Accueil Sécurité Sécurité routière 2021 : -35% en janvier, sur fond de couvre-feu

Sécurité routière 2021 : -35% en janvier, sur fond de couvre-feu

0
14
PARTAGER

L’année 2021 débute en poursuivant sur la lancée de l’année 2020 grandement perturbée par la pandémie à la Covid-19 : une baisse de 35% sur fond de couvre-feu et de vacances à la neige très limitées.

Selon le baromètre de l’Organisme National Interministériel à la Sécurité Routière (ONISR), 171 personnes sont décédées sur les routes de France métropolitaine en janvier 2021. C’est 93 tués de moins avec un passage de 264 en 2020 à 171 donc le mois dernier. Surtout, par rapport à l’année 2019 (une « bonne » année pour janvier NDLA), 2021 est aussi en baisse, de 28% avec 68 décès de moins. 171 tués représente le plus bas historique pour un mois de janvier. Le précédent « record » était 229 en 2018.

Du côté des accidents et des blessés, c’est un peu moins bon. Mais, cela reste, tout de même, en forte baisse. Respectivement -24% et -25% à 3 472 accidents (-1 068) et 4 277 blessés (-1 403).

La mortalité des piétons, souvent plus forte durant les mois d’hiver (nuit précoce, temps gris et sombre) est la bonne surprise du mois de janvier 2021. En effet, le nombre de piétons tués passent de 46 en 2020 à 26 en 2021. En proportion, -43,5%, c’est presque aussi bien que la baisse des automobilistes tués (-71 tués ou -44,3%). A noter que plus de motocyclistes ont trouvé la mort en janvier 2021 par rapport à janvier 2020 (+8 pour un total de 29).

Moins de trafic, la solution…

La plus forte baisse du nombre de tués en proportion est située à l’extérieur des agglomérations avec -44,7%, contre -26,7% en ville.

Comment expliquer un mois de janvier si bas ? Le couvre-feu généralisé à 18 heures jusqu’à 6h en France y est pour beaucoup. Contrairement au second confinement pendant lequel beaucoup de magasins restaient ouverts, ici, passé 18 heures il n’y a plus rien. Les gens qui ne rentrent pas du travail ou ne vont pas aider une personne par exemple sont donc chez eux. Il y a également le télétravail qui reste important. Le trafic est donc toujours maintenu à un niveau bas.

En outre, il n’y a pas eu les « transhumances » hivernales pour le début de l’année et le mois de janvier. Les stations de ski étant toujours privées de remontées mécaniques, la fréquentation touristique et donc le trafic là encore, ont été moindres.

Contrairement à ce qui était craint par certains, la multiplication des pistes ou bandes cyclables dite « coronapistes » temporaires pour palier un manque flagrant d’infrastructures pour les vélos, n’a pas engendré une suraccidentalité ou une surmortalité des cyclistes. Elles sont donc à pérenniser et surtout sécuriser au maximum pour la sécurité de tous.

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Sécurité routière 2021 : -35% en janvier, sur fond de couvre-feu"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Achille Talon
Invité

Couvre-feu à 18h, plus personne à circuler de nuit, donc les accidents dus à un problème de visibilité sont en forte baisse.
La surmortalité des motards est curieuse. Serait-ce à cause des conditions climatiques, ou alors c’est juste une conjonction d’accidents inhabituelle ?

amiral_sub
Invité

j’ai encore vu un motard complétement fou ce week end. Certains ne veulent pas mourir dans leur lit

panama
Invité

Mais ce n’est pas pour autant que les assureurs vont baisser leurs tarifs !

Emmanuel
Invité

La Maif l’a fait l’an dernier : 50€ sur tous les contrats 🙂

Bizaro
Invité

LA GMF a envoyé un chèque par contrat et assure ne pas augmenter l’année prochaine.

Joledemago
Invité

La conclusion et le lien avec les coronapistes est un peu hâtive mais bon… Honnêtement les chiffres de sécurité routières dans le contexte actuel ne sont pas très intéressants ni pertinents. Que conclure d’autre que télétravail et couvre-feu pour expliquer les chiffres !?!?

Pierre-Michael Zutterling
Invité

La conclusion a mettre en évidence est peut être justement qu’au lieu de faire la chasse à la vitesse par la répression il serait plus judicieux de favoriser d’autre moyen de transport ( transport en commun , vélo,) permettant de limiter le nombre de voiture sur la route (au même titre que le couvre feu l’a permis) et de fait limiter le nombre d’accident. Avec un autre bénéfice pour l’écologie.

Christophe
Invité
Reste à savoir si l’absence de suraccidentalité ou de surmortalité des cyclistes est bien due au développement des coronapistes ou seulement à la diminution de la circulation automobile. On a un élément de réponse avec la forte baisse de l’accidentalité des piétons malgré une baisse très faible du nombre de déplacements à pied. Elle est imputable à la diminution de la circulation automobile et malgré des coronapistes faites au détriment des piétons ou des nouveaux usagers cyclistes qui empruntent les trottoirs ou oublient les priorités piétons. Cela confirme que ce ne sont pas les infrastructures cyclables qui permettent de développer… Lire la suite >>
gigi4lm
Invité

Moins de piétons et de cyclistes tués : Certainement lié à la baisse du trafic auto.
Plus de motocyclistes tués : Certainement lié à la baisse du trafic auto, ça leur permet de rouler plus vite.

wpDiscuz