par La rédaction

Le port de la vitre teintée proscrit en Afghanistan

Les vitre teintées sont désormais interdites en Afghanistan. C'est le ministère de l'intérieur du pays qui a officialisé la chose, question de sécurité cela va sans dire. Tous les véhicules circulant sur le sol afghan seront à égalité sur ce point puisqu'aucun passe-droit ne sera accordé aux militaires ou diplomates par exemple. "Le but est de renforcer la sécurité dans le pays. Et d'empêcher de possibles menaces à Kaboul et des activités illégales", a confié le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Zemaray Bashary.

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Alors que l'insurrection des Talibans gagne du terrain et que les attentats suicides se multiplient, le ministère de l'intérieur afghan cherche toutes les pistes possibles pour limiter ces attaques.

La dernière solution passe donc par l'interdiction des vitres teintées tandis que la législation sur les véhicules blindés sera prochainement renforcée et les véhicules roulant sans plaque durement sanctionnés. Sur ce dernier point du reste, on saisit mal le lien direct à faire entre attentats et plaques plus ou moins conformes. Vraies ou fausses plaques, tel ou tel illuminé désirant se faire sauter...

"Ce décret aura un impact négatif sur la sécurité de certaines personnes, mais il a d'autres gros avantages", a reconnu Zemaray Bashary confirmant qu'il n'y aura "aucune exception y compris pour le véhicule du président". Le chef de l'Etat afghan Hamid Karzaï a confirmé la mise en application de la chose en signant un décret présidentiel la semaine dernière.

Source : Reuters.

Pour résumer

Les vitre teintées sont désormais interdites en Afghanistan. C'est le ministère de l'intérieur du pays qui a officialisé la chose, question de sécurité cela va sans dire. Tous les véhicules circulant sur le sol afghan seront à égalité sur ce point puisqu'aucun passe-droit ne sera accordé aux militaires ou diplomates par exemple. "Le but est de renforcer la sécurité dans le pays. Et d'empêcher de possibles menaces à Kaboul et des activités illégales", a confié le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Zemaray Bashary.

La rédaction
Rédacteur
La rédaction

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.