Accueil Actualités Entreprise Dyson : de l’aspirateur à la voiture électrique

Dyson : de l’aspirateur à la voiture électrique

1296
27
PARTAGER
James Dyson

On savait certaines voitures qualifiées d’aspirateurs à minette, désormais les choses se précisent. L’image devenant presque réalité, à quelques détails près.

Si en août dernier, nous vous indiquions que Dyson avait embauché un directeur de la marque Aston Martin  et qu’il serait en train de travailler sur un projet de voiture électrique, le projet se concrétise désormais.

L’inventeur de l’aspirateur sans sac (pour la machine, pas pour la fille bien évidemment), le Britannique James Dyson vient d’annoncer un investissement de 2 milliards de livres en vue de commercialiser une voiture électrique d’ici à 2020. Un milliard de livres sera destiné au développement de la batterie et un autre milliard sera affecté au développement du véhicule lui-même. Ces montants font partie d’un plan d’investissement de 2,5 milliards de livres, d’ores et déjà annoncé sans toutefois que son affectation ne soit précisée.

S’exprimant à Londres, devant des journalistes, le fondateur de la société Dyson et directeur de département « recherche et développement » de l’entreprise a indiqué qu’il avait débuté des développements dans le domaine de la voiture électrique depuis le printemps 2015. Une équipe de 400 ingénieurs a en effet été constituée en vue de travailler sur le projet.

Cet ambitieux projet, mené dans le plus grand secret ou presque jusqu’à présent, s’appuie sur « des spécialistes de Dyson et des experts de l’industrie automobile », a tenu à préciser James M. Dyson dans un communiqué.  Ajoutant que sa société menait actuellement une campagne de recrutement qualifiée de « vigoureuse » en vue de s’entourer de talents aptes à relever le défi.

Le véhicule devrait être « entièrement conçue par Dyson » et très différent de ses concurrents, selon l’homme qui a plus d’un tour dans son sac. Ce qui n’empêche pas l’entreprise de travailler avec « des fournisseurs traditionnels ».

Lieu de production encore à déterminer

Le lieu de production du véhicule devrait être déterminé dans les prochains mois. Rappelons à cet égard que le groupe est d’ores et déjà très présent au Royaume-Uni mais également en Asie.

L’emplacement sera choisi en fonction de critères liés à l’optimisation de la logistique, de telle manière à être proche des fournisseurs. Véhicules et batteries seront fabriqués au même endroit.

Quant au moteur, il serait déjà prêt si l’on en croit Dyson. Rappelons que l’entreprise dispose d’une expertise dans le domaine des moteurs électriques, et qu’il a récemment acquis le spécialiste de la batterie Sakti3, une une startup américaine développant une nouvelle génération de batteries deux fois plus performantes. Une technologie dont l’entreprise souhaite développer l’usage dans l’industrie automobile.

Un projet créateur d’emplois

L’entrepreneur a par ailleurs ajouté que sa société devrait recruter des milliers d’employés supplémentaires pour travailler sur le projet automobile. Il emploie à l’heure actuelle 8.500 personnes dans le monde, dont 4.000 au Royaume-Uni.

La conception du véhicule sera notamment élaborée dans le vaste campus de recherche qu’il prévoit d’ouvrir sur un ancien terrain d’aviation de la Royal Air Force (RAF) sur le site de Hullavington au Royaume-Uni.

Pas de liens avec un quelconque constructeur … mais avec le gouvernement britannique

En lançant sa propre voiture électrique sans l’aide d’aucun constructeur automobile, Dyson suit le même schéma que Tesla.

Mais si certes le groupe ne bénéficie pas de soutien d’un acteur du secteur automobile, il dépose toutefois d’un sérieux atout et non des moindres. En effet, en 2016, The Guardian avait laissé fuité l’information selon laquelle le projet profiterait de subventions officielles du gouvernement anglais, garantissant alors un investissement de 174 millions de livres (220 millions d’euros), et la création de 500 emplois.  Interrogé par The Guardian suite à cette fuite, un porte-parole de Dyson avait indiqué ne jamais commenter sur des produits qui sont en développement.

Des informations distillées au compte-goutte

Si le projet n’avait pas été encore ébruité – même si les rumeurs couraient – James Dyson choisit désormais de l’afficher aux grands jours en vue de motiver potentiels recrues et sous-traitants. Car selon lui, le programme devrait rapidement prendre de l’ampleur.

Néanmoins, afin de « garder confidentielles les spécificités » du futur véhicule, l »entrepreneur a d’ores et déjà prévenu qu’aucune information supplémentaire ne serait communiquée.

Sources : Dyson, The Guardian

Crédit Photo : Dyson

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Dyson : de l’aspirateur à la voiture électrique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Swinginpastyoknees
Invité

Si sa réussite dans l’automobile égale sa réussite dans l’électroménager haut de gamme nul doute que Tesla aura trouvé son concurrent (tous les deux ayant démarré de 0).

SGL
Invité

Toutes (bonnes) sociétés peuvent concevoir une bonne VE au train roulant près, pour ce dernier point les « vieilles » marques automobiles ont encore une belle avance.
Mais oui, le secteur est largement ouvert pour des nouveaux rentrant.
Seulement moins de 0,60 % de VE en Europe… il y a un fort potentiel de hausse pour des nouvelles marques.

ART
Invité

Quand on disait que les hybrides / élec. faisaient un bruit d’aspirateur… Il n’a fallu qu’un pas.. Bonjour l’angoisse !

SGL
Invité

Manque les marque Google, IKEA…

Milou
Invité

En France , la SEB qui possède ( Seb, Tefal, Moulinex, Krups, Rowenta, All-Clad, Arno, Calor et Lagostina ) est 3 fois plus gros en chiffre d’affaire que Dyson, …… perso je roulerais bien en Moulinex à moteur Krups ou Rowenta pour faire premium germany.

Thibaut Emme
Admin

3 fois plus gros ?
Groupe SEB = 5 milliards d’euros de CA en 2016
Dyson = 2,8 milliards d’euros de CA en 2016…2 fois, et encore même pas.

Côté résultat net, c’est 260 millions d’euros pour le groupe SEB et 720 millions pour Dyson.

Milou
Invité

Au royaume des menteurs ou de l’intox: Dyson et « son fameux moteur numérique », on aussi peut gonfler les chiffres de la SEB….

SEB: estimation 2017 : 6,5 milliards d’euro.
http://www.zonebourse.com/GROUPE-SEB-4701/?type_recherche=rapide&mots=SEB
Dyson n’est même pas coté en bourse …. ils ont peur de se faire manger par la SEB ……

Thibaut Emme
Admin

Et donc ?

Milou
Invité

Rien de plus … Dyson a le droit de faire de la réclame esbroufe comme Tesla.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Dyson
bas de page: Faudrait expliquer la différence avec un moteur conventionnel si elle n’est pas que purement marketing.

wizz
Membre

Aller en bourse, cela n’a qu’un seul intérêt: lever des fonds pour financer son futur entreprise, ou financer son développement.

wizz
Membre

puisqu’on est sur un site automobile, alors des exemples de constructeurs automobiles

https://www.tdg.ch/economie/ferrari-enregistre-annee-record/story/20998592
Ferrari, 3.1 milliards d’euros de chiffre d’affaire et des bénéfices

http://www.liberation.fr/futurs/2017/03/06/psa-opel-l-affaire-encore-meilleure-que-prevu_1553618
Opel, 17 milliards de chiffre d’affaire…..euhhhhh…

faut pas se baser uniquement sur le chiffre d’affaire pour comparer les entreprises…

SGL
Invité

Surtout, effectivement Apple… avec des millions de gens qui achèteraient les yeux fermés.
Si entretemps, ils n’achètent pas Tesla vers 2020-22.

zaza
Invité

Peine perdue les constructeurs automobiles sont en train tous d développer des vrais autos électriques. Il faudra creeer un réseau de distribution etc. Tâche compliquée

Gautier Bottet
Editor

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, ils l’ont fait » – Mark Twain

Thibaut Emme
Admin

@Zaza : C’est amusant car qu’a fait Tesla ?

L’énorme avantage de Dyson c’est l’image de marque.
Un peu comme Apple ou même Google (Alphabet).

Ici évidemment, si Dyson sort une voiture électrique banale, ce sera un bide.
En revanche, s’ils sortent une voiture iconoclaste et qui casse les référence, alors là ce sera possible.

Exactement ce qu’a fait Tesla avec d’abord le roadster puis la model S qui casse les codes de la berline luxuo-sportive.

Personnellement je ne vois pas ce qui peut empêcher Dyson de réussir.

ART
Invité

Mia aussi a voulu réussir en voulant casser les codes…

Thibaut Emme
Admin
Ah mais je ne dis pas que cela réussi à 100%. Regardez le Renault/Matra Avantime. Sans doute raison trop tôt, il a été un bide (aussi parce que la finition ne suivait pas). Regardez le Palm Treo, ou autres précurseurs des smartphones. Ou d’autres qui ont tenté. Ce que je veux dire c’est que si vous faites comme les autres, partir de zéro sur un marché établi est voué à l’échec. Ce qu’il faut, c’est être différent. Ce peut être dans la fonction, la forme, la finition, les matériaux, les technos, etc. mais, il faut être différent. Après, cela fonctionne… Lire la suite >>
wizz
Membre
twruit
Invité

pas trop d’accord vw ne sort que des caisses insipides à hurler et les gens achetenten masse…et en gris beurk et rebeurk

Thibaut Emme
Admin

« l’homme qui a plus d’un tour dans son sac »

Roh ! Franchement Elisabeth…très bon jeu de mot pour Dyson 😉

wpDiscuz