peut aussi être « forcé » de passer à l’électrique. Zone à faible émission (ZFE), moteur Diesel et anciens véhicule interdits, on va vers de plus en plus de restriction que les véhicules à batterie vont éviter au moins dans un premier temps. De votre profil d’acheteur peut découler le type de véhicule électrique que vous allez viser.

Emplacement, utilisation, quels sont vos besoins ?

Toutefois, avant d’acheter votre véhicule électrique, il y a des choses à savoir pour ne pas faire le mauvais choix. Déjà, un véhicule électrique, cela demande d’être rechargé régulièrement, un peu comme un smartphone. Si pour votre téléphone mobile n’importe quelle prise électrique suffit, il en est de même pour un véhicule électrique. En revanche, le véhicule électrique demandera bien plus que quelques dizaines de minutes à quelques heures pour une recharge complète. Pour recharger plus rapidement, on fait poser par un électricien professionnel une wallbox ou boîtier mural. La charge sera entre 3 et 5 fois plus rapide selon la puissance, de 7,4 kW à 11 kW.

Il faut donc savoir où vous allez pouvoir recharger votre véhicule électrique le plus souvent : garage, box, emplacement réservé ouvert, etc. Sans un emplacement avec à minima une prise à disposition, oubliez le véhicule électrique. En effet, il est impensable d’aller à une borne publique régulièrement. Si vous êtes en copropriété, vous avez le droit de faire installer un point de charge. C’est le droit à la prise. Malgré des modifications pour accélérer le processus, cela peut prendre du temps avant d’avoir tous les accords nécessaires et de faire faire les travaux. Aussi, avant de vous jeter sur le VE de vos rêves, attendez d’être certain d’avoir votre propre point de charge.

L’autre point important, c’est l’utilisation qui va être faite du véhicule. Evidemment, il y a le nombre de places. Mais, à part la Smart Fortwo électrique, ou la Mia Electric, tous les VE disposent de 4 ou 5 places. L’espace intérieur et le volume du coffre peuvent aussi être des critères de choix pour réduire le panel des possibles. Mini-citadine, citadine, compacte, SUV de différents gabarits, berline, etc. à vous de voir quelle taille et quelle silhouette de véhicule vous sied.

Mais, l’utilisation, c’est surtout les trajets que vous allez réaliser avec ce véhicule. La distance quotidienne est importante car c’est elle qui va déterminer le minimum d’autonomie à avoir dans le véhicule. Il faut savoir que la température extérieure va directement influer sur cette autonomie. En effet, les basses températures jouent sur les batteries lithium-ion et vont faire diminuer la distance que vous pourrez parcourir avec une charge complète.

Actuellement, les automobiles électriques les moins onéreuses peuvent facilement parcourir 150 km sur une seule charge. Si vous avez besoin de plus d’autonomie, il faudra alors monter en gamme. Cette voiture électrique que vous projetez d’acheter, elle fera aussi sans doute des trajets moins récurrents, plus longs. Pour ces trajets, il y a l’autonomie sur une charge, mais aussi la puissance de charge maximale admissible et le type de prises : type 2, Combo CCS, CHAdeMO, etc.  Toutes les bornes publiques ne disposent pas de toutes les prises. Il faut savoir que les prises type 2 (charge accélérée à courant alternatif) et Combo CCS (charge rapide à courant continu) sont les plus répandues en France et en Europe.

Avec ces critères, le champ des possibles doit être réduit à quelques modèles. Le style, le design, le prix et pourquoi pas la marque finira de vous convaincre pour l’un des véhicules.

Neuve, 0 km ou d’occasion ?

Financièrement, un véhicule électrique va coûter plus cher qu’un véhicule thermique équivalent. Cependant, le coût des 100 km électriques est très inférieur à celui des 100 km gazole ou essence. Selon les modèles, en quelques dizaines de milliers de kilomètres, vous allez rattraper la différence à l’achat. Et ce sera d’autant plus vrai si vous faite un achat malin.

Avec la démocratisation du véhicule électrique, on commence à avoir un marché de l’occasion important. Attention tout de même, certaines voitures comme la Renault Zoe existent en plusieurs capacités de batterie. Renault l’a en effet faite évoluer et l’a améliorée au fil des années. Une attention particulière sera donc portée à ces détails pour de l’occasion. En occasion, il faut aussi savoir que la batterie perd en capacité en fonction de son usage. Préférez les vendeurs qui peuvent produire un certificat de capacité. C’est une étude de la batterie qui indique son niveau de capacité restante. Cela détermine directement l’autonomie accessible par ce véhicule.

Un modèle 0 km va avoir tous les avantages d’un véhicule neuf, avec le prix de l’occasion. Ces modèles, immatriculés, sont vendus avec un rabais plus ou moins fort en fonction de la demande, mais aussi de la date de l’immatriculation. Cela obère quelques mois de garantie mais vous avez un véhicule « sans kilométrage ».

En revanche, si vous préférez un véhicule neuf, n’hésitez pas à aller voir un mandataire. Ils ont souvent des prix plus intéressants qu’un concessionnaire de la marque. Certains mandataires proposent déjà des remises jusqu’à -35% sur les voitures neuves électriques, ce qui permet de faire une transition du thermique vers l’électrique en sans y laisser toutes ses économies. Le choix est souvent plus restreint et l’attente pour un véhicule bien précis peut être importante. Le jeu en vaut la chandelle. Un concessionnaire pourra aussi vous faire une offre avec une grosse remise sur le véhicule neuf.

L’Etat vous aide

Dans tous les cas, vous avez droit à des aides de l’état pour l’achat d’un véhicule électrique. Il y a déjà le bonus électrique, de 6000 € en 2021 pour un véhicule de moins de 45 000 €, ou 3000 € pour un véhicule de plus de 45 000 € et moins de 60 000 €. A ce bonus, il faut aussi ajouter la prime de conversion pour la mise au rebus d’un véhicule thermique. Cette aide dépend du véhicule mis à la casse, mais aussi de vos revenus. Il y a plusieurs milliers d’euros d’aide à la clé. A ne pas négliger. Certaines régions vont également avoir des aides, mais ce n’est pas systématique. Enfin, renseignez-vous si votre assurance auto ne fait pas un geste pour les possesseurs de voiture électrique.

Alors, faut-il craquer pour un VE ? Cela dépendra de votre profil d’utilisation. Si vous n’avez qu’un seul véhicule, passer à l’électrique demande quelques concessions pour les longs trajets des vacances ou des weekends. Sinon, il y a de fortes chances que vous soyez « électro-compatible ». C’est, en fait, surtout une question de goût et de volonté pour franchir le pas du véhicule électrique.