Accueil Champ Car Indycar 2013 : Fontana

Indycar 2013 : Fontana

83
2
PARTAGER

En F1, Jackie Stewart est le « champion des années impaires » (1969, 1971 et 1973.) En Indycar, Scott Dixon est le « champion des 5 ans ». Après 2003 et 2008, il remporte un 3e titre en 2013. En apparence, à Fontana, il joue « serrure ». Mais la course est tellement folle que rien n’y est jamais acquis…Indy Lights

Comme chaque année, la « Road to Indy » s’offre une séance collective des différentes disciplines (US F2000, Pro Mazda et Indy Lights.) Champion de Pro Mazda avec Andretti, Matthew Brabham y passera à l’Indy Lights (toujours avec Andretti.) Parmi les nouvelles têtes attendues, il y a Harrison Scott (ci-dessous.) Le vice-champion de FF a décroché la bourse (au détriment du champion, Dan Cammish.) Pipo Derani, dont la carrière plafonne en F3, s’essayera à l’Indy Lights.

En attendant le titre se joue au finish, entre Gabby Chaves et Sage Karam, tous deux de Sam Schmidt. C’est un troisième homme, Zach Veach (Andretti) qui décroche la pole.

Carlos Muñoz (Andretti) déboite Veach et file vers un 4e succès. Chaves s’installe au 2e rang. Hélas pour lui, Karam remonte le peloton jusqu’à la 3e place. Arrivé là, le Colombien relâche l’effort : il a accumulé suffisamment de points.

Ainsi, Karam succède à Tristan Vautier au palmarès de l’Indy Lights. Il est titré avec 460 points et 3 victoires. Il devance Chaves, 2e 449 points. Muñoz, le golden boy du début de saison, est 3e à 441 points.
19 pilotes sont classés, mais seuls 7 disputent l’intégralité de la saison. Espérons que ça ira mieux l’an prochain…

Indycar

Pour la troisième année consécutive, le titre se joue dans la dernière manche. Néanmoins, c’est une affiche assez inattendue.
Le leader du championnat est Scott Dixon (Ganassi), 33 ans. C’est un ancien talent précoce, d’où son côté « vieux briscard », malgré son âge. Champion d’Indycar 2003 et 2008, il s’est ensuite mué en fidèle porteur d’eau de Dario Franchitti. Avec le risque qu’un jour, Chip Ganassi n’embauche un nouveau « N°2 » (comme il l’a fait avec Bruno Junqueira et Dan Wheldon.) Néanmoins, le Néo-zélandais semble mieux s’adapter au nouveau châssis Dallara que l’Ecossais. Il éclot à l’été, avec 3 victoires consécutives et se pose en outsider N°1. Avec 25 points d’avance, il peut rouler tranquille.
Au printemps, les papiers se multiplient sur les « petits » et comment ils sont plus flexibles et plus réactifs que les « grands ». Néanmoins, au final, on obtient un bon vieux Ganassi vs Penske ! Surprise, ce n’est pas Will Power qui mène l’équipe de « Roger », mais Helio Castroneves ! A 38 ans, le Brésilien court depuis 15 ans en Indycar. Il a remporté 28 courses (dont 3 « Indy »), mais n’a aucun titre. La faute à un tempérament trop fougueux. Castroneves, c’est aussi un show man, sur et en dehors de la piste. De quoi lui attirer l’amour du public, donc des sponsors. C’est pour cela que Roger le garde. Même après une histoire de coucherie avec sa partenaire de Danse avec les stars. Même lorsque le Brésilien est incarcéré pour fraude fiscale. Et il est carrément dispensé d’excuses publiques (alors qu’on en a envoyé au pilori pour moins que ça…) En 2013, Castroneves ne remporte qu’une course, mais il se montre plus régulier que ses adversaires (ce qui n’est d’ordinaire pas le genre de la maison…) Son faux-pas Texan lui coute la tête du championnat. Saura-t-il redresser la barre ?

Aux essais, Penske s’offre un triplé : Power décroche le pole devant Castroneves et le revenant AJ Allmendinger.

Dixon est 7e. Notez aussi la 4e place de Sébastien Bourdais (Dragon Racing.)

Si on voulait du spectacle, on est servi ! Le premier leader n’est autre que Bourdais. C’est la première fois que le Manceau est en tête, sur ovale, depuis son retour en Indycar.

Ryan-Hunter Reay (Andretti) dépasse le Français au chausse-pied. Quoi qu’il arrive, le champion 2012 perdra son titre à l’issue de la course. Castroneves est à l’affut, alors que Dixon navigue en milieu de peloton.

Le premier quart de la course se passe sans incident. S’achemine-t-on vers une épreuve sans « jaunes » ? Non, car en se payant un concurrent, Sebastian Saavedra (Dragon Racing) expédie Pippa Mann (Dale Coyne) dans le mur. Les drapeaux jaunes sont de sorties…

Penske fait rentrer Castroneves alors que les stands sont fermés. Le Brésilien écope d’un drive-through. Une grossière erreur de stratégie incompréhensible, qui coute un probable leadership au challenger. Justement, en tête, on voit de nouveau Bourdais.

Peu avant la mi-course, il y a un « big one ». James Jakes (Rahal), Josef Newgarden (Sarah Fisher), Oriol Servia (Panther), Tristan Vautier (Sam Schmidt) et Justin Wilson (Dale Coyne) sont au tapis. On a particulièrement peur pour l’ex-pilote de F1, qui s’est fait harponné par le Français. Il repart en ambulance.

Une longue session de drapeaux jaunes suit logiquement.

Alors que Bourdais s’arrête longuement aux stands (une crevaison lente ?) Power prend la tête, devant Dixon et Alex Tagliani (Ganassi.)

Les moteurs supportent mal la chaleur californienne et le peloton s’éclaircit.

En vue de l’arrivée, Allmendinger est dans le mur. Drapeaux jaunes.

Puis c’est au tour de Tagliani. Aileron cassé, Castroneves rentre aux stands, repart à un tour et ses espoirs de titre sont alors quasiment nuls.

La victoire se joue désormais entre Power, Ed Carpenter (Carpenter), Tony Kanaan (KV) et James Hinchcliffe (Andretti.)

Bourdais termine à son tour dans le mur. C’est les derniers drapeaux jaunes de la soirée.

Power, le malchanceux de l’an dernier, s’impose. C’est sa première « grosse » victoire sur ovale. Il devance Carpenter (vainqueur l’an dernier) et Kanaan.
Dixon est 5e et dernier pilote dans le même tour que les vainqueurs. Il est donc titré. Il n’y a aucun Français à l’arrivée.

Pour la quatrième année consécutives, un pilote Penske est leader à mi-saison, mais il perd le titre dans les dernières épreuves !
L’effort estival de Dixon paye. Un temps au milieu du classement, le Néo-zélandais cumule les podiums. Grâce à sa belle performance de Houston, il décroche un troisième titre impeccable, avec 577 points.
2e à 550 points et avec une seule victoire, Castroneves tente de jouer les épiciers. Il est vrai que l’opposition est longtemps morcelé. A Houston et à Fontana, il paye cash ses erreurs et celles de son équipe. L’an prochain, avec Montoya, Penske a intérêt à prévoir un stock d’ailerons de secours.
Malgré son abandon californien, Simon Pagenaud (Sam Schmidt) termine 3e, avec 508 points. C’est d’autant plus un exploit que Sam Schmidt n’est qu’une petite équipe. Vautier, 20e à 266 points, succède à Pagenaud comme « meilleur débutant »… Mais il est le seul à disputer un championnat complet.
D’habitude, Power s’effondre à l’automne. Cette année, il s’y est au contraire réveillé! 4e avec 498 points et 3 victoires, il est l’homme fort de la fin de saison. Il peut donc regretter un début assez médiocre.

Crédits photos : Honda (photo 1 et 12), Formule Ford (photo 2), Indycar (photos 3 à 6), Dragon Racing (photo 7) et GM (photo 8 à 11)

A lire également :
Indycar 2013 : Houston 1 & 2

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Indycar 2013 : Fontana"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zak
Invité

Quelle course ! Heureusement que les blessures de Justin WIlson sont légères. À trop vouloir jouer les épiciers, Castoneves et Penske ont été battus sur le fil par Scott Dixon « on Target ». Très belle saison d’Indycar en 2013. Vivement 2014 !

Thibaut Emme
Admin

légères oui et non. Le choc n’est pas hyper impressionnant mais il en sort tout de même avec 3 fractures du bassin/pelvis et une contusion thoracique.

Les fractures ne nécessitent pas d’opération mais de 6 à 8 semaines sans appui sur la jambe droite.
Heureusement c’est la fin de saison mais Wilson va avoir une intersaison un peu rude.

wpDiscuz