par Nicolas Anderbegani

Nikola et Iveco lancent la production en Allemagne

Deux ans après l’annonce de leur partenariat, l’usine associant la start-up spécialisée dans les poids-lourds électriques et à hydrogène Nikola et le géant Iveco vient d’être inaugurée à Ulm, en Allemagne. L’horizon se dégage enfin pour la startup américaine, après bien des rebondissements.

Zapping Le Blogauto Essai Volkswagen Taigo

Hambourg en poisson-pilote

Ce partenariat doit aboutir aux premières livraisons dès 2022, lorsque les premiers modèles Nikola Tre arriveront aux États-Unis chez des clients sélectionnés. Conçu pour le transport régional, ce camion de 15 tonnes basé sur la plateforme de camion Iveco S-WAY et doté d’un essieu électrique produit par FPT Industrial promet une autonomie de l’ordre de 800 kilomètres.

Le premier client sera le port de de Hambourg qui a signé un contrat pour effectuer un test sur 25 camions électriques à partir de 2022. Ils seront éprouvés pour les opérations de transport et de logistique avec des solutions de chargement à hautes performances. La seconde phase prévoit une intégration complète de ces camions électriques dans les opérations portuaires, l’installation de l’infrastructure de chargement et le soutien logistique sur site.

Bientôt l'hydrogène

Outre le Nikola Tre, le démarrage des activités à Ulm a coïncidé avec la présentation au public de la prochaine étape prévue sur la même plate-forme modulaire destinée aux véhicules lourds à propulsion électrique. A compter de 2023, ils seront aussi dotés d'une pile à combustible fonctionnant à l'hydrogène, pour avoir bien plus d'autonomie, et la faculté de se ravitailler très rapidement. Concrètement, en adoptant des remorques d'environ 40 tonnes, l'autonomie des camions électriques qui naîtront de la collaboration entre Iveco et Nikola, disponible en 200 kW et 300 kWsera, promet d'atteindre les 800 kilomètres d'autonomie. Il faudra 2 heures pour recharger les colonnes de 350 kW, ou 20 minutes dans le cas de l'hydrogène.

L'usine a une superficie de 50 000 mètres carrés, dont la moitié est couverte. La ligne d’assemblage ultra-moderne est divisée en 14 postes de travail et 6 stations de tests. Les opérateurs seront par ailleurs secondés par 32 robots de production. À l'heure actuelle, les prévisions tablent sur un millier d'unités par équipe chaque année, mais une augmentation globale est déjà attendue dans les années à venir. La volonté d'Iveco et de Nikola est aussi d'atteindre les objectifs du programme World Class Manufacturing, pour atteindre le zéro déchet, le zéro accident et la zéro panne.

« Malgré tous les défis engendrés par la pandémie, au niveau industriel mais aussi mondial, auxquels nous avons dû faire face depuis la première annonce de ce partenariat en septembre 2019, il est extrêmement gratifiant d'être ici aujourd'hui comme une seule équipe pour assister à l'accomplissement de tout notre travail acharné: un objectif atteint à temps et selon les plans originaux », a déclaré Gerrit Marx (PDG d'Iveco) lors de son discours inaugural. « Grâce à l'expertise éprouvée d'Iveco et à sa présence consolidée, nous avons fourni une plate-forme de communication d'entreprise sur laquelle la technologie de Nikola peut continuer à croître et à se développer. Désormais, notre objectif principal est d'assurer le succès de cette opération et de prendre conjointement le leadership dans le domaine du transport lourd court et long-courrier qui soit neutre du point de vue de l'impact climatique ».

Notre avis, par leblogauto.com

Après plusieurs mois de turbulences financières, de déconvenues et de polémiques, le temps de l'errance semble derrière Nikola, qui vient de signer un partenariat avec Bosch pour la fourniture des piles à combustible. Les camions Nikla/Iveco semblent être efin sur de bons « rails », façon de parler. Reste l’épreuve de la route, de l'autonomie réelle et de la vitesse.

Pour résumer

Deux ans après l’annonce de leur partenariat, l’usine associant la start-up spécialisée dans les poids-lourds électriques et à hydrogène Nikola et le géant Iveco vient d’être inaugurée à Ulm, en Allemagne. L’horizon se dégage enfin pour la startup américaine, après bien des rebondissements.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.