Accueil Hybrides Essai Toyota Prius rechargeable

Essai Toyota Prius rechargeable

196
31
PARTAGER

La Toyota Prius voit sa gamme complétée par une version rechargeable. Elle lui permet ainsi de booster sa polyvalence, et a prioi de se passer de son moteur thermique sur un trajet domicile / travail. On a passé au crible ses prestations en Espagne, dans les environs de Gérone.

Style extérieur

Vous pouvez faire le test, quand vous demandez à n’importe qui de citer sans réfléchir un véhicule hybride, on vous parlera de la Prius. Elle a donc atteint un haut degré de popularité, et pourtant ne joue toujours pas dans la discrétion, bien au contraire.

Cette quatrième génération se fait toujours remarquer, et il en est de même pour la déclinaison rechargeable. Sur cette dernière, le regard change, avec l’intégration d’une rampe de feux à leds qui participent en plus du style, avec une consommation contenue quand ils fonctionnent. Ce style ultramoderne digne d’un concept car de salon se prolonge sur les flancs et aussi à l’arrière, lui aussi spécifique. Vous pouvez presque vous passer de pastille crit’air, avec ce look reconnaissable entre mille, nous ne serez jamais embêté les jours de pic de pollution.

Style intérieur et équipement

A l’intérieur, on ne peut pas dire que Toyota la joue dans la sobriété. Là aussi, on croit s’installer dans un concept car avec des équipements d’aujourd’hui. La présentation n’aurait rien à envier à celle d’un vaisseau de science fiction. Au dessus de la planche de bord trône un écran longitudinal qui retranscrit les principales données de conduite.

Au milieu se place une large tablette tactile depuis laquelle on va pouvoir gérer un peu tout et n’importe quoi. Deux jours ne nous auront pas suffi pour réussir à bien l’utiliser, il faudra donc bien écouter le vendeur au moment de la prise en mains. On est plutôt bien installé à bord, pour passer sa journée en ville, dans cet espace zen. A l’avant comme à l’arrière, personne ne va manquer d’espace, bien calé dans le moelleux des sièges.

Motorisation

Le principe donc de cette Prius plug-in se situe dans sa capacité à pouvoir rouler sur la seule force de sa propulsion électrique. Elle possède d’ailleurs deux modes 100% EV. Un qui lui permet d’atteindre une vitesse autoroutière, et un autre qui la bride aux environs de 80 km/h pour optimiser son autonomie. Difficile de dire si elle peut atteindre les 50 km annoncés mais ce qui est sûr, c’est que nous avons pu parcourir près de 40 km sur la seule force de ses moteurs électriques.

Et quand il s’agit de sortir, en parcourant les routes et les autoroutes, elle fait preuve là aussi d’une consommation véritablement extraordinaire. Quand on la laisse optimiser la consommation, en jonglant avec la propulsion EV et le 4 cylindres de essence de 98 chevaux, après 130 km dont bien 60 sur autoroute à 120 / 130 km/h, nous avons à peine dépassé les 5 l/100 km. Un chiffre qui est descendu à 4 sur le retour, en étant un peu plus attentif, sans jouer les chicanes mobiles.

Sur la route

Clairement, il s’agit d’un des véhicules les plus doux qu’il nous ait été donné de conduire en agglomération. On a envie de tout, sauf de la bousculer. Elle rend la vie toute douce à bord, peu importe ce qui se passe dehors. Les transitions entre le thermique et les moteurs électriques se font tellement en silence qu’on ne les a pas toujours détectées. Et puis il y a la boîte CVT. Pour dire la vérité, elle ne génère aucun à-coup et se montre assez idéale pour seconder la propulsion de cette Prius. En revanche, rien à faire quand il s’agit d’arpenter les routes, où on a besoin d’user de relances et faire jouer la puissance… elle fait prendre des tours au 4 cylindres, ce qui vient briser la quiétude à bord, malgré les efforts en termes d’insonorisation.

Pour recharger la batterie de 8,8 kWh, il faudra patienter pendant un peu plus de 3 heures sur une prise classique, et 2 heures sur les chargeurs rapides qu’on peut trouver en ville. Il existe aussi un mode recharge en roulant par le moteur thermique, qui fait le job en un peu plus d’une heure suivant comment on le sollicite.

Tarif et conclusion

En termes de tarif, la Prius rechargeable réclame un surcoût de plus de 6000 euros par rapport à la Prius classique, avec un tarif s’établissant à 36 900 euros. C’est un peu cher, voire même un peu trop. Mais ses prestations valent le détour, surtout en agglomération son terrain de prédilection, sans pour autant être impossible à utiliser en dehors.

Crédit images : Toyota (essai)

+Consommation minuscule
Confort
Idéale pour la conduite en agglomération
Style clivant
Tarif élevé

 

Toyota Prius rechargeable
Moteur
Type et implantation4 cylindres Essence + 2 moteurs électriques
Cylindrée (cm3)1797
Puissance (kW/ch)Combiné 90/121 à 5200
Couple (Nm)142 à 3600
Transmission
Roues motricesAvant
Boîte de vitesseseCVT (train épicycloïdal)
Châssis
Suspension avantMacPherson
Suspension arrièreDouble triangulation
FreinsDisques AV / AR
Jantes et pneus195/65R15
Performances
Vitesse maximale (km/h)NC
0 à 100 km/h (s)NC
Consommation
Cycle urbain (l/100 km)NC
Cycle extra-urbain (l/100 km)NC
Cycle mixte (l/100 km)1
CO2 (g/km)22
Dimensions
Longueur (mm)4645
Largeur (mm)1760
Hauteur (mm)1470
Empattement (mm)2700
Volume de coffre (l)360
Réservoir (l)NC
Masse à vide (kg)1605

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Essai Toyota Prius rechargeable"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

J’ai les yeux qui saignent…………….

Joao Fernandes
Invité

Et le porte monnaie ?

amiral_sub
Invité

36k€ pour une berline aussi agréable et aussi sobre, ça ne me semble pas hors de prix. Que dire de sa concurrente plus petite la golf GTE alors? ou plutôt sa vraie concurrente la passat gte à 50k€?

kaiservinz
Invité

Ouch, le coffre passe de 502l à 360l. Dommage.
Les panneaux solaire sur le toit, c’est de série ou option ?

Reivilo
Invité

En série. Cela permet de rechercher la batterie et de lui donner 5 km d’autonomie.

Invité

Et à chaque fois vous faites l’erreur de tous les journalistes français: La Prius n’a jamais eu de boîte cvt mais un train epicycloidal
Pour votre culture: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Train_%C3%A9picyclo%C3%AFdal

Pour la conso à 120 130, il faudra me montrer comment vous faites ce score quand ma Prius de 11 ans fait encore 5,5 à cette vitesse. Allez, avouer que vous étiez un peu au dessus 😀
De toute façon la Prius à été optimisée pour les autoroutes us

AXSPORT
Invité

A chaque fois que je vois une Prius sur autoroute (très rare), elles suivent les poid-lourds…………..

Quelle conso à 140 GPS ?

Amiral_sub
Invité

5l/100 sur une pII à 140 en moyenne

AXSPORT
Invité

Ça me parait peu….
Moins qu’un mazout ?

amiral_sub
Invité

le moteur thermique est à combustion lente, il a un excellent rendement, mais a peu de couple. C’est très adapté aux hybrides. Sur autoroute le rendement reste bon contrairement à ce que beaucoup de monde croit. Les hybrides toyota, en plus d’un agrément de conduite assez exceptionnel, sont relativement sobres en toutes circonstances sauf vitesse élevée. A plus de 145km/h la conso grimpe.

ART
Invité

« agrément de conduite assez exceptionnel », il faut le dire vite, j’en ai déjà conduit et plus jamais, le truc qui couine tout le temps qui n’avance pas, et qui finalement sert à quelque chose qu’en vitesse stabilisée, à fuir plutôt si on parle d’agrément…

D3PO
Invité
Sur ma P3, 4 personnes à bords et des bagages, clim, en conduite pas très verte, je tourne à 7l, sur 800 km de trajet à 90% autoroute et 10% de périphérique de 3 grosses agglomérations, avec une moyenne globale de 110 km/h . Oui, elle consomme plus sur autoroute car il y a moins d’énergie à récupérer. Mais si je fais le bilan annuel de la conso, je suis à 4.5l pour 20000 km/an, avec des trajets quotidiens voie rapide et centre-ville. Pour info, dans les bouchons de périph, la conso chute (- de 3l), même lorsque la batterie… Lire la suite >>
amiral_sub
Invité

je partage ton expérience sauf sur les 7l/100, jamais atteints en 4 ans de possession de la voiture (une prius 2)

Invité

Sur un Paris Ales Paris, avec 2 conducteurs différents et 4 personnes, ma P2 a fait du 5,2l . Quelques embouteillages au retour mais le reste, c’était du 130 stabilisé (ce qui reste la norme du code de la route, au passage)

Admin

Il ne s’agit pas d’une erreur : c’est un raccourci pour faire simple, et et c’est le même qu’utilise Toyota qui nomme son système eCVT, pour la bonne et simple raison que le ressenti pour le conducteur est identique à celui d’une transmission CVT. Nous mentionnons dans la fiche technique qu’il s’agit d’un train épicycloïdal.

Michaël
Invité

Une transmission à train épicycloïdal est une CVT… Le terme CVT englobe plusieurs technologies

Houari
Invité

Ne fallait-il pas aussi la situer question prix p/r aux hybrides rechargeables du marché ?? ( Ionic Hyundai Plugin et Golf GTE )

Amiral_sub
Invité

Comparé à une golf gte elle est plus grande , moins chère et techniquement plus simple (ce qui est de bon et augure pour la fiabilité)

beniot9888
Invité

Cependant, la Golf gte fait 204 CV. Pas étonnant qu’elle soit plus chère.

amiral_sub
Invité

la golf gte a une boite dsg, et un turbo. Quand on connait la conception, c’est horriblement complexe et cher. Je mets un gros bémol sur la longévité de l’ensemble. Son seul avantage est la puissance

DUPON
Invité

regardes la golf et passat ! lorsque la batterie est vide les consos (on arrive aux 10l) et avec boite auto double embrayage ! ils n’ont pas la technicité et l’expérience de toyota

Houari
Invité

Finalement, la Prius 4 semble être le meilleur choix rationnel, longévité, fiabilité, économie en ville, (en plugin’hybrid) actuellement. voilà.

asx35
Invité

Toit solaire de série en France (1 seule finition disponible)

wpDiscuz