Accueil Constructeurs 50 ans déjà : Dodge Charger, acte 3

50 ans déjà : Dodge Charger, acte 3

227
4
PARTAGER

C’est en 1971 qu’apparaît la troisième génération de Charger. Si succéder au mythe que représente la précédente version n’est pas une mince affaire, le nouveau modèle s’en sort avec les honneurs. Loin des remarquées apparitions cinématographiques de son aînée, c’est par la compétition que la troisième de la famille s’illustre.

Sale temps pour les muscle cars en ce début de seventies au pays de l’oncle Sam ; non seulement les primes d’assurances flambent, mais l’essence, péché-mignon des gros V8, également. Pour ne rien arranger à la situation, les normes gouvernementales en matière de pollution évoluent elles aussi, amenant ainsi les automobilistes à reconsidérer leur façon d’acheter et de conduire.

C’est dans ce contexte que Dodge livre la troisième itération de sa Charger. Les lignes sont désormais plus arrondies, la calandre est scindée en deux parties, et la grille masquant les feux avant passe au catalogue des options. Les feux arrières, désormais au nombre de six, sont de forme carrée.

Le châssis, légèrement raccourci, reste le même que celui des deux précédentes générations, tout comme les mécaniques et transmissions. Du moins pour la première année, car 1971 marque en effet le chant du cygne du modèle R/T, et les gros V8 proposés seront progressivement dégonflés jusqu’en 1974 (notamment le V8 440 ci, qui passera de 355 à 284 chevaux), date de fin de commercialisation du modèle.

Au niveau de la gamme, l’offre est aussi fournie que le catalogue des options, avec des modèles 500, SE (pour Special Edition), R/T et Super Bee, ce dernier reprenant une appellation auparavant utilisée sur la Dodge Coronet. Il s’agit d’un ‘pack’ améliorant les performances, incluant notamment le V8 383 ci et la transmission manuelle à trois rapports. De plus, les suspensions et les freins sont renforcés.

La légende du NASCAR Richard Petty fit bon usage de cette troisième génération, puisqu’il l’utilisa durant six saisons consécutives, jusqu’en 1977. En 1972, il obtint son quatrième titre dans la discipline (en alternant entre la Dodge et sa Plymouth Road Runner de la saison précédente), et l’année suivante, sa quatrième victoire à Daytona 500.

Au total, Petty reporta 25 de ses 200 victoires sur une Charger, et le King a cité celle-ci comme étant sa voiture de course préférée…

Illustrations : Dodge

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "50 ans déjà : Dodge Charger, acte 3"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Amiral_sub
Invité

Rahhhh j’adore

chris
Invité

heu 2016 – 1971 ça fait pas 50 !!!

Thibaut Emme
Admin

@chris : le principe de cette série est de prendre un modèle qui a bien 50 ans et de le suivre sur ses différentes générations.
Ici, on est à la 3ème génération (acte 3) de la Charger : https://www.leblogauto.com/2016/12/50-ans-deja-dodge-charger.html qui a bien la 50aine 😉
(Vous retrouvez les acte 1 et 2 en lien en bas de l’article).

wpDiscuz