Accueil Fiat Spécialités Polonaises (1/2) : la Polski Fiat 126p (2/2)

Spécialités Polonaises (1/2) : la Polski Fiat 126p (2/2)

258
2
PARTAGER

Après des débuts en fanfare et un succès incontesté jusqu’au début des années 90, la carrière de la « petite Fiat » commence à s’essoufler. Il faut dire que la voiture a déjà une petite vingtaine d’années et que la chute du mur de Berlin permet enfin l’arrivée massive de produits venus de l’ouest. Malgré tout, la Polski Fiat 126p résitera encore une décennie, avant de s’éteindre à l’aube du XXIème siècle.

Après avoir franchi les 3 millions d’exemplaires produits en 1993, «la petite» évolue encore l’année suivante au niveau de sa présentation, puisqu’elle partage désormais certains de ses composants intérieurs et extérieurs avec la nouvelle Fiat Cinquecento, assemblée parallèlement sur place. La «grosse révolution» suivante arrivera en 1997, avec l’adoption d’un pot catalytique sur une voiture désormais baptisée 126 ELX. Le petit nom de l’auto, «Maluch» étant devenu si populaire, FSM décida d’en baptiser une série spéciale apparue cette même année.

La production de la FSM 126 prendra fin définitivement en l’an 2000 avec une ultime série limitée à 1.000 exemplaires baptisée Happy End, disponible uniquement en jaune ou en rouge (500 unités de chaque colori). Au total, quelque 4.673.655 Fiat 126 auront été fabriquées à travers le monde, dont 3.318.674 en Pologne,  1.352.912 en Italie et 2.069 en Autriche, chez Steyr-Puch au début de la vie de l’auto.

Fiat avait depuis longtemps assuré la succession de la 126 avec les Uno et surtout Cinquecento et Seicento, qui se sont longtemps disputées la place de leader du marché avec la Daewoo Matiz, autre gros carton en Pologne. Aujourd’hui, la relève semble être assurée. Pas tellement par le 500, produite sur place, certes, mais assez chère, mais surtout par les Panda et Linea (Grande Punto «à coffre»), omniprésentes sur les routes.

Aujourd’hui encore, les Polski-Fiat 126p et FSM 126 pullulent dans les villes et campagnes polonaises, et il n’est toujours pas rare d’en croises deux ou trois se suivant. Mais malheureusement, la voiture à tout de même tendance à disparaître, comme tendent à le prouver les nombreuses casses croisées le long des routes, pleines de carrosseries désossées de 126p. Les polonais sont résolument tournés vers l’avenir et n’accordent que peu d’importance à cette petite voiture, qui sert également souvent de support publicitaire à de nombreux commerces.

Les 126 sont, du coup, souvent dans des états assez avancés et très peu semblent la bichonner ou la conserver comme véhicule historique. Et pratiquement impossibles à trouver en occasion, puisque la plupart finissent directement à la casse. Heureusement certains semblent tout de même s’en préoccuper, et la 126p se plie à toutes les fantaisies possibles.
La 126p est donc une icône de l’est d’une époque aujourd’hui révolue, un peu à l’image de la Trabant, et est devenue aussi emblématique en Pologne que ne l’est la 2CV en France.  A tel point qu’elle est aujourd’hui  un symbole de toute la Pologne dans de nombreux lieux touristiques, où elle se retrouve sur de nombreux souvenirs, comme en témoigne ce t-shirt humoristique, vu à Cracovie : «Maly Fiat, The Polish Cadillac», «Petite Fiat, la Cadillac Polonaise» !

A lire également :
Spécialités Polonaises (1/2) : la Polski Fiat 126p (1/2)

Fiat & Furious : courses de rues en Pologne

Fiat 126 groupe 2 : mini-budget, maxi-plaisir

A voir également : Galerie Polski Fiat 126p
207921207930207936207942207948

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz