Accueil Ecologie Baisse des émissions de CO2 : compromis pour 35 % en 2030

Baisse des émissions de CO2 : compromis pour 35 % en 2030

508
18
PARTAGER

Les 28 pays de l’Union européenne ont pu finalement aboutir à un accord conclu à l’arraché sur la baisse des émissions de CO2. La présidence autrichienne du Conseil de l’UE a ainsi pu obtenir le vote favorable de 20 pays sur 28, faisant ainsi adopter son compromis en faveur d’une baisse de 35% des émissions moyennes des voitures neuves en 2030, et de 30% pour les camionnettes en 2021. 

Un compromis obtenu à l’arraché

Trouver un accord n’aura toutefois pas été chose facile : ce n’est qu’après  treize heures de négociations que la ministre autrichienne de l’Environnement, Elisabeth Köstinger, a pu enfin s’estimer « soulagée ». La journée fut en effet longue en tractations entre ministres européens. Et tout particulièrement avec l’Allemagne. Le pays dirigé par Angela Merkel et des contrées de l’Est de l’Europe  faisant en effet partie d’un groupe ne souhaitant pas dépasser un objectif de réduction supérieur à 30 %.

« L’industrie automobile allemande conduit la politique environnementale allemande dans le mur, nous voulons y mettre un terme aujourd’hui », s’était même exclamé le secrétaire d’État luxembourgeois au Développement durable, Claude Turmes.

Du côté français, le ministre de l’Environnement François de Rugy avait pour sa part défendu dans un premier temps une baisse de 40 %, pour au final voter en faveur du compromis. Les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Irlande – qui ne sont pas dotés de secteur industriel automobile – faisaient quant à eux partie d’un groupe réclamant une baisse encore plus importante. Ils seront restés jusqu’au bout fidèles à leur position initiale.

Des objectifs d’ores et déjà jugés décevants

Certes, l’objectif est plus ambitieux que celui proposé par la Commission européenne  fin 2017, laquelle plaidait alors en faveur d’une baisse de 30 % de la moyenne des émissions en 2030. Néanmoins, le taux du compromis est inférieur à celui votée début octobre par le Parlement européen, qui lui, prônait une baisse de 40 %.

Le groupement d’ONG Transport et Environnement a d’ores et déjà déploré des objectifs « décevants » face aux conclusions du rapport des experts du Giec. Ces derniers ont en effet  appelé à des transformations « sans précédent » pour tenter contenir les impacts du changement climatique.

« La Commission et certains États membres ont reculé par rapport à leur rôle de chef de file en matière de lutte contre le changement climatique, plaçant les intérêts des constructeurs automobiles au premier plan », a ainsi déclaré Greg Archer, un des responsables de cette structure. Selon lui, les choses peuvent encore changées, les négociations avec le Parlement européen pouvant « encore aboutir à un accord ambitieux ».

Les États membres ont désormais entamé des négociations avec les eurodéputés en vue d’établir de manière définitive l’effort qui sera au final imposé aux constructeurs automobiles.

Sources : AFP, Reuters

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Baisse des émissions de CO2 : compromis pour 35 % en 2030"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
polo
Invité

Question bête mais on parle de réduction moyenne hors aujourd’hui la moyenne d’émission des constructeurs est différente, ça veut dire que les plus vertueux seront soumis à la même baisse que les moins vertueux?

La logique voudrait que tous les constructeurs soient soumis au même objectif de niveau d’émission moyen, car sinon ce n’est pas très logique un Peugeot qui a une moyenne basse serait un peu lésé face à BMW ou Mercedes qui eux sont plutôt dans la moyenne haute.

Gautier Bottet
Editor

Non, car tous les constructeurs ont pour cible une moyenne de leurs émissions de CO2 à 95 g/km en 2021…
Avec des pénalités :
5€ pour le premier g/km de dépassement
15€ pour le second g/km
25€ pour le troisième g/km
95€ pour chaque gramme au delà g/km.
Le tout multiplié par le nombre de voitures vendues…

Et donc tout le monde devra cible 62 g/km en 2030…

Christophe
Invité

@Gautier Bottet
L’objectif est bien à 95 g / km en 2021 mais il est corrélé à la masse moyenne des voitures du constructeur.
Par exemple avec sa masse moyenne inférieure à la masse considérée PSA devait atteindre 91 g / km selon la trajectoire 2015. Ce n’est pas un hasard si PSA lance les PHEV et électrique (370 kg de plus pour une 208 par exemple), cela va leur permettre de faire remonter leur masse moyenne et donc leur objectif.
Les objectifs suivants seront une réduction par rapport à l’objectif 2021.
Donc tous les constructeurs n’auront pas la même cible en 2030.

polo
Invité

Merci tous les 2 pour les précision, dans ce cas ce serait bien que l’auteur modifie l’article car ce n’est pas très clair.

Sylver
Invité

Effectivement pas franchement audacieux… Une semaine après le rapport du GIEC ça fait un peu tache et ça démontre que ni l’Europe ni les constructeurs ne tient les leçons du Dieselgate. C’est surtout laisser un boulevard a des pays comme la Chine qui vont massivement subsidier le développement de nouvelles technologies et ensuite nous les revendre au prix fort quand il sera trop tard pour l’Europe…

Invité
Je suis a moitie d’accord. C’est vrai que ca parait assez peu ambitieux, mais c’est surtout encore une fois une belle mascarade politique. Car, encore une fois, c’est l’automobile le grand mechant loup. Auto, auto, auto. Et si on commencait tout simplement a admettre que l’automobile a deja fait de beaux efforts (entaches par des mensonges, certes), et qu’il serait temps de se concentrer UN PEU sur les titanesques sources de pollution qui sont bien tranquilles de nos jours. Si on commenait UN PEU a parler du fait que dans de nombreuses villes, la source premiere de particules fines et… Lire la suite >>
Christophe
Invité
@lolman77 « dans de nombreuses villes, la source premiere de particules fines et CO2 est le chauffage individuel? » je te laisse aller dire aux habitants des villes concernées qu’ils doivent changer leur mode de chauffage pour que les navetteurs puissent continuer à y rentrer 4 fois par jour. D’ailleurs c’est quoi ta solution pour à la fois faire baisser les émissions de CO2 et de particules. Trève de plaisanterie. C’est quoi le problème que mon mode de chauffage émette du CO2 si je respecte le facteur 4 ? C’est quoi le problème que mon mode de chauffage émette des particules si… Lire la suite >>
ema
Invité
@ Christophe le chauffage au bois est responsable de la majorité des émissions de particules fines en ville, et donc cause de mortalité court terme (et moyen terme si on prend en compte le CO2 en trop lié au mauvais rendement). Donc c’est un problème, et donc il faudrait légiférer de la même façon que pour l’automobile, avec la même urgence et la même volonté : inciter fortement à transformer les foyers ouverts (mauvais rendement, fortes émissions de PM) en chauffage au bois avec de bons rendements et peu de PM. Cela parait aussi urgent que l’interdiction des diesels (plus… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

si le chauffage au bois est responsable de la majorité des émissions de particules en ville, pourquoi y a-t-il des pics de particules en plein été en ville ?

ema
Invité

amiral_sub, le site « les crises » (les-crises.fr, avec les www. qui vont bien devant) est plutôt bien fait, vous y trouverez pleins d’explications

Je vous laisse lire dans les différents chapitres, vous faire votre propre idée (y/c en ce qui concerne la fiabilité), mais :
-1. il y a une différence entre les valeurs moyennes et les pics (ce qui tue, c’est l’exposition cumulée, donc plus la moyenne que les pics)
-2. Différence entre les lieux (villes, moyennes, grandes, etc ..)

https://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2017/02/emissions-particules-france-03.jpg

Christophe
Invité

@ema
Merci pour cette réponse mais j’aurai préféré que cela vienne de lolman77.
Effectivement le bois est une bonne solution pour réduire les émissions de CO2 mais il ne faut pas faire n’importe quoi et avoir conscience de l’existence d’émissions de particules.
Par contre autour de chez moi, c’est plutôt du chauffage au fioul qui émet des particules et du CO2 alors même que les rues sont desservies par le gaz.

Christophe
Invité

Est-ce qu’au moins ils ont introduit un calcul en ACV ?
Parce qu’avec le calcul actuel où l’on considère uniquement l’échappement, on oublie une partie des émissions liées à l’automobile.
Ce n’est pas parce que l’on aura 100 % VE avec selon le calcul actuel 0 CO2 g/km que l’on sera pourtant neutre en carbone qui est pourtant bien l’objectif à atteindre le plus rapidement possible.
C’est pour cela que Greenpeace parle d’une réduction de 80 % du nombre de voitures en circulation pour atteindre l’objectif.

Le Bougre
Invité

Interessant ,
Nos ediles ont enfin compris qu’il fallait penser a la fin de l’automobile thermique !

Will
Invité
Parait que le vélomobile (tricycle allongé avec carénage) serait le meilleur moyen de transport en terme de rapport énergie/vitesse, vu qu’on est souvent seul dans nos bagnoles. Un sportif (pas un athlète, un sportif) peut parait-il tenir le 42km/h sur le plat, là où en vélo normal c’est 25km/h. Sur ma Clio j’étais à 45km/h de vitesse moyenne, alors que je faisais surtout de la nationale entre 2 petites villes. Et à Paris il parait que la vitesse moyenne n’est même pas de 25km/h… Alors on peut aussi imaginer un vélomobile électrique avec une éventuelle 2nde place d’appoint pour un… Lire la suite >>
Thomas
Invité

Dans l’absolu c’est peut-être décevant, mais n’oublions pas que comparé aux USA(merci Trump), à la Chine, à l’Inde et à bien d’autres, c’est un grand pas quand même 😉

amiral_sub
Invité

c’est du protectionnisme intelligent: les constructeurs asiatiques et américains devront s’adapter pour être importés chez nous. Les voitures européennes seront compétitives sur ces marchés à l’export (conso plus basse)

amiral_sub
Invité

c’est intelligent aussi parce que c’est sans nouvelles taxes (donc ce n’est pas une idée Française)

wpDiscuz