Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Peugeot 605

Brève rencontre: Peugeot 605

467
19
PARTAGER

Peugeot_605.jpgLorsque l’on évoque les voitures posh, un nom se détache immédiatement: la Peugeot 605.
Tous les étudiants en commerce ont entendu au moins une fois cette célèbre maxime: « Il faut parfois des années pour gagner un client, mais vous pouvez en perdre un en cinq minutes. » Le problème de la 605, c’est qu’elle a justement raté ses 5 premières minutes. A partir de là, tous les efforts de Peugeot furent vains.

peugeot605_2.jpgTout a débuté par une idée machiavélique de Jacques Calvet (alors PDG de PSA.) Il a entendu que Renault allait lancer sa future Safrane en 1991 (en fait, ce sera plutôt fin 92.) Il décide donc d’avancer les dates de sortie de la 605 et de sa cousine, la XM en 1990, afin de doubler Renault. D’un autre côté, la 505 (née en 1979) et la CX (née en 1974) souffrent face à la R25 (née en 1984) et les remplacer ne serait pas du luxe. A noter que les croquis préliminaires de la Z6 (c’est son nom de code) sont signés Pininfarina. Il en restera notamment la nervure latérale (que l’on retrouve sur la Ferrari Pinin, l’Alfa 164 et la 405, dont les premières études sont également signées Pininfarina.)

calvet_guignols.jpgAu salon de Francfort 1989, les journalistes évoquent briévement les ambitions retrouvées de Peugeot ou la 605 SV 24 et son V6 PRV 3,0l équipé d’une inédite culasse 24 soupapes. De quoi offrir 200 chevaux et 235km/h en pointe. Ce qui les frappe d’emblée, c’est son aspect de « grosse 405 », ses trop nombreux points communs avec la XM, son tableau de bord quelconque et la pingrerie en matière d’équipements de série. Peu après, l’usine qui la produit est en grève et les premiers acheteurs doivent patienter. Ces derniers payent ensuite le lancement prématuré et leurs 605 sont plus souvent au garage qu’à leur tour. On dit que Peugeot souhaita quantifier le mécontentement de la clientèle, mais les résultats étaient si déplorable que l’étude fut stoppée net. Il y eut enfin la marionette de Jacques Calvet aux Guignols de l’info, toujours en retard car sa 605 de fonction tombait en panne. Morceaux choisi, lorsqu’on l’interroge sur sa gamme: « La 106 est une petite 205. – Et la 306? – C’est une grosse 205. – Et la 605? – C’est une grosse [censuré] »

Peugeot_605_back.jpgPeugeot est bon pour sortir les rames. La fiabilisation de la 605 dés 1992 et le rappel des modèles defectueux ne réussit pas à modifier son image. La concurrence est féroce dans le haut de gamme et toute approximation est rédibitoire. En 1994, elle reçoit un lifting trop timide. En 1996, Peugeot baisse ses tarifs et l’année suivante, un nouveau V6 apparait. Mais la 605 reste à la traine, malgré sa bonne tenue de route, surtout face aux BMW Série 5 et Mercedes Classe E, qui dominent même le marché français. Solution trouvée pour solder les invendus: convaincre les acheteurs de 406 que pour 20000 francs de plus (voir beaucoup moins en discutant un peu), ils peuvent rouler en 605… En 1997, Pininfarina présente la Nautilus, sur base 605 rallongée. C’est la berline que Peugeot aurait sorti s’ils avaient plus d’audace. En 1999, la 607 la remplace enfin. On dit d’ailleurs que la marque ne l’a pas baptisée « 606 » pour mieux marquer la rupture avec la 605.

pininfarina_nautilus.jpgpeugeot_605_tuning_GTA.jpg

A lire également:
505 V6: Sochaux drift
Brève rencontre: Renault 14 (un autre bide…)
Au programme ce soir: Ronin (où une 605 tient un rôle)

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Brève rencontre: Peugeot 605"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Pierre V.
Invité
J’en ai eu une, en occasion récente, bradée à 50% de sa valeur à neuf (la même que celle en rouge dans l’article). Avec le bon V6 (et pas le glouton et anémique PRV), franchement j’ai beaucoup apprécié cette voiture au caractère un soupçon trop survireur sur le mouillé (sur le sec, un régal) ; pourtant pas une voiture de rallye, mais une voiture confortable à laquelle je n’ai pas trouvé d’équivalent en matière de qualité de suspension. On me l’a volé deux fois et la deuxième fois fût la bonne, dommage… J’ai ensuite essayé des 525 et autres berlines… Lire la suite >>
Josh
Invité

Ils auraient Sorti le concept car ils auraient marqué enormement de point face a renault C’est dommage ce manque d’audace stylistique qd meme

Fastbear
Invité

Je n’avais jamais pensé en la 605 comme « une grosse 405 » ! Je trouve au contraire que dans son genre ultra classique elle reste une jolie auto qui vieillit plutôt bien.

RS
Invité

La 607 fût pire encore question fiabilité, si je m’en refaire à un copain dont son père est un peugeotiste.

RS

Nullos
Invité

La 607 est basée sur la 605, c’est sa plateforme modernisée, indispensable pour rentabiliser la catastrophe industrielle de la 605. MAIS cela prouve une chose, c’est que le chassis de la 605 était bien né, puisque elle est toujours d’actualité et relativement up to date.

wpDiscuz