Accueil Nissan Nissan évince Kawaguchi, homme clé du dossier Ghosn

Nissan évince Kawaguchi, homme clé du dossier Ghosn

7292
3
PARTAGER
Carlos Ghosn Hitoshi Kawaguchi Greg Kelly

Nissan vient de limoger Hitoshi Kawaguchi, dirigeant en charge de la communication et des relations avec le gouvernement.
Si cette mesure s’intègre certes dans le vaste plan de remaniement de la gouvernance du constructeur menée en guise de préambule à l’arrivée de son nouveau directeur général, Makoto Uchida, le 1er décembre, c’est avant tout un personnage majeur de l’affaire Ghosn et un dirigeant hostile à un renforcement de l’Alliance avec Renault qui se voit ainsi « remercier ».

La presse au courant des difficultés de Nissan avant les investisseurs

Selon des personnes proches du Conseil d’Administration, les administrateurs de Nissan ont reproché à Hitoshi Kawaguchi de ne pas avoir stoppé les fuites dans la presse japonaise concernant les difficultés enregistrées par le constructeur ces derniers mois.

Le conseil d’administration aurait été ainsi furieux de voir que les principaux éléments de la publication de Nissan pour le deuxième trimestre 2019, dans laquelle le constructeur annonçait une très forte baisse de ses bénéfices ainsi qu’un projet de suppression de milliers de postes dans le monde, ont été publiés dans le journal Nikkei avant d’être communiqués aux investisseurs.

Le Conseil aurait même estimé qu’une telle fuite était de nature à détruire l’entreprise. Exigeant « avoir un contrôle et une communication bien meilleurs », et rappelant que le responsable de la communication était Kawaguchi.

Kawaguchi jugé trop intrigant ?

Mais Hitoshi Kawaguchi, aura pu également faire en quelque sorte les frais de son rôle clé dans l’enquête secrète de Nissan qui a mené à l’arrestation de son ancien président Carlos Ghosn.

Selon le Financial Times, des anciens et actuels dirigeants du constructeur estiment que la refonte de la gouvernance semblerait incomplète, tant que l’une des personnalités les plus influentes de Nissan – Hitoshi Kawaguchi – conservera son emprise sur le pouvoir.

Sous-entendu : celui qui a été capable d’accabler et laminer Carlos Ghosn – pour très certainement acquérir encore plus de poids au sein du constructeur – pourrait « renouveler l’opération » pour attaquer de nouveaux dirigeants … en vue de prendre leur place …. ?

Kawaguchi opposé à une alliance plus étroite avec Renault

Selon des mails internes datant de 2018 et des sources proches du dossier, le dirigeant aurait également travaillé avec des représentants du gouvernement japonais en vue de résister aux tentatives de Renault de nouer une alliance plus étroite.

Jusqu’à présent, le responsable des affaires gouvernementales, des communications et du bureau de la direction de Nissan, âgé de 66 ans, a fait profil bas en tant que facilitateur en coulisses. Sous l’ère Ghosn, Kawaguchi était un lieutenant crucial et digne de confiance. Mais depuis le départ de l’ancien patron, il aurait amplifié certaines des scissions au sein de la direction d’après les personnes qui ont travaillé avec lui.

Kawaguchi instigateur de la méthode pour sous-estimer la rémunération de Ghosn ?

L’une des allégations pour lesquelles Carlos Ghosn risque un procès pénal est qu’il aurait réussi à sous-estimer sa rémunération dans les documents d’entreprise après que les règles japonaises aient été modifiées en 2010 pour exiger une divulgation plus stricte. Selon une enquête commanditée par Nissan, l’un des moyens qui a permis de réaliser un tel tour de passe-passe a été de prolonger de un à cinq ans la période d’acquisition de droits à la plus-value des actions correspondant à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Compte-tenu du l’extension du délai, Carlos Ghosn aurait pu prendre sa retraite d’administrateur de Nissan après l’exercice des droits, et n’aurait donc pas été soumis aux règles de divulgation.

L’architecte du projet aurait été Kawaguchi. « Fier d’avoir trouvé une solution à la demande de son patron » selon ce qu’a indiqué une source proche du dossier au Financial Times.
M. Kawaguchi aurait adressé un courrier électronique à M. Ghosn en août 2013, dans lequel il déclarait avoir une «idée potentiellement brillante».
Au sein d’un groupe restreint de dirigeants de Nissan, la « solution » proposée par Kawaguchi n’aurait été un secret pour personne. «Elle était connue en interne sous le nom de méthode Kawaguchi», a déclaré une personne bien au fait des discussions à l’époque.

Bien qu’il ait conseillé M. Ghosn en 2013,  Kawaguchi ne figurait pas parmi les six dirigeants nommés dans le rapport, pour avoir été surpayés selon le même système d’incitation rémunérant en fonction de la performance du cours de l’action de Nissan ou SAR (pour « stock appreciation rights »  ),  bonus en numéraire correspondant à une plus-value liée à la hausse de l’action de leur entreprise sur une période donnée.

Nissan refuse de s’exprimer sur le sujet

Signe de l’importance d’une telle décision au sein de la direction du constructeur, Nissan a refusé de commenter le départ de Hitoshi Kawaguchi et a refusé de le rendre disponible pour d’éventuels commentaires.

Le remaniement de la direction de Nissan a également conduit le mois dernier à la décision de soustraire de ses responsabilité Hari Nada, auparavant responsable des affaires juridiques. Il demeure néanmoins au sein du constructeur.
Précisons que Hari Nada était l’un des dirigeants qui ont secrètement coopéré avec les procureurs japonais avant l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre dernier.

Initialement, Kawaguchi, devait assumer les responsabilités de Hari Nada, mais compte-tenu de son départ, ces responsabilités seront assumées par un groupe de dirigeants, a déclaré une porte-parole de Nissan.

Place nette avant l’arrivée de Makoto Uchida

En octobre, Nissan a nommé un nouveau directeur général, Makoto Uchida, en remplacement de Hiroto Saikawa, qui a été évincé en septembre. Le conseil d’administration de Nissan réuni la semaine dernière a convenu que M. Uchida ainsi que le nouveau Directeur Opérationnel du constructeur automobile, Ashwani Gupta, prendraient leur fonction le 1er décembre, un mois plus tôt que prévu.

Nissan a nommé l’américain Stephen Ma au poste de directeur financier en précisant que d’autres vétérans du groupe allaient quitter l’entreprise.

Illustration : Nissan modifiée par Leblogauto.com (de g. à dr. Carlos Ghosn, Hitoshi Kawaguchi, Greg Kelly)
Sources : The Wall Street Journal, Agefi-Dow Jones, Financial Times

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Nissan évince Kawaguchi, homme clé du dossier Ghosn"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Carlos Tavares lui prépare déjà son bureau.

Thomas
Invité

Tous les bureaux de Tavares seront bondés de personnels de FCA 😀

Invité

Dallas … ton univers impito-ya-a-ble

wpDiscuz