Accueil Bugatti Bugatti Veyron Grand Sport : moins de dix unités

Bugatti Veyron Grand Sport : moins de dix unités

128
19
PARTAGER

Petit à petit la carrière de la supercar du constructeur de Molsheim approche de la fin. C’est dans le courant de cette année que la totalité de la production programmée de la Veyron aura été écoulée…

Au mois d’octobre dernier, Bugatti annonçait qu’il restait moins d’une vingtaine d’exemplaires de sa supercar à saisir. Sur les 450 châssis, 300 coupés et 150 roadsters, quasiment l’ensemble du volume avait été écoulé.

Depuis quelques jours, ce volume a baissé de manière assez substantielle puisque désormais il ne reste que huit Veyron, huit Veyron Grand Sport qui viendront mettre un point final à la carrière de la supercar alsacienne. Un coup de sifflet final qui interviendra dans le courant de cette année, année 2015 voyant aussi la Veyron fêter son dixième anniversaire.

Reste désormais à se demander comme ces huit derniers exemplaires seront écoulés ? Énième série spéciale ? Nouveaux one off ? Tous les moyens devraient être utilisés pour enfin permettre à Bugatti se tirer un trait sur un glorieux passé et, plus que jamais alors, se concentrer sur la fameuse Chiron, celle là même qui viendra prendre la relève de la future retraitée Veyron…

Source : Carmagazine.co.uk

Crédit illustration : Bugatti.

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Bugatti Veyron Grand Sport : moins de dix unités"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Nicolas
Invité

Je me rappelle encore les mauvaises langues (ici en particulier) qui disaient qu’ils n’arriveraient jamais a toutes les vendre !!

Thibaut Emme
Admin

Que d’effort pour les vendre…
La Veyron est une super machine, une très belle vitrine. Mais force est de constater que pour les vendre Bugatti doit faire des éditions spéciales à chaque fois, histoire que le pedigree « augmente » et que la valeur de la voiture suive…
Sans comparer, on peut voir que les 918, les P1 ou même la LaFerrari sont parties « telles que ».
La Veyron c’est le rêve de Piech, ça coûte de l’argent à VAG mais c’est de l’image de marque. Problème…en trainant plus que de raison son stock d’invendus, Bugatti a perdu l’image qu’ils s’étaient refait avec la voiture.

Litlfred
Invité
100% d’accord avec le commentaire et hélas la conclusion de Thibaut. Apres, il est interessant d’essayer de comprendre le pourquoi de la chose et sans etre dans la confidence, outre la volonté tres optimiste de son père spirituel, on peut imaginer beaucoup de raisons differentes. – En plus de la voiture, VW est parti de 0 pour l’industrialisation et il y a des rodages ( de la conception à la fabrication ) que les concurrents n’ont plus à faire. Impossible de produire rapidement et donc de placer tous les exemplaires avant que la vague de la mode ne s’essoufle ?… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

@Litlfred : analyse inintéressante

DiZeL
Invité
Pour moi c’est plus simple : qui achète les mega-cars ? 1) les richissimes collectionneurs type Sultan de Brunei qui ont tout ce qui se fait de mieux, 2) les investisseurs, 3) les fils à (gros) papa frimeurs. Quand la Veyron est sortie c’était la première voiture « de série » à passer la barre symbolique du million de dollars. Les CC8, Carrera GT ou Zonda étaient moitié moins cher. C’était aussi une nouvelle marque (malgré son histoire), une renaissance sous l’égide de VW, pas forcément le meilleur pédigrée. Tout ça ne devait pas forcément rassurer les investisseurs. Et pour les frimeurs,… Lire la suite >>
SGL
Invité

Le moins que l’on puisse dire : c’est fastidieux !

Fastbear
Invité

Saluons l’exploit de pouvoir de nos jours vendre la même voiture pendant une décennie alors que la concurrence est acharnée.

Verth.
Invité

Justement, ce n’est pas un exploit et comme quelqu’un le souligne ici, la fin de vie de cette auto est laborieuse. L’erreur est une absence d’évolution significative. Je ne parle pas des performances, ça n’a strictement aucune importance puisque cette voiture ne peut être utilisée en compétition, mais une révision du style lourdingue qui la caractérise.

Carlos Ghost
Invité

Style lourdingue, oui. Imaginez la même voiture étirée sur 10 cm de plus (au moins) et il passe.

On regrette que « Bugatti » n’ait pas choisi le proto Chiron, autrement plus fin à la taille :

http://www.remarkablecars.com/main/bugatti/bugatti-chiron-0002.html

Dcomdim
Invité

Saluons la pénibilité de vendre 450 modèles de « la meilleure voiture du monde » en dix ans… quand Ferrari, Porsche ou McLaren y parviennent sans sourciller. C’te blague!

greg
Invité

Cela enlève-t-il quoi que ce soit aux qualités de la voiture?
Son plus gros défaut: l’image. Bugatti est quand meme une marque revenue à la vie du néant.
Ensuite s’y ajoute un design assez passe-partout, loin de l’exubérance, voire du côté m’as-tu-vu des concurrents italiens.

wpDiscuz