Accueil Alternatives Véhicules électriques : rectification du bonus

Véhicules électriques : rectification du bonus

152
28
PARTAGER

Le Ministre de l’Economie, du redressement productif et du numérique, Arnaud Montebourg, a annoncé mardi la correction d’un décret responsable, en grande partie, de la chute des ventes de ce type de véhicule.

Un décret-couac très mal venu

En effet, pour les entreprises qui n’achètent pas directement leur VE (véhicule électrique) mais qui ont recours à une location avec option d’achat (LOA) ou une location longue durée (LDD), le bonus était, par un décret de octobre 2013, amputé systématiquement de 2 000 euros. Cette somme conséquente par rapport aux 6 300 euros du bonus pour un VE a découragé bon nombre d’entreprises de franchir le pas de l’électrique ce qui explique selon les acteurs du secteurs la chute des ventes observée depuis le début de l’année (-26%).

« Un décret est en circulation en ce moment, qui entrera en vigueur le 1er juillet 2014, pour revenir au périmètre initial sur le bonus écologique : les ventes en contrat de location longue durée seront comprises dorénavant » déclare Arnaud Montebourg au Sénat. Le Ministre était devant la chambre haute pour défendre une loi favorisant l’installation de bornes de recharge sur le domaine public.

Les particuliers, non impactés par ces revirements de bonus, continueront de bénéficier des 6 300 euros d’aide de l’Etat. Maintenant, le Ministre ne fait-il pas un geste a minima pour la filière électrique ? Une augmentation substantielle du bonus permettrait de voir continuer de croître les ventes de ces véhicules, peu émetteurs de CO2 du puits à la roue grâce à notre parc nucléaire.

Pourquoi pas un bonus à 10 000 euros ?

Prenons un exemple simple, passer le bonus de 6 300 à 10 000 euros. Une Renault Zoe (version life d’entrée de gamme) verrait alors son prix passer de 15 190 euros à 11 490 euros devenant alors très alléchante. Une Nissan Leaf débuterait à 14 390 euros en version visia avec location de la batterie, ou 20 290 euros pour cette même visia avec la batterie inclue. La BMW i3 débuterait pour sa part à 24 290 euros. De quoi gommer les réserves émises sur le manque d’autonomie de ces véhicules.

Si on suppose que ce sont 13 000 (VP et VUL confondus) qui trouveraient preneurs chaque année mais le double, cela donnerait un bonus total de 260 millions d’euros (pour 26 000 véhicules et un bonus de 10 000 euros). Par une simple hausse de 1 centime sur la TICPE du diesel, l’Etat engrangerait entre 400 et 500 millions d’euros chaque année. De quoi largement financer un bonus plus généreux et l’installation de bornes de recharges un peu partout sur le territoire.

Las, il semble qu’en matière de mobilité électrique nos gouvernants restent très timorés et ce malgré un Ministre de l’Ecologie (Ségolène Royal) défendeur du VE devant l’éternel. A quand une vraie politique audacieuse de développement du VE en France ? A quand une modification des textes pour permettre à certains véhicules (quadricycles lourds) comme la Courb C-Zen made in France de bénéficier enfin du bonus écologique ? Aux Ministres citons Danton : « De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ».

Source : Sénat via AVEM, illustration : T. Emme/LeBlogAuto

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Véhicules électriques : rectification du bonus"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité

Et pourquoi pas un prêt à 15 000 euros à taux zéro sur dix ans sur les VE?

juuhuu
Invité

Et pourquoi pas les filer gratos ces foutus caisses électriques tant qu’on y ait !!

On est dans le délire quand même, 10000 balles filés comme ça !

Stef
Invité

Il faudrait peut être commencer par supprimer le bonus/malus et laisser le marché se réguler tout seul. Car ils le touchent vraiment comme ça les arrangent et on s’éloigne de plus en plus de son objectif initial (qui reste à ce jour très flou à part peut être être un impôt de plus!!!!)

Nicolas
Invité

Non, surement pas. Le marché ne sait pas se réguler, parce que la tentation d’avoir toujours plus de puissance ou plus gros que le voisin l’emporte.

Il faudrait commencer par
– taxer le diesel autant que l’essence
– indexer le bonus/malus sur les particules et les NOx
– favoriser les alternatives « écologiques » (co-voiturage, auto-partage, location entre particulier)

on importe 60 milliards d’€ d’hydrocarbures par an. il faudrait faire en sorte que cet argent reste en France, d’une façon où d’une autre.

habba babba
Invité

Ce sont quand même des voitures dont la conception a été globalement subventionnée (avec l´argent des impôts) dont on augmente le bonus (argent des impôts) …

SGL
Membre

Pardonnez-moi mais rien que pour l’intérêt général aller vers + de VE est indispensable ne serait-ce que pour l’Indépendance énergétique pour la France et aussi et surtout pour cause de santé publique et n’oublions pas que la facture énergétique sur les produits fossiles totale de la France est de 69 Md€ en 2012, 6 % du PIB.
Je pense que les arguments pour les autos électriques sont suffisamment importants pour justifier les subventions.

juuhuu
Invité

Il aurait peut-être fallu se poser la question dans les années 80 et ne pas laisser les diesel proliférer avec moultes avantages fiscaux !!!

Le full VE est caduque, on bute en permanence sur l’autonomie (quand bien même on aura toujours un usage marginal en utilisation ville uniquement). En dehors de Paris, il faut quand meme une caisse polyvalente, sans compter à chaque fois si on pourra revenir…

En revanche l’hybride-essence est beaucoup plus cohérente, usage électrique et propre en ville, et usage routier en essence…

SGL
Membre
Il est mille fois plus pratique d’utiliser une VE en campagne qu’en ville. Les trajets quotidiens dépassent rarement les 200 km et ils sont prévisibles d’un part et il est facile de recharger tranquillement chez soi un VE la nuit contrairement aux Citadines qui galères pour trouver facilement des points de recharges rapides ou peu couteuses (auto’ lib). Qui plus est pour les hybride-essence son dépasser sur les longues distances à cause de leur poids mort (batteries GMP Elec.) alors que les hybride-Diesel avec leur couple plus élevé élimine en partie ses inconvénients sans compter le rendement nettement supérieur du… Lire la suite >>
habba babba
Invité

Je suis d´accord. Tout le problème est de savoir jusqu´à quel point les intérêts financiers passeront avant ceux de la santé.
Le VE n´est pas écologique, car faire de l´électricité (avec une centrale nucléaire, à charbon ou que sais je encore) ne l´est pas vraiment.
Toujours est il qu à ce jour, il faut l´équivalent énergétique d´un seul baril de pétrole pour en produire deux ou quatre. Début XXème, il fallait un seul baril pour en produire une centaine…

juuhuu
Invité

@Thibault

C’est bien de le dire, parce que dans l’inconscient collectif, c’est quand même bien connoté full green, respectfull et autre comm à deux balles…

Et produire de l’électricité renouvelable, c’est beau, mais sérieusement, tu penses tout un parc automobile en électricité renouvelable en sus de la consommation d’usage ??

Ca va juste nécessité du nucléaire à gogo en plus…

juuhuu
Invité

Ok mais quand on voit la mia ou la zoé survendu ici, mouais quoi..

Comme tu dis, l’hybride semble plus polyvalente dans les usages, électrique et essence selon les contextes…

Pour les bateaux, le contexte est bien évidemment différent…

pat d pau
Invité

Par une simple hausse de 1 centime sur la TICPE du diesel, l’Etat engrangerait entre 400 et 500 millions d’euros chaque année. De quoi largement financer un bonus plus généreux et l’installation de bornes de recharges un peu partout sur le territoire.

Et oui ! on se tient tous par les C…. pas possible de changer sauf a faire une grosse revolution.. y’aurait des lobbys qui tomberaient ce qui est impossible

wpDiscuz