Accueil Alpine Alpine Cars enterre Renault Sport

Alpine Cars enterre Renault Sport

0
43
PARTAGER

Depuis le 1er mai 2021, Renault Sport Cars n’existe plus et a cédé la place à Alpine Cars. La revanche de Jean Rédélé continue.

Luca de Meo s’attache à réorganiser le groupe Renault depuis son arrivée. Dans ce cadre, Alpine va voir ses prérogatives étendues. La marque, sur laquelle de Meo fonde beaucoup d’espoir, est déjà mise en avant en Formule 1 avec l’Alpine F1 Team motorisée par Renault E-Tech, ainsi qu’en WEC avec une Alpine A480 en LMH.

Désormais, on a donc Renault Sport qui se fait supplanter par Alpine pour la conception des modèles sportifs du groupe Renault. Dans cette réorganisation, Alpine doit devenir une marque premium sport et sera également mise en avant comme signature des véhicules sportifs Renault.

Alpine Cars reste aux Ulis en région parisienne, où était Renault Sport. Le site travaille déjà sur la future gamme Alpine 100% électrique, en collaboration avec les équipes d’Alpine Racing selon le communiqué. Alpine Cars sera également en charge du support auprès des clients R.S. et du réseau.

45 ans d’histoire

Pour Renault Sport, c’est la fin d’une aventure commencée en 1976. A cette époque, la direction de Renault souhaite faire disparaître derrière son nom les noms de Gordini (préparation moteur) et d’Alpine (préparation châssis). Jusqu’alors, Jean Rédélé avait réussi à résister aux pressions de Renault pour faire rentrer dans le rang la marque de Dieppe.

Durant 45 ans, Renault Sport, alias R.S. sera synonyme de véhicules pointus, sportifs, souvent pris en référence dans leur catégorie. Le mythe R.S. reste sans doute la Megane R.S., mais les ingénieurs des Ulis ont participé à de nombreux modèles.

Illustration : Renault

Poster un Commentaire

43 Commentaires sur "Alpine Cars enterre Renault Sport"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Commandant Tour
Invité

cela entraine la fin de la megane RS ou est elle rebadgée « megane alpine » ?

MOTÖRHEAD
Invité

Alpine et Gordoni sont plus connus que Renault sport

Achille Talon
Invité

1976 en ce qui concerne la compétition avec la FI (la Yellow Tea Pot) mais seulement 26 ans pour la production, puisque la toute 1ère Renault Sport de (petite) série est le Spider, présenté à Genève en 95.
C’est bien que ça change de nom, comme ça tout ce qui est badgé R.S. ne sera jamais associé à de l’électrique sans âme.
Par contre, Alpine Cars, pour une marque française, c’est bof-bof.

amazon
Invité

En espérant qu’Alpine Cars ne se plie pas trop à la mode SUV, ou alors qu’ils en fasse un très bas, profilé, 2 portes et propulsion avec moteur arrière et de moins d’une tonne! Ah ce n’est pas un SUV ça?

Porsche vend des SUV à la pelle, c’est parce que avant ils ont vendu des sportives comme des petits pains et que leur image premium est indéboulonnable!

Il va falloir quelques années avant qu’Alpine est la même légitimité sur tous les marchés. si c’est pour faire du Kadjar bleu avec des bandes blanches autant arrêter tout de suite.

Rowhider
Invité

Si un SUV Alpine permet d’assurer la pérennité de la marque et continuer à proposer une berlinette sportive: je signe de suite

Jdg
Invité

Un suv électrique même lol allez hybride

SGL
Invité

C’est un passage obligé !

Bizaro
Invité
J’aime cette inconstance, propice à construire des mythes. Rien de tel pour ancré dans l’esprit collectif une marque de fabrique qui fera rêver. Grace à cette astucieuse communication les jeunes rêvent toute leur jeunesse d’une marque de sport et une fois la maturité financière pour l’acheter acquise, ils peuvent continuer de rêver ou farfouiller dans les sites d’annonces d’occase antiques. Et ceux en quête d’image et de reconnaissance sociale, ont pour saint Graal une voiture avec un blason qui vient de sortir de nul part et reconnu de personne. La passion et l’irrationnel font faire les meilleures marges.
Mwouais
Invité

@Bizaro : les meilleures marges sur des DS ?

Ton information va réjouir SGL, koko et Wizz et quelques autres taquins.
🙂

SGL
Invité

Bah, Déesse fait des émules… Cupra, Polestar, Mustang et maintenant Alpine.
…un jour il fera bien qu’ils avouent s’être trompés ! 😉

Koko
Invité
On assiste à une evolution des stratégies commerciales oû ce sont la succession des directeurs qui font et défont les marques. Chaque nouveau directeur doit imposer sa ligne marketing et faire rupture avec son prédécesseur. Pour Renault, il est compréhensible de vouloir rompre avec l’ère Ghosn dans le contexte de la fin de sa présidence. Mais, je ne serai pas surpris de voir re apparaître des Renault Sport dans 5, 10 ans. L’aura du nom RS est immense. Dommage de ne pas continuer à capitaliser dessus. Et si Merco décidait d’abandonner AMG, BM Motorsport ? Ben non. C’est curieux de… Lire la suite >>
wizz
Membre

koko
ça dépend

à la dernière nouvelle, Renault disait limiter ses futures voitures à 180km/h, voire 160km/h. Techniquement subterfuge ou politiquement correct, peu importe.

Donc :
-si Renault conserve les RS, et les limite à 160km/h, alors ça fait tâche…
-si Renault conserve les RS, et pas de limitation de vitesse alors ça fait tâche aussi…
-le plus cohérent, c’est d’externaliser la gamme sportive

Koko
Invité

oui, les 2 décisions sont liées sans l’ombre d’un doute.
Mais je ne saisis pas les raisons qui les motivent:
-abandonner un blason prestigieux (celui de RS) pour devoir construire celui de Alpine Cars (quand on voit le temps que cela prend pour batir une réputation).
-limiter les futures voitures à 180 km/h, pourquoi pas. Mais quel est l’argument commercial de cette décision ? Qui va acheter une Renault parce qu’ « elle est limitée à 180 » ? A un acheteur qui hésite entre une Renault et une marque X, est ce que l’argument « Limitée à 180 km/h » fera pencher la balance ?

wpDiscuz