par Thibaut Emme

F1 : Mazepin obligé de faire son service militaire ? Mouais

Alors que la Formule 1 est en Azerbaïdjan pour le weekend, le père de Nikita Mazepin a expliqué que l'armée russe voulait que son fils effectue son service militaire.

Zapping Le Blogauto Essai Cupra Formentor VZ5 sur neige

Le service militaire est encore obligatoire en Russie et théoriquement, on ne peut pas y couper. Dmitry Mazepin, patron de Urlkali et principal sponsor de la carrière de son fiston, a ainsi rendu public une soi-disant pression de l'armée russe pour que le pilote Haas arrête sa carrière pendant une année.

"Nikita a 23 courses à faire cette année, et ils lui disent qu’il doit rejoindre l’armée : ’Tu dois aller au camp d’entraînement’ ont-ils dit lors de leur dernière missive," aurait expliqué Mazepin. Dmitry Mazepin s'est mué en porte-parole de tous les athlètes Russes en expliquant que l'Etat se fichait des athlètes et de leur carrière sportives. Il n'est pas sûr que ce soit le meilleur moyen de s'attirer les faveurs et la mansuétude de l'armée.

Mazepin cherche à priori à avoir une dérogation. Cette dérogation viendra peut-être du Kremlin lui-même ? Pendant ce temps, Nikita montre qu'il a le niveau de la F1 en évitant (mal) les barrières à Baku (touchette hier en essais libres).

Pas le premier pilote à être appelé

Ce n'est pas le premier pilote de F1 à devoir transiger avec le service militaire. D'ailleurs, le compatriote de Mazepin, Kvyat, ne semble pas avoir été embêté avec cela. Dérogation pour lui ? Il y a quelques années, Christian Klien, Autrichien, avait négocié avec l'armée de son pays pour effectuer une partie durant sa carrière, puis "solder" son service une fois plus disponible. Il a terminé son service à plus de 33 ans, en 2017.

Kimi Räikkönen ou Valttery Bottas ont aussi effectué leur service en Finlande, de façon aménagée. Il semble impensable que Mazepin en trouve pas un arrangement avec l'armée de son pays. Cette sortie de son père semble plus être un appel du pied à une totale dérogation plutôt qu'un arrangement du style en caserne avec autorisation pour tous les weekends de grand-prix. Sans compter le mois de coupure cet été, puis l'intersaison cet hiver. De quoi trouver un compromis.

A moins que ce soit une excuse pour Dmitry Mazepin d'exfiltrer son fiston de la F1 tant qu'il en est encore temps ? Ah il est très loin le temps où les pilotes de grand-prix étaient aussi des aviateurs s'illustrant durant la guerre.

Il y a bien des années, les pilotes Français devaient eux-aussi passer sous les drapeaux. Alain Prost a dû faire son service en Allemagne (dans l'administratif) mais trouvait un moyen de faire quelques courses. Il faut dire qu'il venait d'atteindre la finale du volant Elf et qu'une carrière en sport auto s'ouvrait à lui. Patrick Depailler de son côté, alors en "Ford jeunesse", se signait lui-même des "bons de sortie" pour aller courir en piste. Désormais, les carrières ne peuvent avoir de "trous" et un an loin des paddocks serait sans doute la fin de la carrière de Mazepin.

Illustration : Uralkali Haas F1

Pour résumer

Alors que la Formule 1 est en Azerbaïdjan pour le weekend, le père de Nikita Mazepin a expliqué que l'armée russe voulait que son fils effectue son service militaire.

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.