Accueil Audi Brève rencontre: Volkswagen K70

Brève rencontre: Volkswagen K70

389
4
PARTAGER

Lorsque Volkswagen prit le contrôle de NSU, il avait fait une belle opération. Le petit constructeur était financièrement à bout, mais il avait plein de projets. Ensuite, Wolfsburg ne fit pas de détails: toutes les NSU dans les cartons deviendraient des VW. Mais on ne peut pas rebadger tout et n’importe quoi impunément. Si l’Audi 50/VW Polo fut un hit, la K70 fut victime (entre autre) d’une crise d’identité.

La K70 fut pensée comme une petite sœur de la Ro80 de 1967. Puisque « Ro80 » signifie « rotatif, 80ch », la berline fut baptisée K70 (K comme Kolben, piston et 70, comme sa puissance à 10ch près.) Son 1600 75ch est une extrapolation du moteur des Prinz/TT/TTS. Comme la Ro80 (et contrairement aux Prinz/TT/TTS), c’est une traction.

Le début étaient prévus pour le salon de Genève 1969. Mais NSU et VW discutaient déjà, alors on l’a laissée au chaud. En théorie, NSU devait se fondre dans Audi. Mais la K70 est trop proche de l’Audi 100. Alors elle sort en 1970, en l’état, sous le nom de « Volkswagen K70 » (ils ne l’ont même pas renommée.)

Volkswagen était un irréductible du « tout à l’arrière ». Du coup, les vendeurs étaient gênés de dire que finalement, la traction, c’est bien. Et puis il y a la cohabitation avec la 411/412, ultime évolution du Typ3. Sur le papier, la K70 coiffe la gamme. Mais les deux voitures sont proche en terme de performances et de gabarit. Sans oublier l’Audi 100, avec qui elle voisine en concession.

En 1973, elle s’offre des phares ronds plus « VW » et un 1800 100ch. Néanmoins, avec la crise du pétrole, on lui reproche désormais sa consommation. Alors en 1975, elle disparait pour laisser discrètement place à la Passat (dérivée de l’Audi 80.) Au moins, elle aura défriché le terrain pour les Polo et autres Golf…

A lire également:
Brève rencontre: NSU Ro80
Brève rencontre: Audi 50

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz