Accueil Historique Un été au Japon – Toyota 2000 GT (1967-1970)

Un été au Japon – Toyota 2000 GT (1967-1970)

599
12
PARTAGER
Toyota 2000 GT

En 1964, le Japon fait sa rentrée, avec les Jeux Olympiques de Tokyo, dans le concert des grandes nations. L’économie tourne à plein régime, et Toyota décide qu’il est temps de signaler son ambition au reste du monde. Le vecteur est choisi. Ce sera une voiture de sport, la Toyota 2000 GT, dont on décide qu’elle sera aussi bonne que n’importe quelle européenne de la période.

Cet article est initialement paru le 29 novembre 2006 sur Le Blog Auto sous le titre « Ode à la Toyota 2000 GT ».

Une petite équipe d’ingénieurs est désignée et se met au travail. Après avoir déterminé le concept, Toyota fait appel à Yamaha qui fait, en plus de fabriquer des pianos, profession de sous-traitant pour les constructeurs locaux. L’équipe déménage pour les bureaux de Yamaha, qui prend en charge la réalisation et le développement à partir des bases initiales. La légende veut que la ligne soit l’œuvre de Albrecht Groetz, alors sous contrat avec Yamaha, mais il apparaît aujourd’hui que c’est en réalité un jeune designer de Toyota, Satoru Nozaki, qui a signé le style sublime de la voiture. Clairement sous influence des courants dominants britanniques et italiens de l’époque, la 2000 GT s’en démarque suffisamment pour gagner sa place de grand classique.

Le coupé deux places est construit autour du moteur de la Crown, sommet de la gamme Toyota, placé longitudinalement en position centrale avant. C’est un six cylindres en ligne deux litres, que les orfèvres de Yamaha équipent d’un double arbre à cames en tête et trois carburateurs Mikuni Solex double corps qui, outre le fait d’en tirer 150 ch et une vitesse maxi de plus de 210 km/h, en font une splendide sculpture mécanique. Dire que les Lexus ultra-technologiques d’aujourd’hui cachent leur propulseur sous un couvercle…

Le reste de la conception est également très moderne pour l’époque, avec suspensions indépendantes, quatre freins á disque, un différentiel à glissement limité, une transmission à 5 rapports, et un tableau de bord plaqué en bois précieux, celui dont on fait les pianos. La signature Yamaha, elle est là. Bref, Toyota ne néglige rien pour faire passer le message qu’il faudrait dorénavant compter avec les industriels japonais, comme le fera peu après Soichiro Honda en dépêchant sur les circuits européens ses machines à deux et quatre roues blanches et rouges.

Un succès d’estime… et un échec commercial

Après sa présentation au salon de Tokyo où elle fait forte impression, la Toyota 2000 GT prend rapidement la piste dans les épreuves japonaises. Mais c’est par une série de records de vitesse sur anneau, dont 72 heures à plus de 200 km/h qu’une 2000 GT verte et jaune marque les esprits du public japonais. La Toyota part également se frotter à la concurrence internationale en 1968, prise en charge par nul autre que Carroll Shelby qui l’engage dans la série américaine SCCA ou elle se classe deuxième du championnat derrière une Porsche.

Toyota 2000 GT

La 2000 GT est une beauté, et comme dans les contes de Hollywood, sa plastique tape dans l’oeil du producteur de James Bond Albert R. Broccoli, en repérage au Japon pour le nouveau 007 « On ne vit que deux fois ». « Tu veux faire du cinéma, petite ? ». Bien sûr. Mais pour qu’on voit mieux Monsieur Connery, la production demande à Toyota de décapsuler le coupé. Le constructeur oblige, et construit deux exemplaires d’un cabriolet qui ne perd pas son attrait dans la manoeuvre, au contraire. Résultat, le public international peut bientôt admirer James conduit à travers Tokyo par la Bond Girl du film, Akiko Wakabayashi, jouant une belle espionne des services secrets nippons. L’équivalent local de Q-san a installé quelques gadgets dans la voiture, et l’Aston DB5, laissée à se morfondre dans quelque entrepôt de Pinewood, se tord de jalousie contre cette beauté asiatique avec laquelle James lui fit une infidélité passagère.

Cependant la célébrité cinématographique ne suffira pas à la Toyota 2000 GT pour percer. Son prix, supérieur à celui des Jaguar E-Type, Porsche et autres sportives établies de l’époque, ne fait rien pour dissiper la méfiance d’un badge largement inconnu hors de l’archipel nippon. Et après une courte carrière de 1967 à 1970 et 337 exemplaires plus loin, dont une soixantaine aux USA et une poignée ailleurs, Toyota baisse le rideau sur la 2000 GT pour laisser le devant de la scène a une autre japonaise qui aura, elle, le succès refusé à la 2000 GT: la Datsun 240 Z.

Crédit illustrations : Le Blog Auto / Toyota

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Un été au Japon – Toyota 2000 GT (1967-1970)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

C’est surtout que Sean Connery ne tenait pas dans la voiture… Habitacle riquiqui pour une personne d’1,90m. 😉

beniot9888
Invité

Une voiture magnifique !

seb
Invité

Une voiture pas assez appréciée à sa juste valeur …. Pour moi elle aurait clairement sa place aux cotés des Jaguar Type E , Mercedes 300 SL , BMW 507 et toutes autres voitures cataloguées par la majorité des experts automobiles comme étant  » les plus belles carrosseries de tous les temps « 

Daniel
Invité

Juste une splendeur, presque aussi belle que la Type e, c’est peu dire

SAM
Invité

Cool! Enfin!!!!! Bel article pour une magnifique auto à l’origine des feux translucides des Toyota et Lexus des années 1998-2000 (Lexus RX, Lexus IS et Toyota Corolla). Une belle bête qui doit être introuvable en Europe! Bientôt le Nissan Ransheen cet été?

Frederic Papkoff
Admin

Oui, comme indiqué dans d’autres sujets, le Nissan Rasheen est planifié pour le 28/07…

SAM
Invité

ben je ne pourrai pas commenter …. sniff!

wpDiscuz