Accueil Actualité Essai DS4 E-Tense de 225 ch

Essai DS4 E-Tense de 225 ch

0
56
PARTAGER

La très jeune marque DS se cherche une identité depuis sa naissance. L’idée du luxe à la française qu’elle revendique, peine jusqu’ici à convaincre. La DS4 de seconde génération pourrait changer la donne. Nous l’avons découverte sur les routes de l’Oise.

Une Française assemblée en Allemagne

La DS4 sort des chaines d’une usine allemande, celles d’Opel à Russelsheim. Certaines berlines compactes premiums d’Outre-Rhin, sont justement sa cible. Pour mieux les combattre, les designers de la jeune marque française ont gardé les codes de la maison, sans se laisser aller à des traits hypersophistiqués. Elle se fait remarquer, sans trop en faire, avec cette petite touche bien à elle qui la rend spéciale sur la route. Dans la rue elle en impose, et passe pour une voiture aux grandes dimensions.

Le regard se compose toujours de deux blocs de feux à trois éléments, souligné pour une signature lumineuse de jour marquant les extrémités du bouclier avant. Elle entoure une large calandre intégrant le gros logo « DS », une des marques du style du constructeur. Le profil, légèrement ciselé, fait la part belle à quelques jolis détails. Ce qui ressort le plus, ce sont les superbes feux arrière en écailles. Le design est toujours une question subjective, mais il s’agit probablement de la DS la plus réussie jusqu’ici.

Belle présentation

En entrant à bord, on constate aussi qu’il s’agit de la voiture de la gamme la plus aboutie. La présentation épurée tranche avec l’amoncellement de boutons d’une DS7 Crossback. Une longue réglette intègre quelques commandes physiques, au revêtement guilloché, l’une des signatures de DS. Juste en dessous, trone le bouton de démarrage. Les détails sont innombrables, que ce soit sur les portes, ou la planche de bord. La sellerie respire la qualité, comme la plupart des revêtements et placages.

Derrière le volant, un écran étrangement plutôt de petite taille. La large dalle tactile présente le nouveau système d’infotainment que l’on retrouvera probablement sur les futures productions du groupe. Cette véritable tablette multimédia personnalisable, est suppléée par un mini écran entre les sièges avant, permettant de naviguer dans les menus ou de saisir à la volée lettre par lettre les données d’une destination. On regrette certains matériaux tout de même dans les parties basses. Toutefois l’ambiance premium recherchée fonctionne. Les meilleures technologies sont évidemment de la partie.

Une consommation bien maitrisée

On se sent bien à l’avant, mais un peu moins à l’arrière avec un espace aux jambes un peu court. Avec 390 litres de capacité, le coffre peut engloutir tout de même pas mal de marchandises. Avec seulement deux personnes à bord, le moteur électrique n’a aucun mal pour le quotidien. La voiture déroule en douceur, dans un confort renforcé par une insonorisation impressionnante. Nous avons parcouru 46 kilomètres en électrique, avant que le mode hybride ne reprenne la main. Les transitions d’un moteur à l’autre perturbent peu la quiétude à bord.

Même quand on augmente le rythme, les montées en régime ne sont pas bruyantes au point d’agacer les occupants. Surtout, la consommation même batterie vide rassure, avec un chiffre maximal sur notre itinéraire dépassant à peine les 7 litres, sur un parcours essentiellement routier. Néanmoins le petit réservoir de 40 litres limite le rayon d’action pour les gros rouleurs. On regrettera également le dosage de la pédale en fin de freinage, parfois hésitante juste avant l’arrêt à basse vitesse. Les plus exigeants trouveront aussi qu’il manque un peu de peps en conduite dynamique.

Confort excellent

La nouvelle DS4 tire son épingle du jeu au chapitre du confort. Il s’avère bon peu importe le mode de conduite choisi. Le dispositif scannant la route pour adapter l’amortissement suivant les obstacles, impressionne. Cet équipement fonctionnant dès 15 km/h adoucit la suspension au moment opportun pour mieux flotter sur certaines imperfections du bitume. L’essayer, c’est l’adopter. Mais il y a un hic… Malheureusement la technologie actuelle ne permet pas d’assurer son usage de manière optimale la nuit ou par mauvais temps.

Ce comportement très typé confort, ne se paie pas en retour par une prise de roulis exagéré dans les virages. Le mode Sport joue un rôle pour apporter un peu plus de rigueur, mais bien entendu il ne s’agit pas d’une sportive. Compte tenu de l’ambiance, ce serait même assez malvenu. La précision de la direction participe d’ailleurs sensiblement au plaisir de conduite de cette surprenante compacte. Au lancement, elle dispose d’un régulateur intelligent avec maintien dans la file plutôt efficace. L’an prochain, sa version 2 permettra de changer de voie, gérera seule la vitesse en courbe entre autres.

Dès 29 200 €

Le design DS s’est adouci avec cette DS4, et pourtant la personnalité de la marque n’a jamais été aussi bien affirmée. L’ambiance intérieure se distingue nettement de ce qui se fait déjà. Son confort exacerbé s’oppose aussi à la rigueur d’amortissement des compactes premiums allemandes. Ses technologies lui permettent en outre de tenir la comparaison, même si DS aurait pu aller encore un peu plus loin.  Les tarifs se montrent en phase avec le marché. Comptez au moins 46 900 € pour notre version, sans les options.

+ON AIME
  •  Design
  • Détails de finition
  • Confort
ON AIME MOINS
  •  Manque un peu de peps
  • Inconstance suspensions avec caméra
  • Consistance pédale en fin de freinage

 

DS4 E-Tense
Prix (à partir de)29 200 €
Prix du modèle essayé46 900 €
Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantation4 cylindres en ligne – Injection directe turbo essence + élec
Cylindrée (cm3) 1 598
Puissance (ch/kW)225 / 166
Couple (Nm) 360
Transmission
Roues motrices av
Boîte de vitesses auto. 8
Châssis
Freinsà disques
Jantes et pneus 245/40 R20
Performances
Vitesse maximale (km/h) 233
0 à 100 km/h (s) 7,7
Consommation
Cycle mixte (l/100 km) 1,3 à 1,4
CO2 (g/km)29 à 32
Dimensions
Longueur (mm)4 400
Largeur (mm) 1 866
Hauteur (mm) 1 470
Empattement (mm)2 675
Volume de coffre (l) 390
Poids (kg)1 653

 

Poster un Commentaire

56 Commentaires sur "Essai DS4 E-Tense de 225 ch"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

D’entrée de jeu… Peut-être la meilleure de sa catégorie ! 🙂

SGL
Invité

En attendant la version 100 % VE en fin 2023 !? 😉

Michel
Invité

Et avec le moteur thermique essence de 280 ch de chez ALFA !? 😀

SGL
Invité

Ce n’est plus malheureusement la tendance de l’époque…
Peugeot abandonne même la 308 PSE en PHEV pour se concentrer pour la faire en 100 % vers 2024.

SGL
Invité

…100 % VE

amiral_sub
Invité

mercedes annonce aussi la fin des PHEV. Ils n’auront pas duré longtemps

Jdg
Invité

Bien belle proposition. Un peu faux coupé sur les photo elle a l’air aussi de belle qualité.
A voir en vraie

Term
Invité

Pour pouvoir rivaliser avec les allemandes premiums et être une vrai premium, il faudrait offrir une véritable gamme de moteur et un moteur performant. La on a droit a un ordinaire 4 cylindres de seulement 1.6l incompatible avec du premium.

Thibaut Emme
Admin

Heureusement que la Classe A n’a pas de 4 cylindres essence 1.3 l…ni de 4 cyl Diesel 1.5 l. Oh wait !
Imaginez un instant que Mercedes vende à plus de 40 k€ une « Classe 4 200 AMG Line » avec un 1 332 cm³.

Ou une Audi A3 40 TFSI e S tronic (40k€ prix de départ) qui aurait un 4 cylindres 1,4 l de 204 ch. Non non incompatible avec du premium….

Klogul
Invité

des moteurs renault pour mercedes 😉 on voit qu ils sont toujours a la ramasse sur la prestation crbs chez pigeot…

Miké
Invité

@klogul, non, c’est des moteurs Mercedes, le deal ne tient plus.

Klogul
Invité

un 4 cylindre 1.5 diesel c est mercedes?

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Mercedes-Benz_OM608_engine

vous avez faux dessus.

Quand au 1.3l c est bien le h5h

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Mercedes-Benz_M282_engine

Donc oui la classe a a des moteurs renault

Fred21
Invité

Plus de 1.5 diesel chez Mercedes (à voir pour le Citan) . La classe A 160D n’existe plus et elle commence par la 180D avec un 2 litres Mercedes dégonflé à 116ch.
https://www.automobile-magazine.fr/toute-l-actualite/article/28329-mercedes-abandonne-le-diesel-15-dorigine-renault

Kaizer Sauzée
Invité

😂😂😂

Joledemago
Invité

C’est toujours le même débat. Évidemment que 90% des BAM vendues sont des moteurs d’entrée de gamme. Mais les 10% restants représentent 90% de l’image. On peut être pour ou contre les BAM mais force est de constater que c’est bien eux depuis plusieurs décennies qui monopolisent le segment premium en Europe et en France. Donc, oui on peut regretter des modèles qui « envoient du bois »

Thibaut Emme
Admin
Ah mais avec 225 chevaux hybride, elle envoie déjà suffisamment cette DS4 E-Tense. Oui, on peut regretter de ne pas avoir une version 4RM hybride PHEV 360 ch (que PSA a sur étagère). Comme on peut regretter que la Renault Megane soit restée une traction quand les autres passaient en 4RM. Mais la réflexion de dire qu’un 4 cylindre 1.6 ne se voit pas chez les BAM est juste idiote puisque la majorité des véhicules de cette gamme sont en 4 cylindres, souvent de moindre cylindrée en plus. Un peu comme à la ‘vieille’ époque quand BMW sortait l’insipide 3… Lire la suite >>
SGL
Invité

C’est ce que j’essaye de faire comprendre ici depuis environ 10 ans, que les BAM se font une réputation avec moins de 10 % de leur production.
@Joledemago, a parfaitement raison, il manque pour chaque modèle une version phare pour faire l’effet de locomotive pour la gamme… Même si cela ne fait que 1 % des ventes.

Nabu
Invité

C’était vrai dans les années 2000. Plus vrai en 2021 quand toute la production automobile européenne se met en marche forcée à l’électrique et l’hybride rechargeable.

Nabu
Invité

C’est pour cette raison que Volvo n’a jamais aussi peu vendu de voitures de toute son histoire ! Ils veulent vendre 100 000€ des SUV avec un pauvre petit 4 cylindres 2.0l. Personne ne peut les prendre au sérieux, jamais !

Bon, mon commentaire pouvait passer en 2015 au lancement du XC90. On sait maintenant que Volvo avait fait le bon choix.

Kaizer Sauzée
Invité

Les inévitables et ringardes rengaines des pro-teutonnes…
On est plus en 1990, la demande a évolué, dans le bon sens.
Les « gros moteurs » ne servent qu’à faire plaisir aux journalistes essayeurs sponsorisés et aux footballeurs en mal de vues sur Facebook.

sweeck
Invité

C’est quoi un pro-teutonne ? Quelqu’un qui aime les voitures fabriquées en Allemagne ? Comme cette ds4 ?

SGL
Invité

… Et c’est un défaut d’être fabriqué en Allemagne ? 😉

Term
Invité

Quand je dis une véritable gamme de moteur, je ne parle pas que de moteurs purement thermiques. Regarder les PHEV de Volvo, c’est autre chose quand même que les PHEV peugeot.

SGL
Invité

Pourtant, sur la 508 PSE, la Peugeot n’est pas derrière, mais plutôt devant ?
Et les PHEV Volvo sont extrêmement lourdes, cela se ressent sur le comportement routier… Il n’y a pas que des lignes droites aussi.

Jamie
Invité

en performance pure et autonomie tout électrique je suis pas sûr que la 508 soit devant. Surtout depuis la Maj imminente de la partie électrique.

AXSPORT
Invité

J’ai lu que c’était « dur dur » les ventes de 508 PSE (l’Argus)
Courage aux vendeurs

amiral_sub
Invité

AXSPORT: ça y est j’en ai vu une. Ca fait un peu tuning, mais bon c’est une tradition Française pour les sportives (R5 turbo 2, R21 2l turbo, safrane biturbo, megane RS, etc).

zeboss
Invité

@term, phev Volvo avec un L1.5l c’est vrai que les PHEV Volvo c’est autre chose…
Ha au fait qu’ils soient un peu Chinois, ça change tout !

Wand
Invité

Oh lala, le commentaire sempiternel!
Faut arrêter les copier coller! Un peu d’originalité, sinon pas utile de commenter !

darkargos
Invité

La plus convaincante des DS depuis feu la DS3 née Citroen. Dommage qu’elle arrive sur les routes en 2022 et non en 2020. Le premium c’est aussi jouer les game changers avant le reste des généralistes. La même voiture aurait fait sensation début 2020, en 2022 c’est déjà moins époustouflant…

wpDiscuz