par Joest Jonathan Ouaknine

Brève rencontre: De Tomaso Vallelunga

Avec la Vallelunga, De Tomaso s'est lancé dans la production de GT. A l'époque, c'était seulement la deuxième voiture de série à moteur central arrière, une architecture directement issu des monoplaces. Sa carrière fut modeste, mais ce sera la première pierre de l'empire (éphémère) d'Alejandro De Tomaso.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Avec la Vallelunga, De Tomaso s'est lancé dans la production de GT. A l'époque, c'était seulement la deuxième voiture de série à moteur central arrière, une architecture directement issu des monoplaces. Sa carrière fut modeste, mais ce sera la première pierre de l'empire (éphémère) d'Alejandro De Tomaso.

Pilote Argentin, Alejandro De Tomaso s'installe en Italie à la fin des années 50. Il raccroche le volant pour créer des voitures de courses: Formule Junior (actuelle F3), Indycar et même F1! En 1962, il réfléchit à une GT à moteur central qu'il baptise du nom d'un circuit près de Rome: Vallelunga. Le châssis et les suspensions sont inspirés de la Formule Junior.

De Tomaso est approché par Ford, qui veut mettre un pied en Italie. Du coup, la Vallelunga hérite d'un 1500 de Ford Cortina GT. Gavé par deux énormes Weber, il offre alors 105ch. La mécanique est accouplée à une boite Hewland de Cox, afin de privilégier la fiabilité. La Vallelunga ne pèse que 500kg et elle revendique 200km/h en pointe.

Au salon de Turin 1963, De Tomaso présenta ce spider signé Fissore. A son volant, Secondo Ridolfi obtint de nombreuses victoires de classe. Le spider figurait sur le tout premier catalogue de De Tomaso. Mais il resta un prototype, notamment faute d'homologation en GT.

Début 1964, Fissore construits quelques coupés Vallelunga pour De Tomaso. Puis, Alejandro De Tomaso, égal à lui-même, se brouille avec lui. Les voitures suivantes seront produites par Ghia (notamment celle du salon de Turin 1964, où la Vallelunga débute officiellement.) Parler de série est exagéré: parmi la soixantaine de véhicules produits jusqu'en 1968, difficile d'en trouver deux identiques.

La Vallelunga possède les défauts classiques des voitures artisanales: finition déplorable, développement insuffisant, etc. De toute façon, Alejandro De Tomaso songeait déjà à sa prochaine uvre: la Mangusta. Par contre, la Vallelunga aurait inspirée le design de la Mazda MX-5...

A lire également:

De Tomaso: le retour?

Brève rencontre: Maserati Biturbo

Brèves rencontres: De Tomaso Biguà, Qvale Mangusta et MG XPower SV

Brève rencontre: Innocenti Mini

Brève rencontre: Chrysler TC by Maserati

Pour résumer

Avec la Vallelunga, De Tomaso s'est lancé dans la production de GT. A l'époque, c'était seulement la deuxième voiture de série à moteur central arrière, une architecture directement issu des monoplaces. Sa carrière fut modeste, mais ce sera la première pierre de l'empire (éphémère) d'Alejandro De Tomaso.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.