par Frederic Papkoff

Chrysler et GreatWall, c'est fini avant d'avoir commencé

Si pour GM, la Chine continue a représenter des espoirs de croissance, l'affaire semble définitivement pliée pour Chrysler, qui voit s'éloigner ses espoirs d'accord avec Great Wall. Les deux partenaires ont vraisemblablement d'autres chats à fouetter..

Zapping Le Blogauto Essai Alpine A110

Si pour GM, la Chine continue a représenter des espoirs de croissance, l'affaire semble définitivement pliée pour Chrysler, qui voit s'éloigner ses espoirs d'accord avec Great Wall. Les deux partenaires ont vraisemblablement d'autres chats à fouetter..

Historiquement lié à BBDC ( Beijing), Chrysler s'est trouvé évincé de la joint-venture lors de la cission de DaimlerChrysler, le constructeur allemand se gardant la meilleure part du gâteau, sans succès il est vrai. Depuis Chrysler est à la recherche d'un nouveau partenaire. Après une tentative avortée avec Chery, qui concernait surtout la fourniture d'un petit véhicule pour les marchés américains, Chrysler s'était approché de Great Wall. Un bon choix vu la bonne santé du constructeur.

Mais pour Chrysler, le temps n'est pas à de nouvelles associations et à de nouveaux investissements. Le constructeur Américain n'a plus un dollar en poche, et le contribuable américain verrait sans doute d'un mauvais oeil son argent partir dans une joint-venture en Chine. Ca tombe bien, puisque Great Wall ne semble plus aussi attiré par Chrysler. Le succès de ses modèles actuels et la poursuite de son programme intensif de nouveaux modèles occupent déjà les capacités de l'entreprise.

Pour résumer

Si pour GM, la Chine continue a représenter des espoirs de croissance, l'affaire semble définitivement pliée pour Chrysler, qui voit s'éloigner ses espoirs d'accord avec Great Wall. Les deux partenaires ont vraisemblablement d'autres chats à fouetter..

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.