par Nicolas Anderbegani

Bentley étudie un retour en Endurance

Les 24 heures du Mans font partie intégrante de l'ADN et de l'histoire de Bentley. La marque envisage sérieusement de revenir en compétition à la faveur de la nouvelle catégorie LMDh hybride.

Zapping Le Blogauto Essai Dacia Jogger

A l'occasion du grand évènement automobile de Monterrey, Bentley a fait rouler son prototype Speed 8, victorieux aux 24 heures du Mans 2003. En marge des festivités, Adrian Hallmark, le PDG de la marque britannique, a confié au média américain Road and Track que Bentley étudiait sérieusement la faisabilité d'un retour en Endurance et aux 24 heures du Mans, une épreuve qui a contribué à forger la légende du constructeur de luxe.

L'hybridation, une aubaine

Il faut dire que les planètes s'alignent : un plateau royal est en train de se mettre en place en Endurance, avec des coûts limités - surtout dans la catégorie LMDh et une hybridation qui colle bien à la communication des marques qui accélèrent sur l'électrification.

"Il est clair qu'avec l'hybridation du Mans, et avec notre plan d'hybridation - où nous passons de l'offre d'hybrides aux côtés de voitures à combustion, à l'hybride pur dans les deux prochaines années - il y aurait l'opportunité de revenir à la course hybride dans cette fenêtre, avant de passer au tout électrique ", a-t-il déclaré. "Nous y avons jeté un coup d'œil, notre cœur de métier est notre priorité, il y a beaucoup d'incertitudes à l'horizon économique mondial, donc nous ne voulons pas sauter dans un programme et nous faire prendre à mi-parcours, nous voulons faire ça bien." On soulignera au passage le petit tacle à Audi, dont le programme LMDh s'est arrêté net.

émulation interne

Justement, le groupe Volkswagen sera très présent en Endurance, puisque Porsche est déjà au travail avec sa 963 LMDh et que Lamborghini se prépare aussi à entrer dans la danse. Une concurrence interne de ce genre ne serait-elle pas un frein ?

"Au sein du Groupe, si nous voulions le faire, il n'y a pas de résistance si nous pouvons le financer, le faire fonctionner, le faire arriver. Porsche s'en fiche aussi parce qu'ils pensent qu'ils vont gagner de toute façon, et Lamborghini ils le feront, comme Stephan [Winkelmann, PDG] le fait toujours, avec panache.""Tant que nous avons une proposition capable de monter sur le podium, nous serions intéressés, mais nous n'en sommes pas encore là sur la décision"

Dans l'ADN de Bentley

Pour étayer son propos, rappellons par exemple qu'en catégorie GT3, des Bentley Continental, Lamborghini Huracan, Porsche 911 et Audi R8 s'affrontent. Certes, la formule GT3 est entièrement basée sur la compétition-client et sur une multitude de championnats, mais l'émulation et la concurrence inter-marques ne pose pas problème, du moment que cela se fait dans un cadre budgétaire limité.

Pour Bentley, c'est aussi une question d'image. La saga de l'entreprise est intimement liée à l'Endurance et aux 24 heures du Mans, avec notamment l'épopée des "Bentley Boys", ces gentleman-drivers fortunés qui remportèrent 4 fois de suite la course mancelle entre 1927 et 1931. A ce titre, le constructeur a récemment dévoilé la Speed Six qui sera refabriquée comme à l'époque. Bentley avait aussi triomphé au Mans en 2003 avec la Speed 8, qui était en fait une Audi R8 recarrossée, mais le symbole était là. En tous cas, si cela se fait, nous aurions en Endurance le plateau le plus fou depuis bien longtemps !

Pour résumer

A l'approche du centenaire des 24 heures du Mans, Bentley étudie sérieusement l'éventualité d'un retour en Endurance dans la catégorie prototype LMDh afin de revenir dans la célèbre course mancelle, qui a façonné la légende de la marque.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.