Lancer le diaporama
Nouvelle BMW Série 1 : pouvoir de la traction ? 1
+7
LANCER LE DIAPORAMA
par Thibaut Emme

Nouvelle BMW Série 1 : pouvoir de la traction ?

Outre un design qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, la nouvelle BMW Série 1 passe de la propulsion à la traction. Cela va-t-il réellement changer la donne pour la compacte à l'hélice ?

Zapping Le Blogauto Essai de la Cupra Born en Laponie

Esthétiquement, la nouvelle BMW Série 1 change énormément. Gros "naseaux" comme les dernières Bavaroises nées, "regard" plus méchant, avec des optiques inclinées, et une large "bouche" souriante dans le bouclier avant (en version M).

Le profil change surtout sur sa partie arrière avec un montant arrière moins atypique (ou moins typique BMW). A l'arrière, les feux s'affinent pour le plaisir des yeux, ce qui retire un peu du côté massif de la précédente version. La version 3 portes disparaît aussi du catalogue.

A l'intérieur, c'est un coup de frais dans le dessin de la planche de bord. L'écran tactile de 10,25 pouces fait moins "sorti" de la console centrale et plus naturellement positionné, vers le conducteur. Il est couplé à un autre écran de 10,25 pouces pour l'affichage des compteurs.

Finalement la traction c'est bien...

La révolution technique de cette BMW Série 1 se voit sous la carrosserie, mais aussi à l'intérieur, à l'arrière. En effet, l'imposant tunnel de transmission cède sa place à un tunnel plus réduit, ce qui bénéficie à la place arrière au milieu. Merci la traction !

Après avoir clamé que la propulsion était le nec plus ultra pour une compacte premium, voilà que BMW retourne sa veste et l'annonce, la traction c'est mieux et forcément, cette BMW Série 1 a "une précision dynamique sans précédent dans les voitures traction, avec laquelle elle établit de nouveaux standard pour les compactes premiums". Rien que cela. Réponse dès le prochain essai.

La nouvelle née de BMW mesure 5 mm de moins que son prédécesseur. 4 319 mm exactement pour 1 799 mm de large (+34 mm) et 1 434 mm de hauteur (+13 mm). L'empattement est plus court de 20 mm à 2 670 mm.

[t20baic id=BMWThe1 before=https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2019/05/Serie_1_profil_avant.jpg after=https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2019/05/Serie_1_profil_après.jpg ]

La M135i en porte-étendard

La BMW Série 1 sera au Salon de Francfort 2019, contrairement aux constructeurs Français, en septembre prochain. La M135i xDrive sera bien mise en avant avec ses équipements complets et surtout ses performances. Le 4 cylindres en ligne, 2 litres twin turbo, développe 306 chevaux de puissance et surtout 450 Nm de couple sur une plage de 1 750 à 5 000 tours/min. Il est accouplé à une boîte Steptronic Sport à 8 rapports.

Plutôt lourde (1600 kg DIN), la BMW Série 1 réalise tout de même le 0 à 100 km/h en 4,8 secondes (pour une vmax de 250 km/h). Côté consommation, elle affiche un 8,2 litres/100 km en ville pour 6 l/100 km sur route et un mix à 7,1-6,8 l/100 km soit des émissions de CO2 entre 162 et 155 g/km. Cela correspond à un malus de 2 300 à 3 473 €. La transmission xDrive, le différentiel à glissement limité type Torsen, ainsi que l'électronique ARB (qui limite le glissement des roues sous l'effet du couple) devrait lui permettre une conduite sportive convaincante. Sur le papier, elle reste tout de même en-deçà de la BMW Série 1 M140i xDrive de 340 chevaux actuellement au catalogue (à partir de 50 580 euros).

L'essence pas si mal placée

Evidemment, il n'y a pas que la M135i au catalogue et des versions diesel et essence sont prévues. La BMW 118i (en blanc, version sport dans la galerie ci-après, à partir de 31 650€) dispose d'un essence 3 cylindres turbo de 140 chevaux pour 1,5 litres. Plutôt sobre, elle n'échappe pas au malus, mais reste à quelques dizaines ou centaines d'euros seulement. Elle est disponible en boîte manuelle 6 rapports ou Steptronic double embrayage 7 rapports.

Côté diesel, on a la 116d avec un 3 cylindres turbo de 116 chevaux pour 1,5 litres. La plus lente des nouvelles BMW Série 1 (plus de 10 secondes pour le 0 à 100 km/h) est aussi la plus sobre (4,2-3,8 l/100 km en consommation mixte soit 110-100 g/km et pas de malus). La 118d (150 ch) s'en sort avec un 8,5 secondes sur le 0-100 km/h comme la 118i et des émissions à 116-108 g/km (pas de malus non plus). Disponible en BVM6 ou Steptronic 8 rapports, elle devrait (malheureusement) plus séduire que la version essence 118i pour des performances qui semblent similaires.

Enfin, il y a la 120d xDrive avec son 4 cylindres twin turbo de 190 chevaux et 400 Nm de couple. Accouplé à une transmission 8 rapports Steprtonic, le moteur permet un bon 7 secondes pour le 0 à 100 km/h, le tout avec des émissions entre 124 et 117 g/km.

La nouvelle BMW Série 1 débute à partir de 27 150 € (pour une 118i) auxquels il faut ajouter 55 à 65 euros de malus. Elle débute donc à 3 200 euros de plus que la version actuelle en 5 portes. La version M135i xDrive débute à 54 500 euros (hors malus de 2 300 à 3 473 euros selon équipement)

[pdf-embedder url="https://www.leblogauto.com/wp-content/uploads/2019/05/The_all-new_BMW_1_Series_Specifications.pdf"]

Pour résumer

Outre un design qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, la nouvelle BMW Série 1 passe de la propulsion à la traction. Cela va-t-il réellement changer la donne pour la compacte à l'hélice ?

Thibaut Emme
Rédacteur
Thibaut Emme

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.

Albums Photos