par Thibaut Emme

Comment la Hongguang Mini EV peut être aussi peu chère ?

La Hongguang Mini EV est vendue l'équivalent de 4000 € en Chine. Un professeur de l'Université de Nagoya au Japon a voulu découvrir le secret de son prix si bas.

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Depuis la mi-2020, la Hongguang Mini EV est un véritable phénomène automobile en Chine. Véhicule électrique essentiel, la Mini EV a supplanté la Tesla Model 3 en tant que véhicule électrique le plus vendu dans le pays (500 000 unités en 1 ans 1/2). Evidemment, la marge n'est pas la même pour Wuling que pour Tesla. Toutefois, Wuling assure faire une bonne marge. Comment est-ce possible alors que la voiture est vendue 28 80co0 yuan soit un peu moins de 4 000 € ?

Le Professeur Masayoshi Yamamoto de l'Université de Nagoya a voulu le savoir et a démonté entièrement la voiture. Pour cela, il a "emprunté" une voiture importée par la Japan Management Association, pour 38 800 yuan (5 400 € environ) selon le journal économique Nikkei. Selon le Professeur, les éléments qui composent la voiture ainsi que l'assemblage seraient valorisés à 3 700 €. Si c'est le cas, cela représente une marge "confortable" ramené au prix du véhicule.

Le premier secret selon le Professeur dans des propos rapporté par Nikkei, ce sont les composants qui sont basiques et aisément trouvables en catalogue. En clair, plutôt que de concevoir et faire produire (ou produire) des composants spécifiques à la voiture, SAIC-GM-Wuling (coentreprise entre General Motors, SAIC Motor et Liuzhou Wuling Motors Co.) utilise des composants "sur étagère". D'ailleurs la voiture a été conçue en 12 Mois à peine. Un record.

Rendre accessible la réparation

La voiture est ultra-simple, voire simpliste. Il n'y a pas, par exemple, de freinage régénératif. Cela baisse énormément la partie freinage, au détriment de l'autonomie qui ne peut pas être allongée à la décélération. Il faut donc compter uniquement sur la batterie lithium-ion de 13,9 kWh (*). Selon le constructeur, sa Hongguang Mini EV est capable de couvrir 170 km sur une charge, soit 8,2 kWh/100 km. Avec la régénération, les 200 km seraient sans doute jouables. Mais 170 km c'est déjà largement suffisant pour faire ce pour quoi est conçue la voiture : fournir une mobilité très accessible au plus grand nombre.

Cette absence de régénération électrique fait que toute la partie électrique/électronique est simplifiée. L'onduleur qui transforme le courant continu en courant alternatif ne coûterait que 125 € selon le Professeur au lieu de 4 fois plus en temps normal pour des onduleurs plus complexes.

Pas de refroidissement liquide, un simple refroidissement par air suffit également. Comme il n'y a pas de charge rapide, il n'y a pas besoin de refroidir les cellules. Quant aux grosses chaleurs en utilisation ? Ben...ça va chauffer. Ce qui fait dire au Professeur Yamamoto que certains composants "claqueront" vers 120 000 km ou 8 ans comme "l'inverter". C'est un autre "secret" de ce véhicule électrique : ne pas viser les 200 000 km ou plus sans souci, mais plutôt la dizaine d'années et les 120/140 000 km.

La Citroën 2CV réinventée

Pas de panique, les composants sont accessibles, et remplaçables ! Dans beaucoup de véhicules "mieux conçus", les composants sont soudés, intégrés, camouflés, etc. Pour changer quelque chose, il faut de la main d'œuvre qualifiée et changer tout un bloc. C'est ce qui fait dire à ce Prof que l'on en a pour son argent. Surtout, en faisant un véhicule facile à réparer, SAIC-GM-Wuling réinvente en quelque sorte notre Citroën 2CV (ou plutôt son concept, la TPV).

Mais, la recette peut-elle être répliquée en Europe ? On peine à le croire. En effet, si on ne passe pas par les quadricycles lourds L7e (limités en poids et donc en sécurité et autonomie), faire une voiture M1 répondant aux normes Européennes fait grimper la note finale. Dartz, qui fabrique de lourds "SUV" performants (voir ici), a annoncé vouloir produire une version locale du Hongguang Mini EV assemblé en Lituanie avec des pièces provenant de Chine. Le prix annoncé est d'environ 10 000 €. Il n'y a pas que les pièces, il y a aussi le prix de la main d'œuvre, et les normes qui font le prix d'un véhicule.

Le Citroën AMI pour comparaison est proposé à 6 900 €. Mais, c'est un quadricycle 2 places, limité à 45 km/h, avec 75 km d'autonomie. Pourtant, sa conception est aussi simple, et elle est assemblée au Maroc, à Kenitra. Quand on compare l'aspect des deux véhicules, il n'y a pas photo : victoire Hongguang Mini EV.

"Une alternative à la marche" selon le constructeur. Moins de 3 m de long, pour 1,50 m de large, 2+2 (une banquette relevable à l'arrière) la Hong Guang Mini est disponible en plusieurs finitions dont une, la "Macaron", qui offre tout de même des feux LED, l'ABS, la climatisation une caméra et des radars de recul, et même un airbag conducteur. Le moteur électrique reste le même, il développe 20 kW (27 ch) et 85 Nm pour une vitesse limitée à 100 km/h. Le prix grimpe jusqu'à environ 5 600 €.

(*) 120km d'autonomie avec la batterie de 9,3 kWh, 170km d'autonomie avec la batterie de 13,9 kWh

Pour résumer

La Hongguang Mini EV est vendue l'équivalent de 4000 € en Chine. Un professeur de l'Université de Nagoya au Japon a voulu découvrir le secret de son prix si bas.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.