Accueil Electriques L’Inde réduit les taxes sur véhicules électriques et recharges

L’Inde réduit les taxes sur véhicules électriques et recharges

327
13
PARTAGER
Tata Tigor EV

L’Inde vient de réduire samedi les taxes sur les véhicules électriques et chargeurs de batteries. Objectif : encourager l’utilisation de voitures réputées plus écologiques dans un pays extrêmement pollué.

La taxe sur les produits et services (TPS) sur les véhicules et bornes de recharges a été réduite à 5%, contre 12% et 18% précédemment, a annoncé le ministère indien des Finances dans un communiqué.

Au début du mois de juillet, le gouvernement avait accordé – par le biais du budget fédéral – des allègements fiscaux aux consommateurs faisant l’acquisition des véhicules électriques.

La décision de réduire de samedi la taxe s’appliquant aux véhicules électriques a été prise lors d’une réunion du conseil de la TPS, présidé par le ministre indien des Finances, Nirmala Sithraman, à New Delhi.

L’Inde, troisième émetteur de gaz à effet de serre du monde et abritant 14 des villes les plus polluées au monde, vise à ce que les véhicules électriques représentent 30% de toutes les ventes de voitures particulières dans le pays d’ici 2030. A l’heure actuelle, ce type de motorisation ne représente toutefois que 1 % des ventes, en raison principalement du manque d’infrastructure de recharges et du coût élevé des batteries.

Sitharaman a déclaré lors de l’annonce du budget que le gouvernement envisageait de faire de l’Inde une plaque tournante de production de véhicules électriques, via l’établissement d’importantes usines de fabrication de batteries de stockage au lithium et une infrastructure de recharge à énergie solaire.

Au début du mois, le gouvernement a également supprimé les taxes d’importation sur certaines pièces automobiles afin de stimuler les ventes de véhicules électriques et de réduire la dépendance du pays aux combustibles fossiles.

L’avis de Leblogauto.com

Selon un rapport publié début mars par Greenpeace et IQAir AirVisual, un éditeur de logiciels qui collecte les données disponibles sur la qualité de l’air, quinze villes indiennes comptent parmi vingt villes les plus polluées du monde. Il y a donc urgence à réagir …

D’autant plus que selon l’étude – laquelle prend en compte les données de plus de 3 000 villes à travers le monde – les niveaux moyens de particules fines en suspension PM2,5 – qui pénètrent en profondeur dans les poumons –, sont restés pratiquement inchangés de 2017 à 2018 en Inde.

En 2018, un rapport du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a révélé que la pollution de l’air tue 7 millions de personnes par an, la plupart de ces décès survenant dans la région Asie-Pacifique. Une étude publiée par Lancet Planetary Health en décembre 2018 évalué à 1,24 million le nombre de décès dus à la pollution en Inde.

Reste qu’en 2017, “ alors que les niveaux de pollution à New Delhi atteignaient environ trente fois le seuil de sécurité fixé par l’Organisation mondiale de la santé, le ministre indien de l’Environnement, Harsh Vardhan, déclarait à la télévision que les données fournies par les organisations internationales n’étaient pas fiables.”

En janvier dernier, le gouvernement a certes dévoilé un plan quinquennal visant à réduire de 30 % la pollution de l’air dans une centaine de villes indiennes. Mais selon les organisations de défense de l’environnement, l’initiative n’a aucune chance d’atteindre ses objectifs, ses moyens financiers étant nettement insuffisants.

Sources : Reuters, New York Times.

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "L’Inde réduit les taxes sur véhicules électriques et recharges"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Isabelle
Invité

C’est bien gentil mais comment est produit l’électricité pour alimenter ces voitures électriques ?

SGL
Invité
Je crois qu’il faut voir sur le long terme. L’idée au final est bonne, les Indiens ne vont pas se jeter sur les VE du jour au lendemain alimenté à 82 % avec des énergies carbone. C’est un encouragement qui aura un effet progressif sur le long terme. Le développement du parc de VE va aller de concert avec le développement de leur programme nucléaire (22 réacteurs nucléaires opérationnels et 7 réacteurs nucléaires en construction + projet de construction de dix réacteurs à eau lourde de conception indienne) et EnR. Il faut donc juger sur 10-20 ans. Mais la tendance… Lire la suite >>
pat d pau
Invité

Central solar park, Hydraulique, eolienne.. entre autres..

Xavier
Invité

Les efforts en direction de l’automobile électriques sont sans doute utiles

Connait on la part imputable à l’automobile dans le niveau de pollution en Inde?

SGL
Invité

L’Indien moyen pollue peu, mais comme il est nombreux (20 x plus que nous Français) il se rattrape.
2/3 de l’électricité indienne vient du charbon ça n’arrange pas le bilan de la pollution.
De plus, j’imagine qu’il y a beaucoup de moteurs 2 temps en Inde.

labradaauto
Invité
….et les pluies acides qui succèdent à la chaleur, intègrent la pollution, ont des conséquences tangibles arrivées au sol.Il y a la faune, mais … toujours en matière automobile, je cite un exemple: les pluies de vendredi à dimanche ont réussi à ternir correctement une auto que j’avais repeinte il y a moins de 2 mois. Des points que j’avais soigneusement lustrés au polish sont bons à refaire. ça: ce n’est pas grave et sera vite fait, mais c’est une preuve que l’air est « chargé ». J’ai déjà écrit antérieurement que le matin chez moi, passaient plus d’avions que de motos… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
L’Inde c’est 1,300 milliards de personnes vivant sur 3.3 millions de km2. Une population environ multipliée par 5.00 en 60 ans. L’union européenne métropolitaine c’est 500 millions d’individus vivants sur 4,5 millions de km2. Une population environ multipliée par 1.25 sur la même période. Tous les jours, on espère que les Indiens achètent des voitures et deviennent un peu plus des super-consommateurs comme nous. Les grosses villes sont ultra-embouteillées avec de simples motos ( voitures et camions aussi), Les trains sont pris d’assaut puis transformés en terrasse roulantes. En remplaçant les motos par des autos même électriques, cela veut dire… Lire la suite >>
SGL
Invité

Euh «…les réponses technologiques ne suffisent pas, car le problème n’est pas technologique. »
Si c’est le cas, on est mal.
Car si l’Indien consomme comme le Français moyen, il quadruplera sa pollution, alors s’il ne choisit pas la voie technologiques pour compenser, c’est-à-dire VE + EnR + nucléaire, la fin du monde sera quand l’Indien arriva au même niveau de vie du français moyen.

Bizaro
Invité
« Si c’est le cas, on est mal. » C’est pourtant le cas. La technologique n’est qu’un maillon de la société, pourtant c’est le seul maillon sur lequel les « gens » comptent pour faire avancer les choses. Et ici nous sommes sur un site automobile. L’automobile est l’égérie de la technologique, c’est donc naturellement vers elle que les doigts sont tendus. Comme si l’automobile était LE problème et sera LA solution. Si c’est le cas, on est mal. » On est déjà dans la m****, selon certaines évaluations. Donc « la fin du monde » arrivera bien avant que les Indiens soit au niveau de consommation… Lire la suite >>
wizz
Membre

Si les Indiens optent pour la voiture électrique, ce ne sera pas pour des raisons écologiques ou pollution. Ils doivent importer du pétrole alors qu’ils sont assis sur une montagne de charbon, et une montagne tout court arrêtant les nuages chargées d’eau de la mousson. (les barrages servent de régulation des cours d’eau). Puis une petite dose de nuk en étant réaliste (production massive et constante quelles que soient les conditions météo)

SGL
Invité
Il me semble que les Chinois + les Indiens ont pris conscience qu’ils ne pourront pas se développer de la même façon que les pays occidentaux de ses 150 dernières années « comme des gorets ». Ils le feront avec des technologies 100 x voire 1000 x plus vertueuses…. Et heureusement sinon ils tueront la planète en une génération, 3 milliards de personnes avec une voiture par foyer = plus de vie sur terre. Pour donner une idée des progrès technologiques, je comparais les consommations journalières des navires de différentes époque : – Le Paquebot France de 1912 (25.000 t)… Lire la suite >>
Rowhider
Invité

La démonstration vaut pour le transport aérien : un A320Neo c’est 17L/100km de kérosène par passager.
A 850km/h la consommation d’Un avion moderne reste extrêmement faible. C’est juste que c’est le double d’un SUV sur autoroute… Mais 7x plus vite.
Si on veut diminuer la pollution, la technologie ne pourra pas tout: il faut ressortir les calèches et les chevaux, ce ne sera pas pire qu’un bus mazout puant.

SGL
Invité

@Rowhider… Désolé, vous vous trompez !!! 😯 (je suis tombé de ma chaise)
Un Airbus A320Neo c’est 4 litres/100km de kérosène par passager au maximum
https://www.air-journal.fr/2018-06-24-nouveau-record-de-faible-consommation-carburant-pour-le-groupe-lufthansa-5200714.html
ça descend sous les 2.4 litres/100km de kérosène par passager pour les long-courriers style B787 ou A350.
https://www.industrie-techno.com/article/le-match-787-10-vs-a350-900-egalite-presque-parfaite.41469
17L/100km de kérosène par passager, c’était la consommation du Concorde dans les années 70 à Mach 2.

wpDiscuz