Accueil Champ Car Indycar 2013 : Houston 1 & 2

Indycar 2013 : Houston 1 & 2

96
0
PARTAGER

Houston, avec ses 2 manches, c’est le « money time » de l’Indycar. Scott Dixon (Ganassi) engrange, tandis qu’Helio Castroneves (Penske) passe un week-end digne d’un Will Power des grandes heures…US F2000

Houston est l’épreuve finale d’US F2000. Scott Hargrove (Cape Motorsport) est largement en tête. Néanmoins, Neil Alberico a encore une infime chance d’être titré.

Le Canadien débute son week-end par une pole.

Hargrove prend le large au départ de la course 1. Un incident en queue de peloton entraine des drapeaux jaunes. Au restart, Alberico tente sa chance et passe devant. Le Canadien décide alors d’assurer. Il laisse filer Henrik Furuseth (PRL Motorsport), plutôt que de risquer un accrochage.

Alberico s’impose devant Furuseth (donc c’est le premier podium) et Hargrove. Le Canadien est le plus heureux : avec cette 3e place, il est mathématiquement hors de portée.

La course 2 a lieu sur une piste détrempée. Au départ, Alex Baron (Afterburner) et Alberico laissent sur place le poleman Furuseth. Ce dernier repasse Alberico. Derrière, Hargrove termine dans le décor. Pas vraiment l’idéal pour fêter un titre. Baron déroule et remporte une nouvelle victoire. Il devance Furuseth et Alberico.

Comme Matthew Brabham l’an dernier, Hargrove a dominé un équipier redoublant et vainqueur de la Winter Series. Le Canadien part avec 294 points. Ses poches sont visiblement trouées et espérant que cela s’arrangera en Pro Mazda…
Alberico termine 2e, à 277 points. Le prix d’une malchance terrible en début de saison. Garrett Grist (Andretti) est 3e avec 215 points.

Notez la bonne prestation des « Frenchies ». Florian Latorre (JAY) est 6e à 176 points, avec une modeste structure. Baron -hors-classement car « invité »- remporte 2 victoires en 2 meetings.

Pro Mazda

La Philippine Michele Baumgarner (World Speed Motorsport) est enfin sur la grille. Néanmoins, il n’y a qu’une seule femme au départ : Julia Bellario (Juncos) s’est évaporée !

Matthew Brabham (Andretti) est titré depuis Trois Rivières. L’Americano-australien ne se relâche pas pour autant. Comme d’habitude, il décroche la pole.

Dans la course 1, Brabham effectue une énième prestation de soliste. Shelby Blackstock (Andretti) cède à la pression de Spencer Pigot (Pelfrey), challenger déchu de Brabham. Puis c’est le revenant Nicola Costa (Pelfrey), qui passe Blackstock.

D’où un podium Brabham-Pigot-Costa.

Bis repetita dans la course 2. Brabham déroule, repartant avec les records de victoires (13) et de podiums (15) en une saison.
Costa et Juan Piedrahita (JDC) passent bien après devant le starter.

Brabham quitte la Pro Mazda avec 466 points. Il décroche une bourse pour l’Indy Lights et son plan de carrière, avec Andretti, semble déjà tracé.
Le redoublant Diego Ferreira (Juncos) est 2e à 357 points. C’est dire le gouffre entre Brabham et les autres ! Quant à Blackstock (parfait inconnu en début de saison), il termine 3e avec 297 points.

Indy Lights

Belardi est en panne de budget. Heureusement, Patrick Dempsey trouve refuge chez Moore. Il y est rejoint par Conor Daly. Déjà vu en Indy Lights par le passé, l’Américain a disputé les 500 miles d’Indianapolis. Cherche-t-il à retourner aux USA, après 3 saisons asses inégales de GP3 ? Par ailleurs, Axcil Jefferies (Bryan Herta Autosport) revient enfin.

L’une des deux séances d’essais est annulée, suite à des souci de dégradation du revêtement. L’Indy Lights décide d’établir la grille en fonction des points au championnat. Sage Karam (Sam Schmidt) se retrouve en pole et Jefferies (pourtant qualifié 5e), avant-dernier.

Au feu vert, Karam s’échappe. Gabby Chaves (Sam Schmidt) parvient à s’extraire du peloton, mais l’Américain est déjà loin. Pas de chance pour les leaders du classement, Carlos Muñoz (Andretti) ex-golden boy de la discipline, se gare au 25e tour. Jack Hawksworth (Sam Schmidt), homme fort de la fin de saison, est accusé de bouchonnage et puni d’un drive-through. Quant à Patrick Dempsey, il cale dans l’antépénultième tour.
Ainsi, Karam s’impose devant Chaves et Daly, qui fête de la meilleure façon possible son retour.

Karam fait le plein de point avant la finale de Fontana. Il part de Houston avec 425 unités. Chaves, dernier challenger, est 2e à 409 points. Hawksworth (3e à 390 points) et Muñoz (4e à 389 points) n’ont plus rien à espérer.

Indycar 1

L’actualité du paddock, c’est la signature de Tony Kanaan avec Ganassi. On pensait pourtant le Brésilien en partance pour la NASCAR. Elle semble faire écho à l’arrivée de Juan-Pablo Montoya chez Penske : à chaque fois, une grosse écurie décide d’ajouter une nouvelle voiture et elle embauche un « vieux » pour la piloter. En effet, le Brésilien fêtera bientôt ses 40 ans.
Pour KV, c’est un coup dur. En 2011, l’écurie était la seule à croire en lui. En récompense, il s’est imposé comme le leader de l’équipe. On sait que le fil est rompu depuis 2012, avec le flop Rubens Barrichello. Ca n’a pas empêché Kanaan de s’imposer cette année à Indianapolis, ouvrant le palmarès de KV. L’écurie saura-t-elle gérer l’après-Kanaan ?

Cette annonce est accompagnée du passage de Ganassi chez Chevrolet.
Honda pleure des larmes de crocodiles : ils vendent chaque moteur à perte et ils n’ont donc pas vocation à motoriser la moitié du paddock. Le constructeur japonais a ainsi implorer l’Indycar de trouver un troisième motoriste. En attendant, le départ de Ganassi lui permet donc de réduire les pertes.
Néanmoins sur un plan sportif, Ganassi est l’écurie de pointe de Honda. Elle a d’ailleurs été la première équipe à s’engager. Sam Schmidt, Rahal ou Sarah Fisher n’ont pas les moyens de jouer les premiers rôles. Et sans podiums, ce sera compliquer d’expliquer à la maison-mère qu’il faut continuer de jeter l’argent par les fenêtres…

Hospitalisé depuis le printemps, A.J. Foyt passe ensuite une longue convalescence. Pour son retour dans les paddocks, Takuma Sato lui offre un beau cadeau : la pole à Houston 1.

Au départ, ça bouge beaucoup. 2e sur la grille, Will Power (Penske) se débarrasse de Sato. Il est poursuivi par Scott Dixon (Ganassi.) C’est déjà fini pour James Hinchcliffe (Andretti), bousculé par Tristan Vautier (Sam Schmidt) et Ed Carpenter (Carpenter.) Quant à Sato, il doit s’arrêter pour une crevaison lente.

Suite aux premiers arrêts, Dixon prend la main, devant Power. Alors que Sato est victime d’une panne de radio.

Derrière, c’est une catastrophe pour Helio Castroneves (Penske.) Le leader du classement s’arrête longuement aux stands (un problème de changement de rapport) et repart avec plusieurs tours de retard. Le voilà obligé de compter sur d’éventuels abandons.

Suite à la deuxième vague de ravitaillements, Dixon se retrouve derrière Power et Luca Filippi (Bryan Herta.)

Le néo-zélandais choisi d’anticiper son 3e arrêt. Bonne pioche : Oriol Servia (Panther) sort de la piste et cause des drapeaux jaunes. C’est la cohue dans les stands et Dixon se retrouve avec une piste claire. L’improbable Simona de Silvestro (KV) est 2e, devant Justin Wilson (Dale Coyne.)

Sato boit le calice jusqu’à la lie avec un ultime « toudroi ». En vue de l’arrivée, Mike Conway (Dale Coyne) sort violemment. D’où des « jaunes » qui dureront jusqu’au bout.

Le classement est gelé et Dixon de s’imposer devant de Silvestro (dont c’est le premier podium) et Wilson.

Indycar 2

Pour la course 2, les places sont déterminées suivant les points au classement. Castroneves est donc poleman.

Le Brésilien veut rattraper sa course du samedi en attaquant. Mais en roulant trop vite sur un trottoir, il casse sa boite de vitesse. De nouveau, il passe un temps interminable aux stands et repart bon dernier.

Dixon hérite du leadership, mais Power passe à l’assaut. Ces deux-là ne sont pas vraiment potes… Comme d’habitude, le Néo-zélandais prétend que l’Australien l’a poussé dans le décor et l’autre clame que le dépassement est propre. En tout cas, Power passe en tête.

Derrière, De Silvestro essaye de doubler simultanément Vautier et Graham Rahal (Rahal) et ça se termine en carton. La Suissesse (fébrile suite à son podium ?) écope d’un drive-through.

Plus loin, Josef Newgarden (Sarah Fisher) et Marco Andretti (Andretti) se frictionnent. Curieusement, à chaque fois, tout le monde repart. Au grand dam de Castroneves, qui espère des abandons.

En vue de l’arrivée, James Hinchcliffe atteint le 3e rang, derrière Power et Dixon, qui ne se quittent pas.

Dans le dernier tour, Dario Franchitti (Ganassi) veut doubler Sato, qui sort de la trajectoire (une crevaison lente ?) Le choc est violent et l’Ecossais fini dans le grillages. Les spectateurs se prennent quelques débris. Franchitti reste groggy dans sa monoplace bien après le choc. En voyant cela, Chip Ganassi bondit sur un scooter et fonce voir son pilote. Heureusement, il n’y a « que » des blessés. Franchitti est touché aux vertèbres et au poignet. Sera-t-il présent à Fontana ?

Power s’impose devant Dixon et Hinchcliffe. Notez les belles 5e et 6e places de Sébastien Bourdais (Dragon Racing) et Simon Pagenaud (Sam Schmidt.)

Beau week-end de Dixon, qui repart avec 546 points. Une 5e place à Fontana lui suffira pour avoir un 3e titre, quel que soit le résultat de Castroneves. Le Brésilien passe donc 2e avec 521 points. Au 3e rang, on trouve notre Pagenaud national, avec 491 points ! Bourdais est 12e à 351 points et Vautier, 20e à 257 points.

Crédits photos : Honda (photos 1, 15, 17, 22 et 24), US F2000 (photos 2 à 5), Pro Mazda (photos 6 à 10), Indycar (photos 11 à 14, 16 et 19) et GM (photos 18, 20, 21 et 23)

A lire également :
Dernières nouvelles d’Outre-atlantique
Indycar 2013 : Baltimore

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz