Accueil Actualités Entreprise Opel/Magna : l’Allemagne discute avec d’autres pays européens

Opel/Magna : l’Allemagne discute avec d’autres pays européens

38
3
PARTAGER

Dossier Opel, suite. Comme on le sait désormais Magna a été définitivement choisi par General Motors comme le repreneur d’Opel. Toutefois des tensions subsistent entre tous les pays européens et l’Allemagne, ces nations reprochant au gouvernement allemand d’avoir joué en solo afin de garantir la sauvegarde de ses quatre complexes industriels et donc assurer le maximum d’emplois maintenus. Alors que la Commission européenne et sa division en charge de la concurrence poursuit d’étudier le dossier, le gouvernement allemand tente de convaincre ces pays européens concernés.

Selon Karl-Theodor zu Guttenberg, l’optimisme est de rigueur pour une solution prochainement trouvée entre l’Allemagne et les pays européens concernés par le plan de restructuration prévu par Magna et ses partenaires dans la reprise d’Opel/Vauxhall. « J’ai confiance dans une solution européenne et dans les contributions respectives de nos partenaires européens« , s’est ainsi exprimé le minsitre de l’économie.

Si en Belgique, le sort de l’usine d’Anvers semble quasiment acquis avec une fermeture à la clef, d’autres complexes industriels par le biais de leur gouvernement respectif espèrent bien ne pas payer un trop lourd tribut à ce plan social.

Tout devrait être conditionné aux soutiens financiers apportés par ces pays en partenariat avec l’enveloppe de 4,5 milliards d’euros mise sur la table par l’Allemagne. Les gouvernements polonais, anglais et espagnols notamment discutent avec l’Allemagne pour tenter de trouver une solution équitable entre tous selon le soutien de chacun.

Dans le même temps, les ministres de l’industrie en Espagne et du commerce en Angleterre (Miguel Sebastian et Peter Mandelson) ont aussi ouvert des négociations avec les représentants de Magna. La répartition du soutien financier des 4,5 milliards d’euros entre les nations impliquées dans le dossier donnera le verdict par pays avec les suppressions d’emplois à la clef.

On l’aura compris, sans accord entre les nations, le feu vert pour la signature définitive de la vente d’Opel à Magna par GM n’est pas encore acquise.

A lire également. Opel/Magna : Bruxelles rassure les pays inquiets, Opel : GM a choisi Magna, Opel : vers une baisse substantielle des salaires, Opel : Magna tablerait sur la suppression de 11 000 emplois et Opel : fermeture de l’usine à Anvers.

A voir également. Galerie Opel Astra à Francfort 2009 live.

227457227461227464227467227476227479227485227488227491227494

Source : diverses.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz