Accueil 4x4 Essai Porsche Taycan Turbo S

Essai Porsche Taycan Turbo S

0
54
PARTAGER

Avec la nouvelle Porsche Taycan Turbo S, le réputé constructeur allemand se place d’emblée au sommet des berlines de sport électriques. Nous l’avons constaté sur les routes du Perche.

Un concept-car commercial

La Taycan Turbo S reprend quasiment trait pour trait les lignes du concept-car Mission E. L’identité Porsche se voit au premier coup d’œil, alors qu’elle emprunte pourtant peu à l’univers d’autres modèles du catalogue. Elle reste plutôt éloignée des formes d’une Panamera, et n’a pas grand-chose à voir avec une 911.

La signature lumineuse à l’avant comme à l’arrière ne trahit cependant pas la parenté. On vous accordera que la forme des vitres latérales et le bosselage du capot avant correspondent au style maison. Son allure à la fois futuriste et sportive, se voit souligné par des grandes jantes laissant entrevoir ses freins aux dimensions généreuses.

Une intérieur avant-gardiste

À bord, l’ambiance se veut à la fois dépouillée et ultra-moderne. Le volant a presque l’air obsolète dans cet environnement spatial. Des boutons, on en retrouve seulement sur le cerceau et les contreportes, auxquels s’ajoutent les comodos. Voilà pour les commandes « physiques ». Une seule aiguille dans cette Porsche, celle du chronomètre qui trônera sur la planche de bord, si vous cochez la bonne option.

L’absence de compteurs tombe sous le sens dans une voiture électrique. Néanmoins, Porsche affiche sur l’écran couleurs les informations de conduite dans 3 cercles, mimant ainsi les indicateurs typiques. Trois larges dalles tactiles servent pour le confort, la navigation entre autres. On se sent très bien installés à l’avant. Derrière, on s’attendait clairement à mieux. Idem pour le coffre arrière, secondé par un plus modeste à l’avant.

Des performances d’ordre spatial

Notre berline de presque 5 mètres embarque deux moteurs électriques, chacun sur un pont. Puissance, 625 chevaux, voire 761 avec l’overboost. À la clé, un 0 à 200 km/h exécuté en moins de 10 secondes. 100 ? En 2,8 seulement. Croyez-nous sur parole, on n’exagère pas en vous disant que la sensation d’accélération n’a pas d’égal. Il est vivement conseillé de s’accrocher à tout ce que l’on peut.

La Taycan possède même deux vrais rapports permettant de profiter de sa monstrueuse puissance de 0 à l’autre bout du tachymètre, soit environ 260 km/h. La batterie sophistiquée de 93,4 kWh alimente un système qui autogère sa température pour une performance constante. Vous nous direz que la plus véloce des Tesla Model S impressionne également à l’exercice du Launch Control. Peut-être… mais voilà le seul point comparable.

Lourde et sportive!

Car sur la route, l’Allemande joue une toute autre musique. Il s’agit d’une pure sportive. On se permet de le dire, malgré son poids pachydermique. Elle fait preuve d’un équilibre que même des très bonnes supercars n’ont pas. Le train avant d’une précision millimétré rend chaque courbe facile à appréhender. Elle tient la corde, sans qu’on ait besoin de se battre avec elle.

Son freinage, pourtant sophistiqué par le système de régénération (à trois modes auto/off/on), ressemble à s’y méprendre à celui d’une… Porsche en conduite sportive. C’est à dire puissant, facilement dosable. Vous demanderez une pause avant même de titiller la limite de l’endurance des freins. Les roues directrices subliment son comportement. IM-PRE-SSIO-NANT ! En termes de confort, elle peut mieux faire, sans pour autant se montrer récalcitrante au voyage.

Evidemment, elle est chère

Concernant sa consommation, à allure normale on projette une autonomie dépassant les 300 km sur autoroute, sur l’axe a priori le plus défavorable pour l’endurance. On se rapproche des 24 kWh le reste du temps, ville exceptée. Coté recharge, Porsche dispose d’un pass permettant l’accès à la majorité des bornes. Un service payant au bout de 3 ans. Toutefois, à l’usage, Porsche ou pas, on reste à la merci du maillage du réseau grande vitesse, celle-ci supportant jusqu’à 270 kWh en crête. Le prix ? Plus de 200 000 euros avec les options.

 

 

+ON AIME
  •  Performances
  • Vraie sportive
  • Equipements
ON AIME MOINS
  •  Prix
  • Plus sportive que confortable
  • Options

 

Porsche Taycan Turbo S
Prix (à partir de)189 934 €
Prix du modèle essayé– €
Bonus / Malus0 €
Moteur
Type et implantationélectrique X2
Cylindrée (cm3) –
Puissance (ch/kW)761 / 560
Couple (Nm) 1 050
Transmission
Roues motrices intégrale
Boîte de vitesses 2 rapports + ar
Châssis
Freins à disques
Jantes et pneus 265/35 R21 av – 305/30 R21 ar
Performances
Vitesse maximale (km/h) 260
0 à 100 km/h (s) 2,8
Consommation
Autonomie 417
CO2 (g/km) 0
Dimensions
Longueur (mm) 4 963
Largeur (mm) 1 966
Hauteur (mm) 1 378
Empattement (mm) 2 900
Volume de coffre (l) 366 + 80
Poids (kg) 2 295

Poster un Commentaire

54 Commentaires sur "Essai Porsche Taycan Turbo S"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

A part pour l’autonomie, pas assez spectaculaire pour le prix, c’est une très belle machine.

amiral_sub
Invité

pourtant l’article décrit une pure sportive avec la meilleure tenue de route toutes voitures confondues ! je ne sais pas ce qu’il vous faut

beniot9888
Invité

Ben… Une meilleure autonomie dans une voiture à 200000 euros que dans une Zoe. Je pensais que j’avais été clair. Pour le reste, oui, rien à jeter.

amiral_sub
Invité

ok pardon j’avais mal compris. L’autonomie est quasiment la meme que celle d’une zoe

Lolo
Invité

@Beniot : dans une Porsche thermique, l’autonomie n’est pas meilleure quand une Clio…

amiral_sub
Invité

Lolo voire meme je pense qu’une clio a une meilleure autonomie

Torvi
Invité

Dans la pure tradition Porsche : performances constantes, freinage perfait et look.

Au niveau du prix : est-ce qu’un Kodiaq est meilleur qu’un Cayenne ? Pour faire 500km d’autoroute, c’est sûr. Ce Taycan est beaucoup plus cher qu’une Tesla, mais je suis persuadé, à la vue de la philisophie de dev, que la Porsche sera encore utilisable dans 15 ans tandis que la Tesla sera déjà recyclée.

amiral_sub
Invité

après un tour sur le nurburgring ses performances s’écroulent. Mais est-ce important ?

SGL
Invité

Il faut avoir le moral pour faire de la glissade avec une auto typée traction…

SGL
Invité

C’est bon… Juste une erreur d’aiguillage.
Pardon

michouizi
Invité

Je tilterai toujours sur l’appellation turbo.

Scal
Invité

Quelle autonomie à 260 ?

amiral_sub
Invité

pas grand chose probablement, comme toute voiture quelque soit sa motorisation

Bizaro
Invité

J’imagine que le commentaire est un clin d’oeil à ceux qui posent systématiquement la question : « quelle autonomie sur autoroute à 130km/h ? »

wizz
Membre

http://johnhwman.free.fr/Divers/Comparatif_VE.pdf

SCx = 0.57
La puissance pour vaincre la résistance de l’air à 260km/h est de 175ch, ou 129kW

Elle fait 2370kg. Disons 2450 avec le conducteur.
A 260km/h, la puissance de la force résistance au roulement est de 36ch seulement, ou 27kW

Cela fait au total une puissance motrice aux roues de 156kW

https://www.moteurnature.com/27755-tests-reels-pour-les-semi-conducteurs-au-carbure-de-silicium
Le rendement du moteur élect n’est pas de 100%, et l’électronique non plus. Disons à la louche favorable, 80% pour l’ensemble. La puissance fournie par la batterie serait donc de 195kW (et 210kW si 75%). La batterie de 94kWh tiendrait un peu moins d’une demi heure, de quoi faire 120km environ

wpDiscuz