par Nicolas Anderbegani

L'Indycar entame les tests sur piste de l'Aéroscreen

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

En collaboration avec Red Bull Advanced Technologies, l'Indycar a entamé les tests de l'Aeroscreen sur l'Indianapolis Motor Speedway. Après l'adoption du Halo par la F1, l'autre grande discipline de monoplaces adopte une solution alternative qui fera jaser et animera le débat philosophique entre les "anciens" et les "modernes".

Scott Dixon du Chip Ganassi Racing et Will Power du Team Penske se sont relayés pour parcourir près de 650 km sans incident autour de l'emblématique ovale de 2,5 miles. L'australien a parcouru 129 tours à une vitesse maximale de 224.591 mph alors que le néo-zélandais a bouclé 128 tours avec un record de 224.501 mph. Aucun problème n'a été signalé en termes de visibilité, de bouleversement de la tête ou de maniement de la voiture.

«Nous avions des attentes assez élevées et nous les avons probablement déjà dépassées», a déclaré le président de l'INDYCAR, Jay Frye. «Je pense que nous avons fait tout ce que nous pensions pouvoir faire. De toute évidence, nous avons beaucoup appris. Je pense que le plus important, c'est que la fondation soit correcte ... et qu'il s'agisse d'un produit clé en main, nous en sommes vraiment fiers."

L’Aeroscreen a été développé par Red Bull Advanced Technologies pour réduire le risque de blessures au conducteur causées par des débris ou d’autres objets heurtant le cockpit. C'est le décès tragique de Justin Wilson après un choc frontal avec un débris, à Pocono en 2015, qui avait poussé les autorités à lancer le projet.  Il dispose d'un écran stratifié en polycarbonate comprenant un revêtement antireflet à l'intérieur de l'écran, un dispositif anti-buée par élément chauffant intégré et des tear-offs. Une autre caractéristique pour les pilotes sera un conduit de refroidissement du poste de pilotage conçu par Dallara à l’aide de la dynamique des fluides numérique.

La structure en titane se monte dans trois zones autour du cockpit: la ligne centrale du châssis, deux fixations latérales arrière et l’intégration de cerceaux roulants pour améliorer les capacités de charge. La portance prévue correspond à la charge de la FIA pour la conception Halo.

«Je suis tellement impressionné par la rapidité avec laquelle tout cela s'est passé», a déclaré Power. «Pour que la première manche soit réussie et qu'il n'y ait vraiment aucun problème majeur… ce ne sont que de petites choses sur lesquelles il faut travailler.»

«C’est un projet intense, et je pense que beaucoup de gens ont fait preuve de la diligence requise pour le mener à bien», a déclaré Dixon, surpris de voir à quel point le poste de pilotage était calme avec le vent dévié. Il a dit qu'il pouvait entendre la radio de son équipe comme jamais auparavant. «En réalité, la charge sur le casque est beaucoup moins lourde», a-t-il ajouté.

L'INDYCAR a programmé des tests Aeroscreen supplémentaires à Barber Motorsports Park, un parcours routier permanent, avec Simon Pagenaud du Team Penske et Ryan Hunter-Reay d’Andretti Autosport le 7 octobre; Richmond Raceway et le Sebring International Raceway suivront, avant une livraison à toutes les équipes avant Noël.

«Il s’agit d’une solution de sécurité des conducteurs qui change totalement l’industrie, nous ne pouvons donc pas en être plus fiers», a déclaré Frye. «C’est quelque chose qui changera vraiment l'aspect de ce sport pour longtemps.”

L'avis de leblogauto.com

Bon, on ne va pas se mentir, c'est moche, très moche, surtout vu de devant. Les Dallara sont défigurées par une structure qui manque de finesse...le Halo en deviendrait presque sexy. On peut supposer aussi qu'il n'y aura plus de courses sous la pluie, étant donné que le système n'est pas doté d'essuies-glaces. Mais la sécurité a un prix... et on ne peut nier l'énorme parcours accompli par l'Indycar depuis 2012 suite au crash mortel de Dan Wheldon.

Pour résumer

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.