par Elisabeth Studer

Start-up Zero : trottinettes électriques en partage pour le dernier km

Nouvelle société pour le partage de trottinettes électriques : la start-up néerlandaise Zero veut se lancer dans le domaine, tablant sur l'essor de telles solutions de nouveaux services de mobilité. Elle souhaite ainsi proposer LA solution pour le dernier kilomètre, affirmant même dans sa publicité qu'il faut bannir les automobiles des centre-villes.

Zapping Le Blogauto Essai MG ZS EV

Nouvelle société pour le partage de trottinettes électriques : la start-up néerlandaise Zero veut se lancer dans le domaine, tablant sur l'essor de telles solutions de nouveaux services de mobilité. Elle souhaite ainsi proposer LA solution pour le dernier kilomètre, affirmant même dans sa publicité qu'il faut bannir les automobiles des centre-villes.

Une concurrence déjà féroce

La nouvelle start-up veut prendre position sur le marché européen en s'introduisant tout d'abord à Berlin. Elle cherche ainsi à concurrencer des acteurs américains disposant de moyens financiers confortables tels que Lime et Bird. Ce dernier a lancé récemment un projet pilote de trottinettes électriques à Bamberg, en Allemagne.

De plus petits fournisseurs tels que  Voi en Suède, deux start-ups berlinoises  Tier Mobility et  Flash  and Hive, le service de e-trottinettes de Mytaxi (Daimler) travaillent également sur une offre. La concurrence semble donc d'ores et déjà de taille … !

En attente de l'autorisation de circulation des trottinettes électriques en Allemagne

Reste tout de même un gros hic : tous les participants potentiels au marché attendent avec impatience …. le feu vert du législateur allemand prévu pour le printemps 2019.

Précisons en effet que la conduite de tels "engins" est toujours interdite en Allemagne. Un règlement correspondant est en cours de révision et devrait être publié au cours du premier ou du deuxième trimestre de cette année.

La notification du règlement par la Commission européenne et la décision du Bundesrat sont en attente. Les principes fondamentaux du règlement seront les suivants : guidon, limite de vitesse 20 km / h, puissance jusqu’à 500 watts, couverture d’assurance, permis de conduire un cyclomoteur ou autre conducteur, aucun casque requis. Les trottinettes  électriques doivent également satisfaire aux "exigences minimales en matière de dynamique de conduite".

En outre, le ministère a confirmé que, contrairement aux projets antérieurs de véhicules sans guidon - tels que les hoverboards  -, une ordonnance d'exception accompagnée de preuves scientifiques devrait être émise au cours du premier semestre de 2019. "Le règlement d'exemption n'est pas soumis à l'approbation du Conseil fédéral, le processus est donc assez rapide", a déclaré le ministère des Transports allemand.

Zero table sur une stratégie de coopération avec les acteurs locaux

Les Néerlandais poursuivent une stratégie distincte de celle des entreprises américaines. Ces dernières dotées d’un capital-risque de plusieurs centaines de millions de dollars avancent têtes baissées … mais sans aucun partenariat avec sociétés et intervenants locaux.

Zero compte pour sa part s'appuyer sur une coopération avec d'autres prestataires de services de mobilité et les collectivités locales.

Tirant ainsi partie des leçons apprises via le boom des trottinettes  électriques aux États-Unis, qui plaident pour une réussite via une association avec les acteurs locaux. Car pour pouvoir fonctionner en toute sérénité et obtenir l'acceptation des citadins, les nouveaux véhicules devront être soumis à une réglementation, que ce soit en terme de stationnement ou de respect du code de la route.

"Nous avons l'intention de donner à nos utilisateurs l'accès aux autres fournisseurs de mobilité, de partager des données anonymisées et d'optimiser les emplacements des trottinettes électriques à proximité des transports en commun", a déclaré le fondateur de Zero, Wouter Moekotte, à propos de la coopération envisagée.

L'entrepreneur souhaite également s'associer avec les petites et moyennes entreprises du secteur en vue d'acheter ensemble du matériel et des pièces détachées. « Il s’agit essentiellement d’obtenir de l’argent en tant que réseau européen » a ainsi déclaré Wouter Moekotte. Lequel a déjà fondé les start-ups écologiques Bio Futura (gobelets et pailles réutilisables) et Beo Bottle (bouteille d'eau recyclée).

Sources : Zero, NGIn Mobility

Pour résumer

Nouvelle société pour le partage de trottinettes électriques : la start-up néerlandaise Zero veut se lancer dans le domaine, tablant sur l'essor de telles solutions de nouveaux services de mobilité. Elle souhaite ainsi proposer LA solution pour le dernier kilomètre, affirmant même dans sa publicité qu'il faut bannir les automobiles des centre-villes.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.