par Joest Jonathan Ouaknine

Chunlan Automobile jette l'éponge

Chunlan va revendre sa division poids-lourds, à XCMG, fabricant d'engins de chantier. Une manuvre qui fait suite à la faillite de Chulan Automobile; une situation quasi-inédite dans le secteur Chinois des poids-lourds. Mais ce n'est qu'un début.

Zapping Le Blogauto Essai Suzuki Vitara

En novembre 1997, le conglomérat Chunlan (motos, climatiseurs, etc.) rachetait l'usine de poids-lourds DongFeng de Nanjing (à ne pas confondre avec NAC, également basé à Nanjing.) L'une de ces nombreuses entreprises d'état alors moribondes. Chunlan Automobile était né. Il a du investir 300 millions de yuans pour la moderniser. Les perspectives de croissance semblait illimitées et Chunlan a même un temps songé à se diversifier dans les voitures particulières, avec ce monospace.

Mais le vent a tourné. La filiale poids-lourds de Chunlan était alimentée par les autres filiales du groupe (et non l'inverse), tandis que les leaders du secteur prenaient le large. Fin 2007, Chunlan affichait 133 millions de yuans de dettes cumulées (à comparer à son capital de 290 millions de yuans.) Rien qu'au premier trimestre 2008, Chunlan a perdu 23 millions de yuans. Le naufrage semblait inévitable.

A priori, Chunlan et ses camions, vous vous en moquez. Sauf que cela cache un mouvement de fond dans l'industrie Chinoise.

Pendant une dizaine d'année, en Chine, tout le monde (ou presque) pouvait s'improviser constructeur automobile. Chacun produisait quelques milliers de véhicules (tous identiques) pour la province auquel il appartenait. D'où une extrême atomisation du secteur.

Mais aujourd'hui, on voit émerger des leaders qui possèdent une vraie gamme, un réseau national et une notoriété de plus en plus forte. Ceux qui n'ont pas pu ou su évoluer sont condamnés. Huali Tianjin, Jilin et Soyat appartiennent au passé. JiangNan et NAC ont du fusionner pour ne pas disparaitre. ChangHe et Hafei sont sur la mauvaise pente. Aujourd'hui, le problème touche donc également les poids-lourds.

A terme, cela signifie que seul une poignée de constructeurs subsisteront. Et ces survivants seront puissants. Donc disposant d'une réelle capacité à s'attaquer au reste du monde. Et ça, vous vous en moquez moins...

Source:

Auto.sina

Pour résumer

Chunlan va revendre sa division poids-lourds, à XCMG, fabricant d'engins de chantier. Une manuvre qui fait suite à la faillite de Chulan Automobile; une situation quasi-inédite dans le secteur Chinois des poids-lourds. Mais ce n'est qu'un début.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.